Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Police municipale

Police municipale : échec des discussions avec l’AMF, l’Intersyndicale maintient l’appel à manifester le 1er juin

Publié le 28/05/2010 • Par Hervé Jouanneau • dans : Actu prévention sécurité, France

« Une réunion consternante, voire affligeante… ». Tels sont les premiers mots du communiqué transmis le 28 mai par l’Intersyndicale des policiers municipaux (CGT, SNPM-CFTC, FO, FA-FPT, UNSA, INTERCO-CFDT) après sa réunion sur le volet social avec le président de l’Association des maires de France et les représentants du secrétariat d’Etat chargé des collectivités locales.

Deux jours après la cérémonie d’hommage national rendue par le chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, à la jeune policière municipale de Villiers-sur-Marne tuée en service, la reprise des discussions entre l’Intersyndicale des policiers municipaux, le secrétariat d’Etat chargé des collectivités locales et le président de l’Association des maires de France (AMF) était très attendue. Elle faisait suite à une réunion qui s’était tenue la veille avec le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, sur la question de l’armement.

Dans son communiqué, l’Intersyndicale estime avoir « reçu une fin de non recevoir de l’Association des maires de France (AMF), avec une posture digne du passé et sans aucune considération pour la profession ».
« L’AMF n’a fait aucune proposition relative à des avancées sociales. Les propos tenus par le président de l’AMF, Monsieur Jacques Pélissard et par les représentants du gouvernement sont en totale contradiction avec la reconnaissance que nous a porté le Président de la République il y a seulement deux jours de cela ; ils sont inacceptables par les policiers municipaux », déplore l’Intersyndicale.
Lors des obsèques de Villiers-sur-Marne, Nicolas Sarkozy avait rendu un hommage aux « policiers municipaux, premier rempart de notre sécurité et de nos libertés » et avait appelé le gouvernement à lancer une « réflexion approfondie sur la place, le rôle et le statut » de cette police.

En colère, l’Intersyndicale tire les conséquences de cet échec et maintient son appel à manifester le 1er juin prochain, dans plusieurs villes de France. Dans un communiqué envoyé séparément, le SNPM-CFTC précise que « Monsieur Pélissard s’est permis de déclarer que la police municipale n’était là que pour faire du stationnement, que l’Etat ne devait nullement imposer aux maires les missions de la police municipale et que la seule police armée devait être la Police d’Etat. » L’AMF n’a pour l’instant pas réagi.

De son côté, le secrétaire d’Etat chargé des collectivités locales, Alain Marleix, précise que la réunion a permis des « échanges de vue sur les demandes des policiers municipaux en ce qui concerne la fixation d’un régime indemnitaire obligatoire comme reconnaissance de la spécificité de la filière, sa prise en compte dans le calcul des droits à retraite et une revalorisation des carrières ».
Dans son communiqué, le secrétaire d’Etat indique également que les principales propositions du rapport Ambroggiani de 2009 devrait être mises en œuvre « rapidement », notamment « le rapprochement des gardes champêtres et des policiers municipaux, la création d’une médaille d’honneur ».
Deux groupes de travail vont désormais être constitués, précise-t-il : le premier sur la prise en compte des missions particulières dans le régime indemnitaire des policiers municipaux, le second sur la formation des policiers municipaux, avec le CNFPT.

Cet article est en relation avec le dossier

5 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Police municipale : échec des discussions avec l’AMF, l’Intersyndicale maintient l’appel à manifester le 1er juin

Votre e-mail ne sera pas publié

fonzis

29/05/2010 12h02

c’est inadmissible le manque de considération qui peut ressortir d’une telle réunion apres les mots du chef de l’Etat c’est à se demander si la communication existe au niveau du gouvernement !!!!!!!!!!!!!

O live

29/05/2010 02h56

Comment peut-on laisser des agents de POLICE en uniforme sur la voie publique exercer leur métier d’Agent de Police Judiciaire Adjoint sans moyen de riposte face à un agresseur potentiel … c’est du n’importe quoi de jouer avec la vie de ceux qui se dévouent pour leur pays.
Qui ? aujourd’hui peut garantir qu’une ville ou un village ne sera pas traversé par des criminels et ne croiseront pas la route d’un agent de Police Municipale qu’ils prendront pour cible ?
En France on arme de pistolets semi-automatique de 1ère catégorie des agents souvent moins formés à l’utilisation des armes : je pense aux Gendarmes Adjoints, et Adjoints de Sécurité de la Police Nationale qui eu aussi ont des qualifications judiciaires semblables. Et puis les Réservistes de la Gendarmerie qui tirent une fois par an en entraînement et ont une autre profession le reste du temps !
Je pense également aux Agents de Surveillance de la « SNCF » (SUGE) qui sont armés de révolvers, imposé par leur direction et autorisés par les services de l’état !
Je pense aux convoyeurs de fonds …
Le gouvernement reconnait le risque des professions ci-dessus alors qu’on laisse encore en 2010 des Policiers Municipaux sans défense sur la voie publique !
Il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités en obligeant le port d’une arme létale de 4e catégorie aux Policiers Municipaux.
Quant il s’agit d’imposer des couleurs de véhicules ou d’uniformes, cela a bien été imposé aux Maires.
L’arme doit faire partie de cet uniforme. Les missions d’hier, telles que la verbalisation du stationnement payant ne sont plus celles d’aujourd’hui et celles d’hier, ce sont souvent les Agents de Surveillance de la Voie Publique qui les font.
Il serait bon de rappeler que les Policiers Municipaux ont beaucoup de missions semblables aux Policiers Nationaux, ce qu’ignorent encore certains élus !
Le Maire est le représentant de l’état dans sa commune et ce n’est pas à lui seul que doit dépendre une telle responsabilité d’armer ou non sa Police.
Combien d’Agents au tapis faudra t-il compter pour que les choses changent ?

Bonne réflexion …

Zapo

29/05/2010 11h27

Les politiques ne sont pas régulièrement des cibles et pourtant des gens en civils et armés assurent leur sécurité. Tous ceci est politique et il ne faudrait surtout pas froissés les représentants des polices étatiques qui seraient obligés de nous considérés comme leurs égaux en matière de sécurité publique. Aucune considération…aucune profession…on nous prends pour des cons. A 100% d’accord avec o live!

O live

31/05/2010 11h12

Il faut savoir que notre Président a acheté aux Policiers Nationaux des pistolets classés en 1ère catégorie 9 mm alors qu’auparavant ils étaient dotés de révolvers classés en 4ème catégorie 38 sp ! Pour info 1ère catégorie = armes de guerre et 4ème catégorie armes de défense. Comme quoi la guerre sur la voie publique, ça existe de nos jours ! La Police Municipale quand à elle, elle a la possibilité d’armement en 4ème catégorie, seulement si le Maire, qui est probablement doté d’un 6ème sens, le décide. Sinon faut faire la guerre sans rien mais faut mettre son chasuble pour que la cible soit visible. C’est quand même surprenant et avec ça on explique à nos enfants, Liberté Egalité Fraternité = France. « hé m sieur le policier il est ou ton pistolet » …

Le courage, arme non classée !

bandit 1200 S

31/05/2010 04h32

A croire qu’il vaut mieux être côté bandit que côté policier. Un policier municipal mort, la famille ne mettra jamais le feu aux voitures ou aux poubelles. Pas de casse, juste des pleures. Ca fait moins de bruit et ça coûte moins cher. Bravo Mrs Les politiciens ! On continue à croire en vous !

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X