Mobilité

Transports publics : quand la crise donne des idées aux collectivités

| Mis à jour le 02/08/2016
Par
une-Tramway-de-Rouen

Pline - Creative Commons

Face à la disette budgétaire qui frappe durement les collectivités, plusieurs d’entre elles développent des solutions visant à réduire la facture dans les transports publics urbains et/ou à augmenter les recettes. Retour sur quelques bonnes idées qui ont fait leurs preuves.

Sale temps pour les transports publics urbains. Face à l’augmentation de la demande de déplacements et aux évolutions récentes qui impactent le secteur (avec l’explosion des périmètres de transport urbain, la loi de transition énergétique pour la croissance verte, la loi sur l’accessibilité, etc.), la nécessité d’investir toujours plus dans les transports se fait sentir. Jusque-là, les collectivités avaient joué le jeu. Mais, à présent, la question de savoir comment financer ces évolutions se corse.

Le versement transport à bout de souffle

En effet, les trois principales sources de financement des transports ­publics ­urbains sont aujourd’hui fragilisées. Le versement transport (VT), d’abord, est à bout de souffle. Cette taxe, à ­laquelle sont assujetties les entre­prises de plus de neuf salariés dans un territoire donné et à un taux variable, rapportant chaque année 7 milliards d’euros aux collectivités, est la principale ressource des autorités organisatrices de transport (AOT).

Malheureusement, selon une étude réalisée par Villes de France et RATP Dev, en juin : « Ce taux a augmenté de plus de 50 % entre 2002 et 2012, ce qui se traduit par un taux plafond atteint pour plus de 66 % des agglo­mérations. » Pour ne rien ­arranger, « la crise économique et la dimi­nution de l’emploi ­limitent, voire diminuent, l’assiette de collecte du VT », ajoute les auteurs.

­Enfin, cette ressource pourrait voir son nombre d’entreprises concernées se ­réduire et ne toucher que celles de plus de onze salariés, selon la volonté qu’a exprimée le Premier ministre, ­Manuel ­Valls, en juin. La conséquence ? Cela entraînerait un manque à gagner de 300 à 700 millions environ, selon ­l’Association des maires de France.

L’impact de la baisse des dotations de l’Etat

L’autre ressource est le financement public, composé des dotations de l’Etat et des subventions des collectivités ­locales. Mais, en raison de la crise économique ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP