Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Forum de l'ultrapériphérie européenne

Les régions ultrapériphériques demandent une place à part en Europe

Publié le 31/05/2010 • Par Euractiv.fr • dans : Europe • Source : EuroActiv.fr

Les dirigeants politiques des régions ultrapériphériques de l'UE demandent des stratégies sur mesure et des exemptions de certaines politiques européennes essentielles.

Le forum des régions ultrapériphériques, organisé les 27 et 28 mai 2010 par la présidence espagnole de l’UE, est le premier du genre. Il a réuni des représentants des quatre coins du globe comme l’Amérique du sud (Guyana) ou l’Océan indien (La Réunion).

Les représentants de ces régions ont particulièrement remarqué la présence du commissaire au Marché intérieur, Michel Barnier, qui a pris le temps de délivrer un discours alors qu’il devait assister à des réunions vitales sur la régulation bancaire.

Sous couvert d’anonymat, certains représentants régionaux ont déclaré à EurActiv que Michel Barnier aurait été contraint d’assister à cette rencontre pour représenter l’intérêt national français, six des neuf régions ultrapériphériques étant françaises.

Cependant, Michel Barnier lui-même a rétorqué qu’il avait un lien de longue date avec les régions ultrapériphériques. Non seulement en tant qu’ancien commissaire européen à la politique régionale, mais également parce qu’il soutenait vigoureusement l’article 349 du traité de Lisbonne, qui reconnaît officiellement le statut des régions ultrapériphériques.

Crise
Michel Barnier a noté que les temps étaient particulièrement difficiles pour ces régions car la crise économique mondiale avait touché plus fortement les territoires de l’UE les plus faibles.

Le commissaire français a détaillé un certain nombre d’autres éléments clefs qui pourraient entraver le développement en cours de ces régions, comme la prochaine négociation du budget de l’UE.

Si les négociations commerciales n’aboutissaient pas, cela pourrait également avoir un impact sévère sur leur productivité économique. Enfin, dans une UE élargie à 27, il est plus difficile pour les régions périphériques de faire entendre leur voix, car elles sont représentées par trois Etats sur 27, contre trois sur 15 auparavant.

 « Les régions ultrapériphériques doivent plus que jamais parler d’une seule voix », a indiqué Michel Barnier. Il a ajouté qu’elles avaient trois défenseurs très actifs au sein de la Commission: lui même, le commissaire espagnol, Joaquin Almunia et le portugais, président de la Commission, José Manuel Barroso.

Le président Barroso, en particulier, est très au fait de ces questions, a ajouté M. Barnier. “Vous pouvez compter sur moi”, a-t-il ajouté.

Exemptions et exceptions
Les dirigeants politiques des principales régions ultrapériphériques ont formulé un certain nombre de demandes, notamment le fait d’être exemptées de certaines stratégies européennes ou de bénéficier d’un statut particulier.

Le président de la région de Guyane, Rodolphe Alexandre, s’est par exemple plaint que les sommes dédiées aux projets d’innovation et de compétitivité au sein de la politique de cohésion n’étaient pas en phase avec les besoins des régions ultrapériphériques et constituaient un problème majeur pour elles.

Pour ces régions, la Commission devrait faire de l’investissement dans les infrastructures une priorité. Une majeure partie d’entre elles en étant dépourvues, a-t-il ajouté.

 Il a également demandé que ces territoires bénéficient de clauses dérogatoires sur les transferts de carburants.

La nécessité de voir les régions ultrapériphériques traitées de manière différente par l’UE a été demandée par différentes régions. “Nos statuts justifient une différence de traitements” afin de pouvoir nous retrouver à égalité avec les citoyens du continent, a insisté le président du gouvernement régional des Açores, André Bradford.

 Le président du Conseil régional de la Réunion, Didier Robert, a quant à lui souligné l’importance de mettre en place des stratégies adaptées à ces régions et a demandé une hausse des transferts de technologie afin d’augmenter la croissance plus rapidement.

 Il a indiqué au commissaire Michel Barnier que les régions ultrapériphériques luttaient toujours pour tirer les bénéfices du marché intérieur de l’UE étant donnée leur isolation géographique. Celui-ci leur a répondu qu’il comptait travailler dur pour s’assurer que les principaux outils du marché intérieur, tels que la directive services ou celle sur les marchés publics, puissent être adaptées, quand c’était possible, à la situation unique de ces territoires.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les régions ultrapériphériques demandent une place à part en Europe

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X