Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Après la loi NOTRe, les arts plastiques dans le flou

Publié le 29/07/2015 • Par Laure Martin • dans : France

frac-poitou-charentes-une
Flickr by CC ID Number THX 1139
Les Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) entament une période de turbulences sous les effets conjugués du nouveau découpage des régions, de la loi NOTRe et du projet de loi « CAP ». Avec, en fond d’écran, le spectre d’une recentralisation régionale. De leur côté, les écoles d’art redoutent des fermetures.

«Il y a 30 ans, on pouvait compter sur les doigts de la main les institutions actives dans l’art contemporain en région, souligne Bernard de Montferrand, président du FRAC d’Aquitaine et président de l’association Platform, qui regroupe les FRAC. Aujourd’hui,  les 23 FRAC sont un élément incontournable des arts plastiques en France, il faut donc poursuivre leurs actions. En outre, ils ont rôle de moteur dans la décentralisation culturelle».

Mais, compte tenu des réformes en cours, les FRAC n’ont, à ce stade, guère de visibilité sur leur avenir. Leurs directeurs redoutent les turbulences provoquées par les effets conjugués du nouveau découpage des régions, de la loi NOTRe et du projet de loi sur la liberté de création, l’architecture et le patrimoine (projet de loi « CAP »).

Lire : Le projet de loi « liberté de création, architecture et patrimoine » en 6 points clés

 

FRAC Bretagne, Erwan CORRE CC BY SA 3

FRAC Bretagne, Erwan CORRE CC BY SA 3

Leur crainte principale ? Que la constitution des grandes régions se solde, au final, par une recentralisation régionale, avec des FRAC qui, aujourd’hui structures légères de 6 à 20 personnes, deviendraient des grosses organisations. Avec, à la clef, un risque de déstabilisation. Le risque est d’autant plus réel le projet de loi « CAP » précise bien qu’il y a aura un Frac par région. « Il faut préserver leur implantation locale », défend Bernard de Montferrand. Les FRAC veulent en effet rester proches du public et des collectivités pour être « davantage à leur service ». Pour le président de Platform, il faudra trouver des « formules fédératives », permettant à ces structures de préserver leur indépendance et la souplesse de leur gestion.

L’autre préoccupation des responsables de FRAC est « la nécessité de se réinventer et de redynamiser encore plus nos réseaux », explique Bernard de Montferrand. Les FRAC ont en effet développé un tissu de relations avec d’autres équipements de leur territoire. « Cette réforme est l’occasion de repenser cette organisation et aussi de faire davantage exister les FRAC au niveau européen », souligne le président de Platform.

Les écoles d’art aussi

Pour les écoles d’art, l’inquiétude porte sur la diminution des ressources publiques, avec le spectre des fermetures d’établissement. « Nous redoutons que la réforme territoriale apparaisse comme un outil pour réduire le budget des écoles, favoriser leur fermeture ou encore leur transfert d’une collectivité à une autre, s’alarme Emmanuel Tibloux, président de l’Association nationale des écoles supérieures d’art (ANdÉA). Nos écoles ont, de plus, cette spécificité d’être sous la tutelle du ministère de la Culture tout en étant de plus en plus appréhendées dans le champ de l’enseignement supérieur. Or, pour le moment, nous n’avons pas une bonne lecture de la façon dont les régions s’impliquent dans ce secteur. » L’enjeu est donc de stabiliser la carte des écoles. « Notre moyen d’action est de travailler avec l’Etat et l’AMGVF pour sensibiliser les élus à la valeur ajoutée qu’offre la présence d’une école d’art», précise Emmanuel Tibloux. Autant de questions qui seront soulevées lors des Assises nationales des écoles supérieures d’Art prévues les 29 et 30 octobre 2015, à Lyon.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Après la loi NOTRe, les arts plastiques dans le flou

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement