En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Environnement

La métropole de Brest promeut le Compte épargne CO2

Publié le • Par • dans : Régions

0

Commentaire

Réagir

co2 written in the clouds in a clear blue sky © aeconseil

Le Compte épargne CO2 est un concept développé par la start-up brestoise “450“ : une monnaie bas carbone permettant de donner une valeur marchande aux kilos de CO2 économisés par les ménages et les entreprises, en matière de logement ou de transport. Par exemple, une chaudière fioul remplacée par des panneaux solaires, et c’est autant de kilos de CO2 économisés.

 

Dans cette aventure, Brest Métropole Océane (8 communes – 213.221 habitants) a apporté son soutien. « C’est un projet de territoire, nous avons donc aidé à son lancement. D’ailleurs “450“ a son siège social à Brest Métropole», explique Vincent Le Jeune, chargé des projets public privé à la Métropole brestoise. « Cette initiative est tout à fait compatible avec notre Plan climat énergie territorial (PCET) c’est pourquoi nous estimons devoir la porter.» La Métropole a subventionné le lancement à hauteur de 30.000 euros, tout comme le Conseil général du Finistère (15.000 euros), Quimper (15.000) et la région Bretagne (30.000 euros).

Pour l’instant les collectivités locales ne sont pas encore éligibles à cette épargne, ce qui n’a pas empêché à la Métropole « de faciliter le projet auprès des autres acteurs locaux. Nous avons réussi à les persuader que le modèle était fiable. Nous sommes devenus des passeurs faisant connaître cette monnaie auprès du grand public», rajoute Vincent Le Jeune. Brest Métropole a également introduit “450“ à ses délégataires de services publics tels que la SEM qui gère la programmation du Quartz, la grande salle de spectacle de Brest. Ainsi les épargnants bénéficient, avec leur CO2 économisés, de tarifs préférentiels pour les spectacles. Ne pouvant profiter directement des économies faites, l’agglomération a néanmoins signé un accord de principe avec Keolis, son délégataire en matière de transports urbains. « Avec la rénovation du parc de bus décidée par la Métropole, des économies de carburants ont pu être réalisées. »

Mais c’est Brest, grâce à l’accord signé, qui va bénéficier des tonnes de CO2 économisées. En matière de logements, l’agglomération prévoit d’engager, dès qu’elle sera éligible, un programme sur la performance énergétique des bâtiments publics. Chaque école pourra ainsi ouvrir son propre Compte épargne CO2 et sera récompensée directement pour ses économies. « Il s’agit de sensibiliser à la fois les enseignants, les élèves, et créer un mouvement citoyen », conclut le chargé de projets de la Métropole.

Références

Contact : Vincent Le Jeune, chargé des projets public privés à la Brest métropole océane. Email : vincent.le-jeune@brest-metropole.fr.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Développement durableDéveloppement économique

Régions Bretagne

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.