Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Opération de renouvellement urbain

Coup d’envoi du programme de construction au CAFI, dans le Lot-et-Garonne

Publié le 27/05/2010 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le centre d'accueil des Français d'Indochine (CAFI) est transformé dans le cadre d'une opération de renouvellement urbain, soutenue par l'Anru à titre dérogatoire en raison de son caractère symbolique et historique.

La pose de la première pierre du programme de 32 logements sociaux réalisé par la SA HLM Ciliopée d’Agen, le 28 mai 2010, au Centre d’accueil des Français d’Indochine à Sainte-Livrade-sur-Lot (Lot-et-Garonne) donne le coup d’envoi à une opération de renouvellement urbain soutenue par l’Agence de renouvellement urbain (ANRU) qui intervient à hauteur de 32%.

Le projet de 20 millions d’euros, cofinancé par la commune, le conseil général de Lot-et-Garonne et le conseil régional d’Aquitaine, doit aboutir, à terme, à la construction de 120 logements répartis entre le CAFI et le bourg, à la réhabilitation des lieux de culte et à la création d’un lieu de mémoire.

L’Anru a accepte d’intervenir à titre dérogatoire au titre du caractère symbolique et historique du CAFI, situé en périphérie d’une commune rurale de 6.000 habitants.

Parmi les derniers occupants de l’ancien camp militaire figuraient, en effet, les rescapés des 1.200 rapatriés d’Indochine, dont 740 enfants, que l’Etat français a installé dans cette partie rurale du Lot-et-Garonne en 1956. Cet hébergement, temporaire au départ, a duré. Jusque dans les années 80, les habitants du Cafi vivaient en quasi-autarcie et étaient pris en charge par l’Etat. En 1981, ce dernier cède à la commune la propriété du camp, tout en maintenant en place une structure administrative pendant dix ans.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Coup d’envoi du programme de construction au CAFI, dans le Lot-et-Garonne

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X