Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Statut

Projet de loi Déontologie : le SNDGCT rappelle la nécessité d’un véritable statut pour les DGS

Publié le 10/09/2015 • Par Brigitte Menguy • dans : Actu Emploi, Actu juridique, France, Toute l'actu RH

Marianne_herreneck - Fotolia.com
Fotolia
Inscrit au calendrier de la rentrée parlementaire, le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires fait réagir le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT) qui exprime « la nécessité d’améliorer plusieurs points du texte ». Son président, Stéphane Pintre, rappelle notamment que cette réforme doit s’accompagner d’un véritable statut pour les directeurs généraux de service des collectivités.

Le 7 octobre 2015, l’Assemblée nationale a rendez-vous avec le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires. Premiers débats sur ce texte que les agents publics n’attendaient plus. Le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT), qui a rencontré en juillet la rapporteure du texte à l’Assemblée, Françoise Descamps-Crosnier, alerte d’ores et déjà le Gouvernement sur « la nécessité d’améliorer plusieurs points du texte ».

Car si son président, Stéphane Pintre, se réjouit dans un communiqué de la limitation du principe de laïcité à l’exercice des fonctions de l’agent, il déplore l’absence de l’obligation de réserve dans le texte. Cette future loi devrait, selon le président du syndicat, « rappeler à côté du respect neutralité, l’obligation de réserve à laquelle le fonctionnaire est astreint dans son service ».

La nécessité d’un statut pour les DGS des collectivités

Sur le rôle du chef de service, consacré comme « le garant de tous les principes déontologiques pour les services placés sous son autorité », la rapporteure de la loi a admis que la notion de chef de service n’avait pas la même signification « à l’État » et « à la territoriale ». Le SNDGCT propose donc une définition de ce terme pour tenir compte des missions de directions générales dans les collectivités.

Quant au dispositif de protection des « lanceurs d’alerte » introduit par le projet de loi dans le statut général des fonctionnaires afin de permettre à un agent de bonne foi de signaler l’existence d’un conflit d’intérêt sans crainte d’éventuelles pressions, le SNDGCT regrette son caractère « purement théorique » qui se heurte pour le directeur général des services à l’absence d’un véritable statut.

A ce titre, le syndicat a rappelé que le rapport du SCPC (Service Central de Prévention de la Corruption) préconisait déjà en 2013 de combler le vide juridique par la création d’un statut juridique a minima en permettant à l’exécutif local de confier une délégation de direction générale au DGS.

Enfin, le SNDGCT se satisfait de la création obligatoire d’un référent déontologue, qu’il souhaite voir complétée par de véritables garanties de confidentialité et d’indépendance. Il rappelle que la réussite de la mise en place de cette culture déontologique dépendra des moyens humains et matériels mis en œuvre. A suivre donc.

Références

Le projet de loi

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Projet de loi Déontologie : le SNDGCT rappelle la nécessité d’un véritable statut pour les DGS

Votre e-mail ne sera pas publié

moi

24/09/2017 07h42

Les dgs ont vraiment besoin d’être protégés et clarifiés dans leur rôle car ce sont eux qui ont la légitimité techniques.
Leur donner la responsabilité ne suffit pas, il faut aussi leur garantir la possibilité d’exercer effectivement et librement les fonctions qui leur donnent cette responsabilité.
L’empiètement des élus sur leur rôle est beaucoup plus fréquent qu’on le croit et surtout très préjudiciable pour l’organisation et les finances de collectivités locales, surtout lorsqu’il s’agit de petites communes. Qu’en est-il des secrétaires de Mairie qui ont le même rôle les mêmes responsabilités que le DGS et dont le statut est encore plus ambiguë dans la tête des élus puisque leur rôle est parfois réduit à celui de secrétaire du maîre alors que leur responsabilité de responsable des services est bien là, elle. un simple changement du nom de secrétaire de Mairie en Directeur changerait déjà la perception des élus et des agents de ce rôle…beaucoup de secrétaires de Mairie sont des femmes..et elles sont encore moins perçues comme des directeurs de services et la souffrance silencieuse est énorme….

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X