En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Mutualisation

Quel avenir pour la « généreuse » politique RH de Dunkerque ?

Publié le • Par • dans : Actu Emploi, Régions, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Foule_silhouettesombre-img-dossier © Getty

La chambre régionale des comptes Nord-Pas-de-Calais-Picardie parle d'une politique RH « généreuse », incompatible avec la situation financière de Dunkerque. Elle recommande que la fusion de la commune avec ses deux voisines -Fort-Mardyck et Saint-Pol-sur-mer- en 2011 se traduise (enfin) par la mutualisation des services.

 

Fin août, la Chambre a publié le rapport d’observations définitives qu’elle a consacré à Dunkerque (91.386 habitants) sur les exercices 2009 à 2014, analysant de fait l’impact de la fusion-association fin 2011, entre la commune et ses deux voisines, Fort-Mardyck et Saint-Pol-sur-mer.

 Un contexte défavorable

Les magistrats financiers soulignent ainsi « la détérioration de la situation financière de la commune », les marges de manœuvre fiscales « faibles ». Ils évoquent des recettes qui « se réduisent » et une capacité d’autofinancement qui s’est «continuellement dégradée entre 2010 et 2013 », tandis que le budget des communes associées a progressé malgré leur rapprochement. François Corbier (DGS) tient à mettre cette situation en perspective : « la ville subit une triple peine : une dotation de l’État en baisse, une forte contribution au fond de péréquation des recettes fiscales et intercommunales du fait de l’histoire industrielle de la ville et une population en diminution ». L’un des objectifs de la fusion-association était justement de passer la barrière des 100.000 habitants. Objectif raté. Aussi, la Chambre attendait-elle a minima un rapprochement des trois communes par une mutualisation des services pour dégager des marges de manœuvre financières. Or «l’absence de mutualisation devient préoccupante » selon le rapport, « sans réorganisation d’ensemble, ni mutualisation des services».

Lent mouvement de réorganisation

«La fusion-association prévoit le maintien d’une certaine autonomie, tient à préciser le DGS. Quoiqu’il en soit, la nouvelle équipe municipale en place depuis avril 2014 sous la houlette de Patrice Vergriete n’a pas attendu le rapport pour lancé un plan d’économies : « nous avons mis en place un projet d’administration qui comporte des mesures d’harmonisations du fonctionnement des services ». Un mouvement étalé sur plusieurs années, dont les syndicats voient pour l’heure « peu la concrétisation » note Olivier Ryckebusch, secrétaire général adjoint FO Territoriaux Dunkerque : le fait que «les communes associées conservent encore chacune leur DGS» est à ses yeux emblématique.

« Les économies et les réorganisations devraient partir du haut, avant de toucher les agents de catégorie C », martèle le représentant. Il reproche ainsi à la ville ses premières mesures- réduction des heures supplémentaires, attribution de tickets restaurant au personnel des cantines – qui épargnent pour l’heure les avantages des directeurs et cadres intermédiaires : véhicules de services, logement de fonction…Aux yeux de la Chambre régionale des comptes néanmoins, tous ces points méritent révision.

Le climat social en souffrance

Le programme d’économie prévu sur 2015 comporte notamment une baisse de 44 % des investissements, 9 % des dépenses courantes, 1 % de la masse salariale et 43 % des heures supplémentaires. Sa poursuite en 2016 et 2017 demandera peut-être à trancher dans le vif en s’attaquant à plusieurs mesures RH jugées comme « généreuses » par la Chambre : alignement de la situation des personnels effectuées sur la base du régime le plus favorable, temps de travail hebdomadaire inférieur à la durée légale, politique d’avancement à l’ancienneté systématiquement au minimum… L’harmonisation du régime indemnitaire sera un des prochains gros chantiers, avec de premières mesures attendues pour la fin 2015.

«Il y a déjà eu quatre manifestations depuis un an, ce qui est inédit dans l’histoire de la ville » souligne Christine Gadea, secrétaire générale du syndicat Sud Solidaires Mairie de Dunkerque. La municipalité devra jouer de consensus pour ne pas gripper un peu plus le climat social. L’absentéisme – inférieure à la moyenne nationale- pourrait en être directement impacté.

 

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.