Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Conseil municipal

Le maire peut-il décider d’attribuer un temps de parole global pour chaque groupe politique au sein du conseil municipal ?

Publié le 28/09/2015 • Par Ugo Chauvin • dans : Réponses ministérielles

L’alinéa 1er de l’article L. 2121-29 du code général des collectivités territoriales dispose que « le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune ».

Ces dispositions impliquent que tous les conseillers municipaux puissent exercer leur mandat sans entrave, ce qui suppose que le maire concilie le pouvoir de direction des débats qu’il tient de l’article L. 2121-14 du code général des collectivités territoriales avec le respect du droit reconnu aux conseillers municipaux de s’exprimer en cours de séance sur l’ensemble des questions portées à l’ordre du jour et mises en discussion (Conseil d’État, 22 mai 1987, Tête c/ Commune de Caluire-et-Cuire, n° 70085).

La même logique doit s’appliquer aux modalités de fonctionnement du conseil municipal arrêtées par son règlement intérieur, lequel ne doit comporter aucune mesure contraire aux dispositions légales et réglementaires en vigueur. C’est ainsi que la Cour administrative d’appel de Paris, dans un arrêt du 22 novembre 2005, Commune d’Issy-les-Moulineaux (n° 02PA01786) a estimé illégales les dispositions d’un règlement intérieur d’un conseil municipal limitant la discussion d’une délibération à une intervention par groupe et interdisant à l’un de ses membres déjà intervenu de reprendre la parole en ce qu’elles portaient atteinte au principe posé par le premier alinéa de l’article L. 2121-29 précité.

Le droit d’expression des membres d’un conseil municipal étant reconnu individuellement à chacun d’entre eux, un temps de parole suffisant doit leur être accordé pour exprimer leur opinion, sous réserve de la police de l’assemblée exercée par le maire.

Dans l’hypothèse où le règlement intérieur d’un conseil municipal comporte des articles contraires au droit d’expression des élus, il est possible de contester la légalité d’une délibération votée par ledit conseil s’il a été fait application des articles illégaux lors des débats ayant précédé son adoption.

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le maire peut-il décider d’attribuer un temps de parole global pour chaque groupe politique au sein du conseil municipal ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X