Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité publique

Prévention de la délinquance : la Mission d’évaluation bientôt installée

Publié le 06/05/2010 • Par Hervé Jouanneau • dans : Actu juridique, Actu prévention sécurité, France

Annoncée par le plan gouvernemental de prévention de la délinquance, cette structure d’évaluation entrera en vigueur dès le début du mois de juin. Chargé d’évaluer les actions engagées (vidéosurveillance, partage de l’information…), elle pourra en outre « effectuer des inspections » dans les institutions bénéficiant d’un financement de l’Etat.

Dans une circulaire datée du 23 avril et adressée à plusieurs membres du gouvernement et au corps préfectoral, le Premier ministre, François Fillon, annonce la création d’une « Mission permanente d’évaluation de la politique de prévention de la délinquance ».

Cette structure, annoncée dans le plan national de prévention de la délinquance du 2 octobre 2009, comprendra dix membres issus des différentes inspections générales (Intérieur, Justice, Education nationale, Recherche, Affaires sociales), qui seront nommés « avant le 1er juin, pour une entrée en fonction immédiate ». Le Premier ministre précise en outre qu’un coordinateur sera nommé « très prochainement ».

La Mission sera chargée « d’évaluer en permanence les actions menées et de diffuser les expériences réussies afin de généraliser les bonnes pratiques », notamment dans les domaines de la vidéosurveillance, du partage de l’information, de la prise en charge des personnes concernées et de la coordination des acteurs de la prévention de la délinquance.

Elle « veillera, à établir, avec les associations d’élus, les contacts nécessaires pour l’établissement concerté d’indicateurs d’activité et de résultats ». Elle pourra également « effectuer des inspections dans les services établissements, institutions et organismes qui reçoivent un financement de l’Etat ».

Par ailleurs, la mission devra, d’ici septembre 2010, « remettre un rapport sous la forme d’un guide méthodologique de l’évaluation des politiques de prévention de la délinquance », et proposera, chaque année « avant le 15 décembre, un programme de travail pour l’année suivante en relation avec le secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance afin de tenir compte des priorités de financement et des axes de contrôle retenus au titre du fonds interministériel de prévention de la délinquance ».

Un rapport annuel devra également être remis, avant le 30 mars de chaque année.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prévention de la délinquance : la Mission d’évaluation bientôt installée

Votre e-mail ne sera pas publié

Franck Boué

07/05/2010 05h28

Mettre en place une mission d’évalution pour aider et rechercher des pistes sur la prévention de la violence des jeunes est une très bonne idée du gouvernement. Mais encore une fois, le secteur de l’animation est oublié, comme d’habitude on confond l’éducation nationale et le secteur de l’animation qui prend en charge les enfants et les jeunes dans le temps périscolaire, extra-scolaire et lors de leur loisirs, ce qui représente une grosse partie de la journée. De plus les animateurs ont un contact totalement différent que le professeur qui doit gérer une classe de 30 élèves.

Notre métier, l’animation, a toujours autant de mal à être véritablement reconnu, une filière très jeune ausein de la fonction publique apparait mais avec encore beaucoup de febrilité, une filière qui a du mal à s’ouvrir pas de poste d’attaché dans la filière, un cadre B qui englobe une complexité de métier, entre l’animateur loisirs pour tous, l’animateur soci-culturel, le coordinateur d’un service social… Des branches pas toujours en adéquation avec son diplôme de la DDJS. Mais une filère ou de nombreux professionnels s’occupent et travaillent avec une population de jeune de 3 ans à 18 ans, mettant en place des projets tout au long de l’année. Alors M Fillon essayez de ne pas nous oublier et faite confiance à notre expérience de travail au sein de cette population.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X