Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité routière

Drogue au volant : le Sénat autorise le prélèvement salivaire

Publié le 18/09/2015 • Par avec l'AFP • dans : Actu prévention sécurité

Le Sénat a autorisé le 17 septembre, au cours de l'examen du projet de loi santé, les forces de l'ordre à effectuer un prélèvement salivaire, à la place d'un prélèvement sanguin, pour simplifier la procédure de constatation de l'infraction de conduite sous usage de drogue.

Les sénateurs ont ainsi approuvé deux amendements similaires, l’un du gouvernement et l’autre de Catherine Génisson (PS).

La procédure actuelle oblige les forces de l’ordre, après un premier dépistage salivaire positif, à emmener l’automobiliste pour un prélèvement sanguin, le plus souvent dans un service d’urgence, a souligné la secrétaire d’Etat à la santé Ségolène Neuville.

« Cette méthode engendre une perte de temps très importante, souvent 3 ou 4 heures, non seulement pour les forces de l’ordre, mais aussi pour l’automobiliste et les médecins des urgences », a souligné Mme Neuville. « Ce prélèvement sanguin peut par ailleurs apparaître assez intrusif pour le conducteur sur lequel il est réalisé alors qu’une autre méthode existe par ailleurs ».

Gain de temps – Une expérimentation menée de décembre 2014 à juin 2015 dans 11 départements a permis de confirmer la faisabilité de cette procédure, a-t-elle précisé.

Comme pour les prélèvements sanguins, les prélèvements salivaires seront envoyés en laboratoire pour analyses et résultats, a ajouté la ministre.

Selon elle, cette nouvelle méthode de prélèvement biologique devrait permettre de mieux lutter contre les infractions de conduite après usage de stupéfiants. En 2014, dans 23 % des accidents mortels, au moins un conducteur ou un piéton s’est révélé être positif au dépistage de stupéfiants, a-t-elle dit. Plus de 130.000 dépistages de stupéfiants ont été réalisés sur cette période par les forces de l’ordre.

 

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Drogue au volant : le Sénat autorise le prélèvement salivaire

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X