En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Gouvernance mondiale

« Les maires peuvent sauver le monde, laissons-les faire »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

Source : COP 21 

2

Commentaires

Réagir

ville-paris-capitale-une © Phovoir

« Les cités ne peuvent attendre que les Etats s’attaquent au changement climatique », écrit Benjamin Barber dans son dernier ouvrage : « Et si les maires gouvernaient le monde ? ». Le politologue américain appelle à la création d’un Parlement mondial des maires. Voire à la révolution ? « Peut-être, si nécessaire », déclarait-il récemment à Paris.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Climat : Pourquoi les experts défendent un rôle accru des collectivités locales

 

Les maires qui doutent, se découragent, veulent rendre leur écharpe ou ne plus se représenter trouveront dans le dernier ouvrage de Benjamin Barber un onguent à appliquer sur leurs tourments. « Les maires sont pragmatiques et fournissent des solutions : il est temps qu’ils s’affirment, déclarait l’auteur de « Et si les maires gouvernaient le monde ? », mi-juin à Paris. Si les Etats sont dépassés par les problèmes, ce n’est certainement pas le cas des villes. » La preuve en trois crédos.

Les villes sont le bon niveau de réponse aux problèmes du monde

Les Etats-nations sont une institution du XVIIe siècle, centrée sur les affaires intérieures et garante de la souveraineté, rappelle Benjamin Barber. Le professeur de sciences politiques les juge aujourd’hui inadaptés à un monde interdépendant où les problèmes, « du climat au terrorisme », sont sans frontières.

Le maire de Vancouver (Canada) a certainement apprécié l’ouvrage de Benjamin Barber. « Non seulement les gouvernements ne résolvent aucun problème du moment mais, sur le long terme, ils craignent de s’engager sur des objectifs, comme la baisse des émissions de gaz à effet de serre, raillait Gregor Robertson, lors d’une conférence sur le rôle climatique des collectivités tenue, début mai, à Sciences-po Paris. Les villes sont par nature axées sur l’opérationnel, notamment en matière de climat. Leurs réseaux sont l’une des plus puissantes forces politiques émergentes. »

Le praticien confirme le discours du théoricien : « Les villes sont nos ensembles politiques les plus interconnectés. Organisées en réseaux, elles se définissent avant tout par la collaboration et le pragmatisme », pose Benjamin Barber dès le premier chapitre. L’ONU lui semble clairement incapable de contenir l’emballement du climat. Pour les quelque 200 pays qui négocieront à Paris fin 2015, « la protection de leur souveraineté et la quête d’indépendance de leur population (…) justifient leur immobilisme et leur indifférence face au danger (…). De petits Etats insulaires, comme les Maldives, pourraient donc disparaître et l’économie des grandes puissances être ravagée, mais les Etats-Nations semblent bien décidés à s’enfoncer dans leur aveuglement complaisant et à garder intacte leur chère souveraineté, pourtant dépassée et amoindrie. »

Les villes sont en position de « montrer leurs muscles »

Les villes rassemblent 50 % des habitants et sont à l’origine de 82 % du PIB de la planète. Dans le monde entier, la population leur accorde, parmi toutes les institutions, le plus haut niveau de confiance.

Associant la taille de la population à la légitimité politique, Benjamin Barber estime que « démocratiquement, les villes ont la majorité ». De leur territoire, émanent en outre les quatre cinquièmes de la création de richesses.
« Après collecte des impôts, les Etats n’en restituent que 50 % aux villes. Si celles-ci doivent résoudre les problèmes du monde, un meilleur retour s’impose, professe Benjamin Barber. Les Etats-nations confient aux villes des missions sans leur allouer les fonds nécessaires : c’est un scandale ! Les villes ont le droit de se gouverner elles-mêmes, surtout quand les Etats ne gouvernent guère. Depuis des siècles, elles sont sous la domination des Etats-nations, le moment est venu de rééquilibrer la situation. Elles doivent montrer leurs muscles. »

Le professeur de sciences politiques renvoie les Etats « monoculturels » derrière leurs frontières. « Les villes sont multiculturelles, elles ressemblent au monde, elles ressentent le monde. Après les attentats de janvier 2015, la France a été parcourue de marches républicaines : voilà comment les villes représentent le monde », déclarait-il en présentant son livre au public français.

