Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Dépenses obligatoires : peut-on en optimiser les montants ?

Publié le 12/10/2015 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Bonnes pratiques finances

BONNES-PRATIQUES-Finances-sophia-antipolis-freine-ses-depenses
D.R.
Les contingents et participations obligatoires concernent toutes les strates de collectivités mais dans des proportions diverses. Par définition, il n'est pas aisé de dégager des économies sur ce poste de dépenses même si certaines marges de manœuvre peuvent exister. Tour d'horizon pour le bloc communal, les départements et les régions.

Peu de marges pour le bloc communal

Pour le bloc communal, ce sont notamment les contributions aux organismes de regroupement des communes et intercommunalités (1,3 milliard d’euros en 2013, selon la Cour des Comptes) et celles aux SDIS (1,8 milliard d’euros en 2014, selon la FNSPF). Au total, ces deux dépenses représentent environ 4 % des dépenses de fonctionnement.

Néanmoins, les communes n’ont guère de marges de manœuvre. Pour les contributions aux syndicats, « ce sont ces derniers qui prévoient la contribution en fonction de leur budget. Si la commune a voté, elle n’a plus qu’à payer », indique Philippe Laurent, maire de Sceaux (Hauts-de-Seine, 20 000 hab.) et vice-président aux finances à l’AMF. Il est aussi possible de tenter de peser sur les décisions du syndicat en fonction du nombre de délégués dont dispose la commune. Philippe Laurent suggère trois autres pistes… qui n’en sont pas vraiment : « modification des répartitions de compétences entre les collectivités ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Commentaires

Dépenses obligatoires : peut-on en optimiser les montants ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X