En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Urbanisme

Pour lutter contre les maisons murées, Roubaix veut les vendre 1 euro

Publié le • Par • dans : Régions

2

Commentaires

Réagir

Roubaix-UNE © Velvet / Wikimedia commons

Maison murée à vendre un euro contre rénovation rapide. L'évocation faite mi juillet 2015 par la mairie de revendre au prix de l'euro symbolique les maisons murées qui défigurent la ville est loin d'être passée inaperçue. Inspiré d'une action expérimentée en 2014 à Liverpool, le projet qui n'en est pourtant qu'au stade de l'idée, a suscité une énorme vague d'intérêt.

 

Donner des maisons inhabitées afin qu’elles puissent être réhabilitées. L’idée née à Detroit (USA) a séduit la mairie de Roubaix en quête de solutions pour remédier aux milliers de ces maisons murées qui gangrènent la ville. Sa mise en œuvre risque pourtant d’être compliquée financièrement et juridiquement.

Peu importe, Milouda Ala y croit. L’adjointe au logement de Roubaix, une des villes les plus pauvres de France, veut tout faire pour concrétiser le concept récemment testé en Europe par Liverpool. « Il existe à Roubaix environ 4 500 immeubles vacants et j’ai tous les ans 5 000 demandes de logements sociaux. Construire pour construire n’est pas une solution, la rénovation est aussi une piste qui permettrait de dynamiser des quartiers totalement à l’abandon. Ce projet ne vise pas à remplacer les dispositifs qui existent mais il peut venir en complément. Face à l’urgence il nous faut innover. » La plupart des immeubles murés de la ville sont des maisons de briques de type « 1930 », accolées les unes aux autres et typiques de la région.

Pas d’obstacle financier selon l’élue

Pour l’élue, la question financière de la différence de prix entre la valeur réelle de la maison et la revente à un euro n’est pas vraiment un obstacle. « Nous pourrions comme à Liverpool débuter par un échantillonnage de 10/15 maisons sur notre propre patrimoine. Patrimoine que nous n’avons pas encore estimé. La perte financière serait compensée par la redynamisation des quartiers. J’ai eu aussi des propositions de mécènes », explique Milouda Ala qui ajoute que le standard de la mairie a « explosé » depuis l’article paru sur le sujet dans la voix du Nord le 15 juillet 2015.

Primo accédants, clause de non-cession du bien pendant plusieurs années, interdiction de location, choix du dossier en fonction de l’engagement financier et obligation de débuter les travaux rapidement… les futurs heureux acquéreurs qui pourraient obtenir une maison à environ 100 000 euros contre environ 60 000 euros de travaux, devront répondre à un cahier des charges précis sur lequel planchent les services de la mairie.

Pour mettre en pratique concrètement le dispositif, Milouda Ala évoque l’éventuel recours à la Fabrique des quartiers. Une société publique locale d’aménagement (SPLA) dont le principal actionnaire est la métropole européenne de Lille (Mel) et dont le président n’est autre que le maire de Roubaix. La fabrique des quartiers qui s’attaque déjà depuis 5 ans à la rénovation de maisons individuelles vacantes préemptées a en effet une bonne expérience de ces questions.

11 600 logements vacants de longue durée sur la métropole

« Il existe sur la métropole de 34 à 40 0000 logements vacants dont 11 600 logements vacants de longue durée très dégradés. Roubaix est particulièrement touché par la vacance. Sur ces logements, le stock institutionnel (métropole lilloise, villes…) est important. En effet, beaucoup de ces logements concernent des projets « recyclage » qui sont toujours longs à mener. Par exemple nous n’existons que depuis 5 ans et nous gérons déjà 1 500 maisons vacantes », constate Vincent Bougamont, directeur général de la Fabrique des quartiers. Lui aussi estime que la vente de maisons murées à un euro peut être intéressante à tester en parallèle des outils déjà existants. « Pour faire face au défi de la réhabilitation dans la région il faut des idées qui franchissent les lignes. Il faut innover pour trouver des solutions différentes. Les maisons à un euro permettraient de toucher une clientèle d’accédants très modestes. Il s’agit d’explorer cette piste sur le plan juridique. En parallèle il serait intéressant de travailler le lien avec les dispositifs d’insertion pour aborder la question de l’emploi et de la qualification. »

« L’enfer est pavé de bonnes intentions », estime cependant Myriam Cau conseillère municipale de la Roubaix et également vice-présidente (EELV) de la région Nord-pas-de-Calais en charge du développement durable dans un tweet lancé le 15 juillet 2015 à propos de l’initiative.

Afin d’étudier de plus prés les solutions juridiques, techniques et financières déjà mises en place par Liverpool sur une vingtaine de maison vendues 1£, contre rénovation en 2014, une délégation roubaisienne doit s’y rendre en septembre. D’ici là, les services juridiques de la ville de Roubaix sont priés de préparer un dossier béton sur le sujet. Pas de vacances contre la vacance.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Aménagement urbainLogementUrbanisme - aménagement

Régions Hauts-de-France

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. guy gallet 29/07/2015, 11h54

    Dans le cahier des charges, il faut absolument y intégrer, dans le cadre des réhabilitations, les entreprises du Batiment des environs de ROUBAIX.

  2. 2. Info59 21/07/2015, 22h26

    Ce projet ressemble bien à une usine à gaz ! Mais enfin cela fait le buzz, c'est dans l'air du temps! Peu importent les conséquences sur l'image de la ville!
    Il ne restera de cette affaire, dans quelques temps, que le souvenir d'une image d'un Roubaix de misère, présentée et présentée et représentée encore pendant toute une semaine. Maisons murées, toitures crevées, quartiers ravagés, les Roubaisiens ont-ils besoin de cela? Dans les foyers roubaisiens qui sont assommés par les impôts et taxes, le moral est tombé bien bas. ils ne disent pas "merci" de cette opération de communication très négative!

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.