Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aide à domicile

Les associations d’aide à domicile inquiètes d’un projet de SEM dans le Lot

Publié le 07/05/2010 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le 28 juin 2010, le conseil général du Lot va présenter aux élus un projet de SEM pour organiser le service de l'aide à domicile. La CGT se fait l'écho des inquiétudes des associations.

A quelques semaines de la finalisation du projet de société d’économie mixte (Sem) départementale «Lot Aide à domicile , présenté lors de la prochaine assemblée plénière du conseil général du Lot le 28 juin prochain, les associations d’aide à domicile se posent la question de leur survie.

Soutenu par la fédération des ADMR, le secrétaire départemental de la CGT, René Gadesaud s’inquiète, tout particulièrement de l’entrée dans le capital de la Sem de banques et de sociétés d’assurance. Le conseil général cautionne ainsi l’entrée de l’aide à domicile dans l’économie marchande puisque des banques et des sociétés d’assurances interviendront comme actionnaires, et donc comme décisionnaires, a-t-il déclaré, interrogé par la Gazette des communes.

Nous préconisons le groupement de coopération médico-sociale, qui permettrait de préserver l’existence et les prérogatives de chacune des associations lotoises, de garantir la qualité de service pour tous les bénéficiaires de l’aide à domicile et de pérenniser les emplois et le statut des personnels dans la convention collective, ajoute-t-il.

Banques minoritaires dans le capital de la Sem
Interrogé le 7 mai par la Gazette des communes, André Mellinger, le vice-président chargé des affaires sociale, a indiqué que les banques, locales, seront minoritaires dans le capital de la Sem. Il rappelle aussi que les négociations avec les représentants du personnel ont commencé en décembre dernier. Nous partons sur le principe du volontariat. A ce jour, 22 des 34 associations d’aide à domicile recensées dans le département ont exprimé leur intérêt. Par ailleurs, le statut d’une Sem, structure mixte, permet d’associer les associations d’aide à domicile qui gardent leur peronnalité morale, et en tant que tel, participent au conseil d’administration. L’enjeu consiste à préserver l’aide aux personnes âgées. Nous n’avons aucun intérêt à porter atteinte au tissu du bénévolat dans le Lot. D’ailleurs, à cet effet, nous nous engageons à maintenir les permanences, explique-t-il. Ce dernier n’exclut pas, à terme, d’étudier le statut du groupement de coopération médico-sociale.

Les salariés des associations d’aide à domicile n’ont aucune inquiétude à avoir. La Sem est là pour assurer la pérennité de leur emploi et permettre une organisation rationnelle du service tout en garantissant des conditions de travail harmonisées, ajoute Gérard Miquel, président du conseil général du Lot.

En raison d’un déficit cumulé de l’ensemble des associations d’aide à domicile supérieur à 1,5 millions d’euros, le conseil général du Lot a voulu créer un outil d’intervention départemental. Doté d’un capital de 2 millions d’euros, il doit notamment permettre une unité de gouvernance, des économies d’échelle, et la péréquation tarifaire.

Trente-quatre associations ou organismes interviennent dans l’aide à domicile pour un total de 1,360 million d’heures.

Régions

6 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les associations d’aide à domicile inquiètes d’un projet de SEM dans le Lot

Votre e-mail ne sera pas publié

fepsap

08/05/2010 09h59

Encore une atteinte à la concurrence.

Comme de plus en plus de département, le département du Lot, va créer un groupement qui s’il va sauver des associations, va également fausser la concurrence avec les structures marchandes qui n’auront pas accès à ce groupement.

rachel

10/05/2010 11h52

De toute façon les assos ne sont pas à plaindre elles n’ont que des avantages, subvention et autres APA, contrats en CAE pour embaucher maxi 10 pour cent du salaire a payer,alors les Assos avec des dirigeants qui se font des salaires de 3 à 5000 € par mois ‘est bon; et c’est pour cela qu’ils se mettent avec ce système. Alors c’est bon; Les gens devraient plus se renseigner et s’inquiéter pour les entreprises qui œuvrent dans cette profession avec une autre idée de l’aide à domicile.

fepsap

11/05/2010 02h11

oui, mais le plus grave n’est pas la, les élus, nos dirigeants encourage à la création de structure dans le secteur de services à domicile, mais oublient de dire que les structures nouvellement créés, et ce malgré l’obtention des agréments nécessaires, ne pourront pas travailler, faute à un dénigrement systématique de toutes les structures marchandes. C’est contre ça, entre autre, que notre fédération (www.fepsap.fr) se bat.

mimi, une AD

12/05/2010 10h01

Une SEM n’est qu’un outil de gestion : tout dépend de son mode de fonctionnement et de qui détient réellement le pouvoir. Si le département décide que l’aide à domicile, en particulier celle tournée vers les publics fragilisés, doit rester un service public, pas de problème; à condition de se doter de moyens de fonctionnement, donc de financement. Tout le problème réside donc dans le montage juridique et les vrais détenteurs des décisions.
Et que l’Admr balaye devant sa porte avant de crier au loup puisqu’elle prêche le développement sur le secteur marchand et accepte dans les faits le dictat des asssureurs! avec aussi des problèmes de professionnalisation de ses équipes.

fepsap

20/05/2010 10h35

oui, effectivement ce n’est qu’un outil de gestion.
mais il en existent d’autres : les CLICS, qui ont un devoir d’information, mais qui dans les faits ignorent volontairement pour la plupart, les structures marchandes et faussent donc la concurrence.
Moi je pose la question suivante, les associations (surtout historiques) touchent des subventions, pratiquent les mêmes tarifs que les structures marchandes mais sont en danger. les structures marchandes n’ont pas de subventions, mais au contraires paient des impôts, et contrairement aux dires de tous ont une éthique, un personnel qualifié, et pas sous payé, sinon nous ne pourrions garder notre personnel, et nous arrivons à équilibrer nos comptes. dites moi alors quelle différence y a t il pour que ces associations aient besoin de toujours plus de subventions, et d’un centre de gestion commun ?

eric

08/06/2010 10h35

effectivement les clics sont un outil de coordination et d’information sans équivalent mais ici c’est un problème d’ordre economique, l’activité des intervenants du maintien a domicile est déficitaire, le conseil général à repris a son compte le déficit en contrepartie de quoi et pour que cela ne se reproduise pas il monte une SEM afin d’apporter une rationalisation et une mutualisation des moyens.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X