En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Prévention de la délinquance

Le binge-drinking, une nuisance à géométrie variable selon l’ONDRP

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu experts prévention sécurité

0

Commentaire

Réagir

BingeDrinking2(FrancoisDestoc) © François Destoc

La consommation excessive d’alcool importune environ la moitié des Français témoins de telles scènes, fait valoir l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) dans une étude publiée le 23 juillet. Les proportions de gêne différent toutefois selon la fréquence, la nature des phénomènes observés, ainsi que du fait que l’on soit une femme, jeune ou encore que l’on réside dans un quartier prioritaire de la politique de la ville.

La multiplication de phénomènes de binge-drinking nuit-il à la tranquillité publique ? Etre régulièrement témoin de scènes d’alcoolisation massive au sein de son propre quartier altère-t-il son sentiment d’insécurité et son taux de gêne ? Dans une note publiée le 23 juillet, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) tente d’apporter des réponses à des questions que se posent quotidiennement les acteurs locaux de la prévention de la délinquance et de la sécurité.

Parmi les Français de 14 ans et plus interrogés dans le cadre de leurs enquêtes « Cadre de vie et sécurité », un tiers auraient observé des phénomènes de consommation exagérée d’alcool dans leur quartier ou leur village au cours des douze derniers mois. Moins de la moitié de ces témoins (46%) en sont gênés. « Cette proportion varie du simple au double selon la fréquence et la nature des problèmes » précise toutefois l’ONDRP.

Effectivement, la part des personnes gênées par l’observation de tels phénomènes est deux fois plus importante chez les individus qui y sont souvent confrontés, comparativement à ceux qui n’y sont exposés qu’occasionnellement (73% contre 35%).

Jusqu’à 80% de sondés gênés ou très gênés

Le taux de gêne des témoins varie également en fonction du type de phénomènes observés : les dégradations et les destructions commises suite à une consommation exagérée d’alcool gênent trois quart des témoins, contre deux tiers seulement en ce qui concerne les agressions ou les bagarres.

De façon assez logique, le taux de gêne est plus élevé chez les individus (67%) qui observent des personnes dont la violence du comportement est attribuée à l’alcool, que chez ceux (44%) qui observent uniquement une présence de déchets susceptibles d’être liés à un phénomène de ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)