En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Achat public responsable

L’implication des DG dans les politiques d’achat responsable est trop faible

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu juridique, France

0

Commentaire

Réagir

Cantine bio-Pasquet © T. Pasquet/Signatures

La vaste consultation sur la performance de la commande publique dans les collectivités locales, lancée par la Gazette des communes en partenariat avec la Chaire Optima (Université de Pau et des pays de l’Adour), révèle ses premières tendances. Brice Malm, responsable de l’enquête, note une première contradiction : l’achat public responsable est soutenu par les acheteurs publics… mais peu ont enclenché une réelle politique d’achat responsable.

 

Quelles sont les premières tendances révélées par l’enquête sur l’évaluation de la performance Achats publics ?

Globalement, à travers notre enquête auprès des services achats, encore en cours, nous constatons que les acheteurs publics ne sont pas encore entrés dans une logique de performance. Nous décelons même une sorte de contradiction, entre l’intérêt affiché pour l’achat responsable et la pratique réelle : 70 % des personnes interrogées considèrent qu’il est intéressant de mettre en œuvre une politique d’achat responsable, mais seuls 30% l’ont réellement formalisée en se dotant d’outils de définition et d’indicateurs de performance

Comment expliquer cette contradiction ?

Une politique achat, c’est d’abord le fruit d’une impulsion des directeurs de services. Ces derniers créent les conditions de réalisation de toute  politique achat. Nous n’avons pas, à ce stade de l’enquête, constaté une réelle volonté d’organiser une politique d’achat responsable. Autrement dit, l’implication des DGS est encore assez faible et l’achat responsable ne semble pas être une de leurs priorités. Mais c’est encore une tendance à vérifier.

Cette timidité est-elle spécifique aux achats responsables ?

Toute politique d’achat doit être impulsée. Et si la performance dans l’achat public n’est pas une priorité, a fortiori, la recherche de performance dans l’achat public responsable, plus spécifique, l’est encore moins. En outre, le respect du code des marchés publics « suffit » pour de nombreux acheteurs. Leur priorité, c’est de respecter le code dans ses aspects normatifs. Ils ne vont pas plus loin, s’en tenant à la limitation des risques par une application stricte du code.

L’achat public responsable se heurte donc à une à vision uniquement juridique de l’achat public ?

Mettre en place une politique d’achat public responsable performant, ce n’est pas encore  une priorité. Cependant, cela devrait évoluer, car nous entrons dans une logique d’utilisation de la commande publique dans une dimension sociale d’une part, et en tenant compte du coût global d’autre part. Ces considérations sont encore difficiles à appréhender aujourd’hui, mais la volonté politique est là ! J’en veux pour exemple le débat sur la restauration scolaire et l’achat local.

Mais pour se faire, concrètement, sur le terrain, il faudra effectivement utiliser le code des marchés publics de façon plus « souple », le faire jouer aussi dans ses composantes sociales et environnementales. Par exemple, et pour revenir sur le débat sur la restauration scolaire, cela n’est pas toujours évident pour les acheteurs publics, car ils peuvent craindre une proximité dangereuse entre l’achat local et le délit de favoritisme. Les acheteurs sont plutôt dans une logique de protection.

Par ailleurs, l’achat responsable est encore considéré comme un achat plus coûteux. De nombreux acheteurs continuent à faire prévaloir le « moins disant », sans tenir compte du coût global, qui se mesure au-delà de l’acte d’achat.

L’achat public va probablement quitter cette vision  actuellement essentiellement « juridique », avec l’arrivée d’acheteurs issus du privés. Mais encore une fois, cette évolution vers un achat public « politique » au sens noble du terme, et performant, ne se fera pas sans une impulsion de la direction générale.

La Gazette des communes et la Chaire Optima (Université de Pau et des pays de l’Adour) vous proposent de répondre à un questionnaire unique, développé en collaboration avec les praticiens et experts de la commande publique des collectivités locales.

L’étude est née de la nécessité partagée d’améliorer la performance de la commande publique. Elle a pour objectifs de présenter à la fois :

  • un panorama des meilleures pratiques de la commande publique ;
  • une analyse des indicateurs clés d’évaluation de la performance de la commande publique ;
  • des éléments de prospectives sur le rôle futur de la commande publique dans la performance des collectivités locales.

Cette enquête pionnière  permettra d‘accéder à la première grille d’évaluation de la performance Achats appliquée aux collectivités locales, de vous auto-évaluer et, ainsi, d’éclairer vos futures décisions.

Participez vous aussi à l’enquête : accédez au questionnaire en cliquant sur ce lien.

 

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.