En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

4

Commentaires

Réagir

Protection de l'enfance

Le conseil départemental de l’Isère accusé de « placement abusif » d’un enfant autiste

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions

4

Commentaires

Réagir

une-aire-jeux © © Service communication - Ville de Narbonne

L’aide sociale à l’enfance de l’Isère a été violemment attaquée par des associations de parents d’enfant autiste à la suite d’un placement, décidé par le juge, de trois enfants d’une même fratrie dont l’un autiste. Ces associations veulent faire de ce dossier un cas d’école, au risque de se tromper de cible…

 

A l’initiative d’Autisme France, une constellation de 127 petites associations, nationales mais surtout locales, de parents d’enfants autistes a publié, le 10 août, un communiqué au vitriol sur « les placements abusifs », avec un co-signataire de poids, l’Unapei. Largement repris par la presse au cœur de l’été, ce communiqué met violemment en cause l’aide sociale à l’enfance de l’Isère, à qui le tribunal pour enfants de Grenoble a confié, le 3 juillet, trois enfants d’une même fratrie, dont l’un diagnostiqué autiste : « la protection de l’enfance est devenue un système largement dévoyé, écrivent les associations: appel, y compris anonyme, à la délation permanente, droits des familles violés en permanence, accès interdit aux rapports établis à leur encontre et aux débats contradictoires, judiciarisation abusive des informations transmises aux services sociaux, experts judiciaires non-indépendants et incompétents, méconnaissance totale du handicap et vision préhistorique de l’autisme comme conséquence d’une relation déviante entre la mère et l’enfant, sous-traitance des enquêtes et placements à des associations sans formation ni contrôle, maltraitances souvent signalées. »”

Respecter la décision du juge

Abasourdi, le conseil départemental de l’Isère, a aussitôt répliqué à ce « scandaleux coup médiatique » dans un communiqué du 10 août et rappelé que « le département de l’Isère n’a pas d’autre possibilité que de respecter la décision du juge en opérant le placement ». Après avoir vainement demandé au juge pour enfants la solution alternative du placement chez un « tiers digne de confiance », en l’occurrence les grands parents, le conseil départemental a dû, pour le moment, séparer la fratrie : deux des trois enfants, dont le petit autiste de 6 ans, sont placés en foyer, et l’aînée, 9 ans, en famille d’accueil. « Nous refusons d’entrer dans une logique d’affrontement, commente Frédérique Puissat, vice-présidente du conseil départemental chargée de la famille, de l’enfance et de la santé. Nous sommes d’autant plus surpris par cette attaque que nous sommes en contact permanent avec l’avocate de la mère de famille et l’association Envol Isère Autisme, qui suit l’enfant. Et l’affaire est beaucoup plus complexe qu’il n’est dit. »

Une affaire complexe

Affaire complexe, on le comprend entre les lignes d’un rapport rédigé en juillet par Autisme France, très à charge lui aussi : « Aide sociale à l’enfance : la machine à broyer les familles d’enfants autistes ». Des pans entiers du dossier sont déballés ! Le conditionnel reste de mise, mais la mère pourrait avoir été considérée par la justice comme « pathologique » elle-même, selon les conclusions d’une expertise psychiatrique : syndrome de Münchhausen par procuration (syndrome très grave et très rare dans lequel la mère rend son enfant maladie pour se valoriser, ndlr) y compris pour les deux autres enfants non diagnostiqués autistes, et syndrome d’aliénation parentale -les deux parents séparés sont en conflit. Les associations ont la volonté de faire de cette affaire un cas d’école. Elles y voient une confirmation de ce qu’en France,

  • l’idéologie psychanalytique dominante ne désarmerait pas et continuerait à culpabiliser les mères d’enfant autiste ;
  • la pédopsychiatrie institutionnelle refuserait d’appliquer les recommandations de bonne pratique faites en 2012 par la Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm). S’appuyant sur une conception développementale (neurologique) de l’autisme, ces recommandations prônent une prise en charge éducative et comportementale et non plus psychiatrique.

Une vision complotiste

Pour Autisme France, la psychanalyse aurait en quelque sorte noyauté le dossier isérois depuis l’hôpital de jour de Romans (Drôme), qui a effectué le signalement déclencheur au parquet, fin 2011 au moment où la mère souhaitait un autre type de prise en charge, jusqu’à l’expert psychiatre auquel le juge a eu recours, en passant par les travailleurs sociaux qui ont fait l’enquête. La vision paraît, certes, complotiste, mais on ne peut balayer d’un revers de main la réalité de ce que vivent les parents. Le 15 juillet, le tribunal administratif de Paris a d’ailleurs condamné l’État à verser 240 000 euros à 7 familles d’enfant autiste pour carences de prise en charge. Et ces mêmes parents, qui en font le choix, ne trouvent pas en institution (centres médico-psychologiques, centres médico-psycho-pédagogiques, hôpitaux de jour…) les méthodes éducatives type ABA ou Teacch dont l’efficacité est pourtant reconnue partout dans le monde. Ils doivent se tourner vers les professionnels libéraux. Lors de la présentation, le 16 avril dernier, d’un rapport d’étape du 3e Plan Autisme (2013-2017), Ségolène Neuville, secrétaire d’État en charge du Handicap l’a reconnu implicitement et a insisté sur l’application des recommandations des autorités de santé – « Il faut « agir encore plus vite et plus fort ». Avec un levier d’action important : la formation des professionnels de santé et d’accompagnement.

Instrumentalisation ?

