En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Fonction publique

« Le manque d’attractivité de la territoriale n’est pas lié seulement aux rémunérations »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

THEURET-Johan-une © ANDRH Grande Collectivités

A 37 ans, Johan Theuret, administrateur territorial, DGA « ressources » de Clermont-Ferrand, prend les rênes de l’Association des DRH des grandes collectivités. Que pense-t-il de l’accord sur l’avenir de la fonction publique, du projet de loi déontologie nouvelle formule ? Interview.

 

Que pensez-vous de l’accord sur l’avenir de la fonction publique laissé à la signature des syndicats jusqu’au 30 septembre ?

Nous sommes favorables à une réflexion sur la rémunération des fonctionnaires mais il y a un manque de lisibilité et d’équité entre les agents des différentes catégories. Pour les services RH, qui travaillent avec des projections sur plusieurs années, la multiplication des dispositifs est difficile à comprendre et à appliquer.
S’agit-il d’une revalorisation salariale ou de quatre points de régime indemnitaire remis sur le traitement indiciaire et servant de calcul à la retraite ? Dans ce dernier cas, il s’agit simplement d’une opération à blanc. Il est normal de revoir les entrées et les sorties de grilles à cause des plafonnements de carrières mais il existe aussi des problématiques de compléments de salaire.

Lire aussi : Version finale de l’accord relatif à l’avenir de la fonction publique, aux carrières et aux rémunérations

Quelles améliorations proposez-vous alors ?

La garantie individuelle de pouvoir d’achat, qui devait disparaître en 2014, coûte de plus en plus cher car elle concerne toujours plus d’agents au regard d’une pyramide des âges vieillissante. De même, la nouvelle bonification indiciaire, créée en 1991, qui était au départ un dédommagement d’une sujétion particulière, ne correspond plus à rien car elle est devenue un complément de salaire. Les deux pourraient être refondues. Mais le manque d’attractivité de la territoriale n’est pas lié seulement aux rémunérations. Il faudrait aussi diversifier les voies d’accès, valoriser la validation des acquis de l’expérience, redonner des perspectives de carrière à toutes les catégories.

Quelles sont vos pistes de réflexion sur l’apprentissage ?

Nous sommes en phase avec le gouvernement lorsqu’il affirme que les collectivités ont un rôle à jouer pour l’emploi des jeunes. L’apprentissage doit permettre d’anticiper les pertes de compétences liées aux départs en retraite. Selon nous, une incitation financière des collectivités via une exonération de charges s’impose. De même, il faudrait pouvoir « stagiairiser » sans concours ou sur sélection pour faciliter l’intégration des jeunes.

Enfin, il est nécessaire de renforcer la découverte et la valorisation des métiers. Le CNFPT devrait ainsi se rapprocher des centres de formation d’apprentis.

Le contenu du projet de loi « déontologie » semble vous inquiéter ?

En effet, la suppression de l’exclusion de trois jours du premier groupe des sanctions disciplinaires et la saisine obligatoire du conseil de discipline retirent aux employeurs une possibilité de sanction financière. Nous allons alerter Marylise Lebranchu ainsi que les parlementaires car cela témoigne d’une méconnaissance du fonctionnement de la territoriale.

Lire aussi : Les principaux points de l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi « déontologie »

Une expertise de terrain

Regroupant des DRH de grandes villes, d’établissements publics de coopération intercommunale, de départements et de régions, l’Association des DRH des grandes collectivités se veut avant tout une association de praticiens, forts de leur expertise de terrain. Echanges de pratiques, travail en réseau, consultations sur les réformes en cours ou les évolutions statutaires constituent ses spécificités. L’association aimerait toutefois être davantage associée aux réflexions par la direction générale des collectivités locales et le ministère de la Fonction publique… Elle se penche actuellement sur deux sujets : la maîtrise de la masse salariale et l’absentéisme. En outre, elle prépare activement son colloque du 9 octobre à Paris sur le thème « travailler ensemble, une invitation ou une obligation ? ».

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts
Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Un de Midi-Pyrénées 12/09/2015, 11h57

    Pourquoi je me dis parfois que je ne le referais pas ?
    Parce que la relation élus / administration devient de plus en plus complexe et qu'il y a parfois des raisons de devenir dingue à jongler entre direction générale, services, maire ou président, adjoints ou élus délégués, usagers, etc.

  2. 2. MARIOS80 04/09/2015, 09h04

    Bonjour,
    De manière générale, le manque d'attractivité dans la fonction publique quelle qu'elle soit, est surtout lié aux barrières existantes qui ne permettent pas, aujourd'hui, aux agents d'évoluer au sein des administrations et ainsi de pouvoir s'épanouir professionnellement.
    Trop de concours inutiles et peu adaptés à la réalité du terrain.
    Peu de postes ouverts en interne ou à la promotion comparativement aux nombres de candidats promouvables.
    Et la plus pénalisée à mon sens, c'est bien la catégorie B pour laquelle de nombreux personnels occupent des postes de catégorie A ou des missions dévolues aux cadres, et je dit cadre au sens réglementaire, sans pour autant être nommés au grade de l'emploi qu'ils occupent.
    Peu de perspectives d'évolutions dans les services de l'état et ce n'est pas avec la réorganisation territoriale que cela va s'arranger.
    Je pensais qu'en entrant dans la fonction publique, il était plus facile d'évoluer et de monter en grade que cela ne l'est dans le privé. Quelle erreur !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.