Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Plan de lutte contre la pauvreté

Exclusion : « Il faut mieux cerner les dynamiques de la pauvreté »

Publié le 27/07/2015 • Par Sophie Le Gall • dans : France

SDF-pauvrete-sans-abri-UNE
jean-louis Zimmermann / Flickr CC
Jean-Luc Outin, économiste et membre de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (Onpes), explique les raisons qui ont poussé l'observatoire à actualiser les critères de son tableau de bord de suivi annuel de la précarité.

Le dernier tableau de bord de l’Onpes fait apparaître de nouveaux indicateurs. Pourquoi ces changements ?

La crise économique a eu des répercussions sur la paupérisation, nous devons intégrer ces éléments de contexte. De plus, les grandes associations caritatives et le bilan annuel du plan de lutte contre la pauvreté produisent leur propre tableau de bord, nous renseignant sur des phénomènes nouveaux. En conséquent, nous avons choisi de faire notamment apparaître le nouvel indicateur des « demandeurs d’emploi non indemnisables », un groupe qui a beaucoup progressé ces dernières années – davantage que la population de l’ensemble des chômeurs – les demandeurs d’emploi étant de plus en plus mal couverts.

En quoi le choix des indicateurs est-il si important ?

Les indicateurs permettent d’affiner notre connaissance de la pauvreté. Les personnes pauvres ne composent pas un public d’un bloc, mais au contraire très composite. Cette connaissance fine permet de renseigner les politiques publiques sur leur efficacité, s’assurer quelles touchent les bonnes personnes, voire réorienter leurs objectifs et leurs cibles. Il faut surtout que nous progressions dans notre compréhension des dynamiques de la pauvreté. Comment on entre dans la pauvreté et comment on en sort.

Quels sont les futurs chantiers de l’Onpes visant à préciser ce savoir ?

Nous continuons d’approfondir la notion de « publics invisibles », ces personnes, à la marge, souvent victimes des effets de seuil. Par exemple, nous voulons mieux connaître le niveau de vie des jeunes ruraux précaires ou encore celui travailleurs indépendants. Ces travaux serviront de base à notre rapport annuel 2016. Par ailleurs, nous venons de lancer des recherches sur la pauvreté des enfants afin d’analyser le phénomène de reproduction de la pauvreté. Est-on pauvre de génération en génération ? Qui échappe à ce processus et comment ? Il est important de mieux connaître les conditions de vie des enfants… qui sont notre avenir ! Également, nous comptons approfondir la notion de pauvreté en conditions de vie(1) qui fait apparaître un public plus large que la pauvreté monétaire. Quand cette dernière touche environ 13 % de la population, la pauvreté en conditions de vie concerne 20 % de la société.

Que retenir du dernier tableau de bord de l’Onpes ?

En particulier, le poids de la crise du logement, bien antérieure à la crise de l’emploi, qui influe très lourdement sur la précarisation de la société. Tout en étant évidente, cette crise est en partie masquée, les personnes concernées développant des stratégies d’adaptation, comme l’hébergement chez un tiers. Également, alors que l’on constate une baisse du taux de pauvreté monétaire, il faut avoir en tête que la situation s’est encore dégradée pour les plus pauvres des personnes pauvres et sur les territoires les plus pauvres. Même si les perspectives semblent s’améliorer, légèrement, depuis début 2015, l’impact positif sur l’emploi, les revenus, ou encore l’accès aux soins, peut être très progressif, et s’agissant en particulier des populations défavorisées, il dépendra des décisions qui seront prises par les pouvoirs publics pour répartir les fruits de cette croissance.

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

Notes

Note 01 la pauvreté en conditions de vie mesure l'absence ou la difficulté d'accès à des biens d'usage ordinaire ou des consommations de base Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Exclusion : « Il faut mieux cerner les dynamiques de la pauvreté »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X