En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Développement local

Emploi : les Pays de la Loire veulent piloter, à la place de l’Etat

Publié le • Par • dans : Régions

0

Commentaire

Réagir

piloter © Flickr CC by Intel Free Press by

La région Pays de la Loire s’est portée volontaire pour assurer la coordination et l’animation du service public de l’emploi sur son territoire. Dans un souci « de gagner en efficacité », insistent les élus.

 

 

C’est une disposition de la Loi NOTRe du 7 août 2015, sur laquelle la région Pays de la Loire n’a pas tardé à rebondir. Dès le mois de juillet dernier, Jacques Auxiette, le président des Pays de la Loire a écrit à François Hollande pour lui demander de transférer le service public de l’emploi, de l’Etat vers ses services. « Nous espérons une réponse très rapide » a rappelé Christophe Clergeau, premier vice-président de la région en charge de l’économie, ce mercredi 16 septembre 2015, depuis Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Ce transfert prendrait la forme d’une délégation et non d’une expérimentation. Elle porterait sur la coordination et l’animation des différents outils et intervenants du secteur : missions locales, Cap emploi, maisons de l’emploi, plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE)… « Jusqu’à présent, c’est le préfet qui réunit les acteurs de la lutte contre le chômage, poursuit Christophe Clergeau. Nous pensons que nous serons plus efficaces si les collectivités locales et notamment le tandem région-intercommunalités se placent en première ligne ».

Pôle Emploi conserve ses prérogatives

Il s’agirait ainsi de mieux faire converger les politiques de développement économique pour lesquelles la région est cheffe de file sur son territoire, mais aussi d’apprentissage et de formation professionnelle, dont elle a aussi la compétence. Cette délégation s’arrêterait toutefois aux portes de Pôle Emploi. « La région n’a jamais demandé à diriger cette structure, rétorque l’élu. Nous pouvons travailler ensemble et instaurer une coordination étroite entre nos services ». Il cite d’ailleurs la mise en place d’une convention entre les deux institutions, portant sur l’achat de formations. « Nous pourrions aller encore plus loin, par exemple mettre en place des dispositifs sur mesure pour des entreprises locales qui ont des besoins d’embauche immédiat ».

Si la demande de délégation aboutit, les services concernés de l’Etat auraient « vocation à être transféré à la région ou mis à sa disposition ». A ce stade, Christophe Clergeau comme Jean-Philippe Magnen, vice-président en charge de l’emploi, de la formation professionnelle et des métiers de demain, disent « ne pas savoir combien d’emplois seraient concernés ». Quant à la délégation, elle porterait dans un premier temps sur 5-6 ans, avec reconduction possible. « Je demande au gouvernement de nous dire très rapidement ‘Banco’, conclut Christophe Clergeau.

Un taux de chômage à 9%

Dans les Pays de la Loire, le taux de chômage s’élève à 9% contre 10% à l’échelle de la France métropolitaine. La région se situe donc juste derrière la Bretagne et l’Ile-de-France (8,8%) puis l’Auvergne et Rhône-Alpes (8,9%). En juillet 2015, elle recensait 176 241 demandeurs d’emploi (catégorie A). Soit une hausse de 5,5% par rapport à juillet 2014, supérieure à l’augmentation nationale sur la même période (3,9%). Pour les élus, la hausse s’explique surtout par « l’attractivité de la région » et l’accroissement du nombre d’actifs, plus important que celui des créations d’emplois.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.