Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention du terrorisme

Radicalisation : des auditeurs de l’INHESJ plaident pour plus de décentralisation

Publié le 21/09/2015 • Par Hugo Soutra • dans : Veille documentaire prévention-sécurité

RapportINHESJ
INHESJ
Alors que les attentats de janvier 2015 ont provoqué une « accélération des initiatives publiques destinées à juguler la menace djihadiste », l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) publie un rapport rédigé par l’un de ses groupes d’auditeurs. Au programme : analyse des réponses préventives, étude comparée des politiques de prévention et de lutte contre la radicalisation, préconisations et propositions. Selon eux, les collectivités territoriales sont appelées à jouer un rôle central.

Dans le cadre de sa nouvelle collection intitulée « les travaux des auditeurs », l’INHESJ publie gratuitement « Radicalisation islamiste et filières djihadistes : prévenir, détecter et traiter », un rapport d’environ soixante-dix pages rédigé par un groupe d’auditeurs de la promotion 2014/2015. Parmi eux : le député (PS) des Hauts-de-Seine, Sébastien Pietrasanta, auteur d’un récent rapport parlementaire sur la lutte contre le djihadisme mais aussi des fonctionnaires territoriaux, dont un chef de service Sécurité, Prévention et Médiation et un directeur de police municipale.

Identifiant dans le processus de radicalisation islamiste « un phénomène aux ressorts complexes – avec des causes géopolitiques mais aussi sociales  –  servi par des stratégies d’embrigadement efficaces », le groupe de diagnostic stratégique (GDS) plaide pour une réponse essentiellement préventive. A court-terme – avec la mobilisation des collectivités et de leurs partenaires non-sécuritaires pour détecter les « signaux faibles » – mais aussi à moyen-terme grâce à l’amélioration de la prise en charge des personnes radicalisées, et à plus long-terme, en repensant la place de l’islam en France et en corrigeant les « ambiguïtés » de la laïcité.

Par ailleurs, une quinzaine de pages sont consacrées aux « leçons à tirer des exemples étrangers. » Plusieurs zooms reviennent sur l’approche partenariale et décentralisée du Danemark ou de la Belgique, l’articulation entre les politiques sécuritaires et celles de prévention et de développement économique privilégiée par le Maroc ou bien encore entre l’approche algérienne mêlant programme sécuritaire et dimensions socio-économique, religieuse et éducative.

Rôle central des collectivités

Ils font quatorze propositions, allant de l’accompagnement des familles dont l’un des proches s’est radicalisé à la constitution d’un réseau de détection de signaux faibles en passant par l’offre de débouché alternatif aux volontés d’engagement que capte le « djihad » ou bien encore la valorisation des échanges entre les pays concernés par la radicalisation.

Le GDS recommande également d’impliquer davantage les collectivités territoriales dans la prévention de la radicalisation, estimant au passage que « c’est peut-être cette approche décentralisée qui a jusqu’ici fait  défaut en France. »

« En cohérence avec la loi du 5 mars 2007 qui a consacré la responsabilité centrale des maires dans le pilotage de la politique de prévention de la délinquance », l’Etat devrait, selon eux, inciter les collectivités à établir un diagnostic local de la radicalisation, à traiter le sujet lors des conseils locaux/intercommunaux de sécurité et de prévention de la délinquance, à former les éducateurs et les employés municipaux de terrain à la notion de radicalisation et au rôle qu’ils peuvent jouer, à faire figurer la prévention de la radicalisation dans les contrats de ville, etc.

 

Cet article est en relation avec les dossiers

Cet article fait partie du Dossier

Lutte contre le terrorisme : le gouvernement somme les collectivités de prévenir la radicalisation religieuse

Sommaire du dossier

  1. Lutte contre le terrorisme : ce que le gouvernement demande aux collectivités
  2. « Face au risque terroriste : quel rôle pour les collectivités ? »
  3. « Face à la radicalisation, rester unis et travailler ensemble »
  4. Radicalisation : forte hausse des moyens pour les collectivités
  5. Radicalisation : ce que les éducateurs de rue font dans les cellules de suivi
  6. « La prévention de la radicalisation s‘inscrit dans notre mission de protection de l’enfance »
  7. « Il y a autant de formes de radicalisation que d’individus radicalisés »
  8. « Les agents ne sont pas seuls face à la radicalisation » – Marion Leroux, directrice de l’Inset d’Angers
  9. Menace terroriste : les collectivités misent sur la prévention
  10. « Les collectivités ont un rôle crucial à jouer dans la prévention du djihadisme » – Dounia Bouzar
  11. « Il faut s’opposer aux communautaristes » – Patrick Amoyel
  12. FIPD 2016 : 70 millions d’euros aux collectivités, priorité à la lutte contre la radicalisation
  13. « Face à la radicalisation, il faut jouer de tous les leviers » – Pierre de Bousquet, préfet du Languedoc-Roussillon et de l’Hérault
  14. « Les acteurs de la prévention ont un rôle crucial à jouer contre la radicalisation » – Pierre N’Gahane
  15. Prévention de la radicalisation : ce que font nos voisins européens
  16. Radicalisation : des auditeurs de l’INHESJ plaident pour plus de décentralisation
  17. Radicalisation : les maires de banlieues interpellent l’Etat sur sa « politique d’austérité »
  18. « Nous ne sommes qu’aux balbutiements d’une vraie politique de prévention sociale de la radicalisation » – CIPC
  19. Vigipirate Alerte Attentat : les collectivités impliquées
  20. Terrorisme : les élus sensibilisés à la sécurité des policiers municipaux et des pompiers
  21. Police municipale : nouveau bilan des mesures post-attentats, le volet social renvoyé aux maires
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Radicalisation : des auditeurs de l’INHESJ plaident pour plus de décentralisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X