Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • «Mon élection est un signe d’ouverture interne» – Interview de Michel Yahiel, DRH de la ville de Paris et président de l’ANDRH

Ressources humaines

«Mon élection est un signe d’ouverture interne» – Interview de Michel Yahiel, DRH de la ville de Paris et président de l’ANDRH

Publié le 01/07/2009 • Par Raphaël Richard • dans : France, Toute l'actu RH

Le 27 juin dernier, le conseil d’administration de l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH) a élu à sa tête un territorial : Michel Yahiel, DRH de la mairie de Paris depuis 2003. Cet énarque, inspecteur général des affaires sociales et ancien directeur de cabinet de René Teulade – ministre des affaires sociales du gouvernement Bérégovoy – évoque son élection et les similitudes des RH dans le privé et le public.

L’arrivée d’un territorial à la tête de l’ANDRH vous semble-t-elle le symbole d’un changement ?
C’est le changement dans la continuité car je fais partie de l’équipe dirigeante depuis cinq ans et ma prédécesseur Charlotte Duda (présidente depuis 2004, NDLR) me soutenait lors de cette élection. Mon arrivée à la présidence est toutefois la reconnaissance d’une réalité méconnue sur les points de convergence des politiques de RH dans les différents domaines d’activité, notamment les grandes collectivités ou certains CHU. Outre la taille, ces institutions produisent des services qui les rapprochent de la GRH générale.
Sur les grands enjeux tels que la gestion de l’âge, le recrutement, l’égalité professionnelle, etc. ce qui nous rapproche entre le public et le privé est plus important que ce qui nous sépare.

Quelle est la part de représentants du public à l’ANDRH ?
L’association a 5.000 adhérents, dont environ 15% venant de collectivités, d’établissements de santé ou d’autres institutions, alors que 80% de la population active en France travaillent dans le privé. Peut-être que mon élection permettra de développer les adhésions dans des secteurs publics où nous sommes encore peu connus.

L’arrivée d’un territorial à la présidence de l’ANDRH a-t-elle été crainte en interne ?
Il n’y a pas eu de mouvement contre les territoriaux, mais un projet alternatif (porté par Alain Mauries, vice-président Europe des relations sociales de Coca Cola, battu 52 voix contre 25, NDLR) visait à trouver une ligne nouvelle à celle actuellement défendue par l’association, mois portée sur l’aspect social des RH. Nous considérons pour notre part qu’on ne peut pas séparer les sujets économiques et sociaux dans ce domaine.

Le fait d’être un territorial a-t-il été un obstacle, un avantage ou n’est pas entré en ligne de compte dans votre élection ?
C’était indifférent, même si ce n’est pas neutre, je le vois comme un signe d’ouverture interne. Notre objectif n’est pas toutefois que l’ANDRH devienne une association de fonctionnaires. Cela se voit bien d’ailleurs dans la constitution des instances dirigeantes qui représentent différents types d’entreprises et d’institutions. Nous couvrons un large spectre, notamment avec une ouverture sur la province car nous étions auparavant un peu trop «parisiens».

Quel est votre programme à la tête de l’ANDRH ?
Comme dans toutes associations professionnelles, nous avons une dimension de services à destination de nos adhérents avec notamment la délivrance d’informations et l’échange de bonnes pratiques. Nous allons prolonger notre suivi sur les grands sujets qui concernent les RH comme la santé au travail, la formation ou la flexisécurité. Sur certains de ces aspects, la fonction publique est d’ailleurs directement concernée actuellement.
L’autre dimension de l’association est externe : nous assurons le rôle d’expert dans le cadre d’échanges avec les pouvoirs publics, les syndicats et aussi la presse ou les juristes. Il est important de participer au débat, surtout en période de crise.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

«Mon élection est un signe d’ouverture interne» – Interview de Michel Yahiel, DRH de la ville de Paris et président de l’ANDRH

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X