Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déchets

Le projet d’incinérateur de Chinon différé au dernier moment

Publié le 05/05/2010 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Sur demande du conseil général d’Indre-et-Loire, les élus du Smictom de Chinonais reportent ce dossier après les cantonales

Le 3 mai, les élus des 75 communes du Smictom du Chinonais devaient voter le projet de création d’un nouvel incinérateur en périphérie de Chinon à Saint-Benoît-la-Forêt. Cet équipement évalué à 40 millions d’euros devait être capable d’incinérer 40.000 tonnes de déchets par an. Installé à côté de l’actuelle unité d’incinération jugée obsolète mais aussi du centre hospitalier le projet était fortement contesté par les associations environnementales locales. Depuis des mois Claude Roiron, présidente socialiste du conseil général tentait de différer ce projet auquel s’accrochait Jean Pierre Duvergne, maire (PS) de Chinon et président du Smictom.

Le CG 37 a en effet lancé en décembre dernier la procédure de révision du Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés qui devrait être élaboré fin 2011 ou début 2012. Vice-président en charge du développement durable Alain Kerbriand-Postic insistait notamment pour que « le Smictom attende la fin de cette révision pour se prononcer sur son projet d’incinérateur ». Mais l’opposition y voit d’abord une mesure pour repousser le débat après les prochaines cantonales de 2011. Pour rallier le maire de Chinon à sa cause, le conseil général a proposé une compensation : un projet d’implantation d’une installation de séchage de bois pour développer l’éco-construction ». Le Smictom s’est donc rallié à cette position et a décidé le 3 mai de « poursuivre les études ». Les futures cantonales ne devraient pas se fixer sur cette question même si les associations environnementales entendent maintenir la pression contre « une solution dépassée, onéreuse, inutile et dangereuse ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le projet d’incinérateur de Chinon différé au dernier moment

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X