Mais si la cause est juste, la cible est-elle la bonne ? Dans un communiqué de soutien à tous les professionnels de la protection de l’enfance de l’Isère « qui sont injustement discrédités sans pouvoir se défendre », l’Organisation nationale des éducateurs spécialisés (Ones) évoque « une campagne de diffamation » et, de la part de l’avocate de la mère, « une stratégie de défense bien connue (stratégie de rupture) qui consiste à porter devant les médias un débat qui ne peut être remporté devant le juge ». L’Ones répond à un certain nombre d’accusations, reprises parfois sans précaution dans la presse, et conclut : « Le fait que de nombreux enfants atteints d’autisme ne bénéficient pas d’une prise en charge adaptée, que de nombreuses places en établissements spécialisés manquent et que les parents soient pour certains livrés à eux-mêmes est déplorable pour un pays comme la France. Mais il est tout aussi déplorable d’instrumentaliser certaines défaillances dans la prise en compte de l’autisme et de ses spécificités pour légitimer toutes les accusations ».

Bientôt un rapport du Défenseur des Droits

20 enfants autistes seraient pris en charge par la protection de l’enfance sur un total de 284 000. Mais, en l’absence de statistiques, il ne s’agit d’une estimation. Le Défenseur des Droits s’est en tout cas saisi de cette question en l’élargissant au handicap en général. Un questionnaire a d’ailleurs été adressé à tous conseils départementaux par les services de Geneviève Avenard, défenseur des enfants. Le dossier fera l’objet du volet « Le défenseur des droits et la protection des droits de l’enfant » du rapport annuel qui sera remis au président de la République le 20 septembre.

Haut de page

4

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés HandicapProtection de l'enfance

Régions Auvergne – Rhône-Alpes

4 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Droit de réponse - merci de publier 31/08/2015, 11h52

    Votre article relaie malheureusement des faits qui sont actuellement inexacts. Ce ne serait pas grave si les conséquences n'étaient pas dramatiques pour une famille - au nom d'une idéologie psychanalytique qui n'est pas recommandée par la Haute Autorité de Santé. Par ailleurs, vous balayez un peu trop rapidement la mobilisation associative: ce sont TOUTES les grandes associations regroupées au sein du Collectif Autisme qui se mobilisent.
    Si vous voulez vendre du papier, faites votre prochain article sur le scandale en cours dans l'Isère. Nous vous fournirons des faits.

  2. 2. THESABILE 26/08/2015, 01h18

    répondre à ce papier très partisan (a priori les fonctionnaires territoriaux sont forcément ai-dessus de tout soupçon ???) ,pour rétablir la vérité sans risquer de dévoiler ce qui ne doit pas l'être est impossible.
    Mais qu'on réfléchisse quand même à cette phrase hypocrite du CD " « le département de l’Isère n’a pas d’autre possibilité que de respecter la décision du juge en opérant le placement ». : Sur quoi le juge s'est-il donc basé pour émettre son jugement , si ce n'est sur le rapport à charge des fonctionnaires de ce même CD ?. Ce sont donc bien eux les premiers responsables de ce désastre.

    Pour être complet, cet article aurait pu quand même citer le rapport d'Autisme-France :
    http://www.autisme-france.fr/offres/doc_inline_src/577/Rapport%2Bsur%2Bles%2Bdysfonctionnements%2Bde%2Bl5C27Aide%2BSociale%2BE0%2Bl5C27Enfance%2BAutisme%2BFrance%2Bversion%2Bpublique.pdf

    Autre exemple de parti pris : " une constellation de 127 petites associations, nationales mais surtout locales, " : aujourd'hui nous en sommes à 180 associations. Le"petites associations" et le "surtout locales" cherche à minimiser l'importance des signataires , alors que t TOUTES les associations et fédérations nationales réunies dans le Collectif Autisme (http://www.collectif-autisme.org/) sont signataires, plus une myriade d'assos régionale, départementales et locales, évidemment plus nombreuses ...

    Quand à l'ONES, je ne sais pas ce que représente exactement cette association en nombre d'adhérents ni si elle est l'organe officiel de la corporation. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle représente, justement un mouvement de pensée particulièrement obscurantiste du travail social à l'origine de bien des malheurs dans les familles.

    Pourriez-vous nous citer votre source selon laquelle "20 enfants autistes seraient pris en charge par l'ASE" ???

  3. 3. ROAHZONTED 25/08/2015, 20h14

    180 Associations ( soit + de 3000 personnes ) à ce jour et nous serions tous comploteurs ???????
    On en reparle le 20/09/2015 au soir !!!!!!!!!!

  4. 4. ssrw38 24/08/2015, 16h03

    Il y a surement des vérités de part et d'autre. Et des erreurs aussi probablement. Mais une chose est sure l'autisme en France est négligé, on ne connait pas et on ne veut trop souvent surtout pas connaitre : c'est tellement compliqué et exigerait de se remettre en question. Et le manque de structures réellement adaptées à ce handicap est criant. Mais dans le cas précis pourquoi le tribunal s'est il bloqué sur ce refus de chercher, d'envisager un autre diagnostic et le cas échéant une prise en charge adaptée au diagnostic ? Plus que le département, le tribunal a peut être omis d'étudier faute de connaissance ou de temps toutes les pistes plus profondément. En espérant que les enfants s'en sortent bien et que la famille se retrouve vite. Car l'autisme à vivre au quotidien est déjà difficile et pour la personne un tel changement peut être désastreux.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.