Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion locale

Chartres. Le préfet d’Eure-et-Loir refuse la DUP de la station d’épuration

Publié le 24/07/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Par arrêté du 23 juillet, le préfet d’Eure-et-Loir a refusé d’accorder la déclaration d’utilité publique du projet de station d’épuration à Mainvilliers dans la périphérie de Chartres (Eure-et-Loir).

Le préfet s’est appuyé sur l’avis négatif unanime de la commission d’enquête. L’arrêté préfectoral s’explique notamment par un projet d’unité de traitement des boues prévu près de la station d’épuration, mais qui ne figurait ni dans l’enquête publique ni dans les esquisses financières et ne comportait aucune étude d’impact.
La commission d’enquête avait par ailleurs émis des doutes sur les choix techniques, la localisation et la démesure financière : le projet est passé de 23,5 millions d’euros il y a trois ans à 53 millions aujourd’hui.

Jean Pierre Gorges, président de Chartres Métropole s’était exprimé avant l’arrêté préfectoral : «si le préfet valide les conclusions de la commission, il contredit le travail de ses propres services depuis six ans et bloque le développement de l’agglomération».

Dédommager Véolia
Le refus de DUP s’appuie aussi sur la signature le 22 juin d’un contrat de concession entre Chartres Métropole et Véolia environnement. «J’avais mis en garde le président de Chartres Métropole en lui conseillant la plus grande prudence contre toute précipitation tant que les conclusions de l’enquête publique n’étaient pas rendues», explique le préfet.

Selon les termes du contrat, l’agglomération devra dédommager Véolia à hauteur de deux millions d’euros. Mais Chartres Métropole pourrait faire appel de cette décision préfectorale en septembre.

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Chartres. Le préfet d’Eure-et-Loir refuse la DUP de la station d’épuration

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X