Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Electricité solaire

La ville concède au privé la couverture solaire de 115 bâtiments communaux

Publié le 20/05/2010 • Par Emmanuelle Quémard • dans : Régions

A la suite d’un appel à projets lancé en juin 2009, la ville de Marseille vient de sélectionner cinq opérateurs spécialisés en énergies renouvelables pour mettre en œuvre un vaste programme photovoltaïque sur l’ensemble du territoire communal.

GDF SUEZ, Solaire Direct, Yomatec, Tenergie et EDF Energies Nouvelles signeront prochainement des conventions avec la municipalité marseillaise pour équiper de panneaux solaires – fournis par le fabricant français Photowatt- les toits de 115 bâtiments communaux : écoles, crèches, gymnases, locaux du bataillon des marins-pompiers, centres d’hébergement…
Deux autres protocoles seront ultérieurement proposés à de nouveaux opérateurs pour l’attribution de quelques dizaines de toitures publiques supplémentaires. Au total, les sociétés privées retenues dans le cadre de ce programme seront chargées d’installer et d’exploiter une surface photovoltaïque totale de 160.000 mètres carré, représentant une puissance cumulée de l’ordre de 13 mégawattspour une production électrique annuelle de 14,9 millions de Kilowatts par heure. Le montant de l’investissement réalisé par les entreprises retenues par la ville est estimé à 90 millions d’euros. De son côté, la municipalité percevra 26 millions d’euros de recettes sur vingt ans. Cette manne sera versée sous forme de redevance directe et de contribution en nature, via la réfection et l’entretien de l’étanchéité des bâtiments concernés.

«Ce projet permettra, à terme, de produire l’équivalent de la consommation de 6.930 ménages, ce qui évitera de rejeter annuellement dans l’atmosphère 1,1 tonne de gaz carbonique», se réjouit Hélène Venturino, conseillère municipale (UMP) déléguée aux énergies renouvelables.

Si la quasi-totalité des conseillers municipaux ont approuvé, le 10 mai dernier, le programme photovoltaïque, le groupe des Verts s’est paradoxalement opposé à la mise en œuvre des conventions avec les opérateurs privés. Michèle Poncet-Ramade, chef de file des écologistes marseillais, a notamment dénoncé « les cadeaux faits par la commune aux firmes multinationales venant s’acheter une bonne image écolo-compatible ». L’élue verte estime que les équipements prévus sur les toitures publiques n’amélioreront pas le bilan énergétique des bâtiments concernés car, souligne-t-elle, «l’électricité produite ne sera pas consommée sur place, mais remise sur le marché ».

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La ville concède au privé la couverture solaire de 115 bâtiments communaux

Votre e-mail ne sera pas publié

michel/gogomifre

26/05/2010 02h38

Tout à fait d’accord avec la réaction sensée des élus verts de Marseille.
Arrétons de nous faire de l’affichage politique avec le photovoltaique, qui ne rapporte qu’aux lobby qui, non contents d’être compensés pour la différence de coût entre l’obligation d’achat et la revente, peuvent proposer sur les marchés européens et mondiaux de l’électricité verte + chère.
N’oublions pas que l’enjeu principal initial reste la MDE, et d’une part, la réduction de la demande énergétique du parc de bâtiments anciens.

Attendons (pas trop longtemps) les décrets d’application du Grenelle 2.

michel/gogomifre

26/05/2010 02h53

Erratum,
Juste un rectificatif concernant votre article. Il faut lire 13 GigaWatts crête de puissance et non 13 Mégawatts.
De plus, il faut lire 1100 Tonnes de CO2/an et non 1,1 tonne.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X