Les villes s’affirmeront au sein d’un « Parlement mondial des maires »

La coopération entre villes fut une première étape. L’heure est désormais à l’exercice du pouvoir.

Les villes sont reliées entre elles par « une informelle cosmopolis », issue de leurs dizaines de réseaux, généralistes et thématiques – particulièrement actifs dans le domaine de l’environnement. « Très en avance sur les Etats en termes de coopération », les villes « peuvent, ensemble, accomplir des choses dont les Etats sont incapables », écrit Benjamin Barber. Dès lors « les maires (…) n’ont aucune raison de céder aux sirènes de Nations présumées unies … et qui ne le seront, en vérité, jamais, car elles réunissent des pays rivaux, obsédés par leur souveraineté ».

Pour le politologue, il ne s’agit plus seulement de collaborer mais de gouverner ensemble, au sein d’un « Parlement mondial des maires ». L’assemblée fonctionnera « hors de toute autorité souveraine », par la voie du « consensus ».
Se référant au philosophe irlandais Edmund Burke (1729-1797), l’auteur promeut une « participation ascendante et facultative ». « Ce dispositif initial, si modeste et réduit soit-il, offrirait une solution alternative au ‘concert des Nations’, vieux de plusieurs siècles et soumis au bon vouloir et au droit de veto d’un petit nombre de puissants, ce qui rend toute prise de décision improbable et toute action au nom de la majorité, impossible. »

« Il s’agirait de la première institution ‘glocale’ au monde, donnant des réponses locales à des problèmes globaux, défend Benjamin Barber. Nombre de chefs d’Etat sont reconnaissants envers les villes, porteuses de sagesse et de solutions. Les maires peuvent sauver le monde. Laissons-les faire. »

Le professeur de sciences politiques a annoncé, lors de sa visite à Paris, la tenue de la première session du Parlement mondial des maires en 2016. Il « adorerai(t) une implantation à Paris, ville dirigée par une femme au profil multiculturel ».
Pour autant, le siège de la « société mondiale des villes » devra se trouver dans une cité prête à exercer « un fort leadership ». Sont dès lors plutôt pressenties Copenhague (Danemark) et Barcelone (Espagne) en Europe ou encore Dubai (Emirats arabes unis) et la ville-Etat de Singapour.

Benjamin Barber estime qu’en « matière de centralisme, la France se compare à la Chine ». Il prédit donc que les élus de ces pays rejoindront le Parlement mondial des maires avec un temps de décalage. « Ils attendront de voir que la structure fonctionne avant d’y croire et de s’y rallier », anticipe-t-il.

Si l’ouvrage du politologue a été remarqué chez les responsables des gouvernements locaux nord et sud-américains, asiatiques, arabes et européens (Allemagne, Danemark, Espagne, Italie, Pologne), leurs homologues français témoignent jusqu’alors d’un intérêt discret. « Peut-être parce que, dans l’Hexagone, les élus locaux misent, pour leur avenir politique, sur un destin national ? »

« COP 21 : quelle que soit l’issue, les villes devront faire le travail »

Benjamin Barber, professeur de sciences politiques à l’université du Maryland (Etats-Unis)

Benjamin-barber-opinion

Qu’attendez-vous du sommet « climat et territoires » qui réunit, les 1er et 2 juillet à Lyon, les autorités locales et les autres « acteurs non étatiques » (entreprises, syndicats, ONG, etc.) ?

L’impact sera avant tout symbolique. Depuis longtemps, les autorités locales discutent, coopèrent mais cela ne suffit pas pour exercer une influence. C’est pourquoi il leur faut une organisation politique. Du fait de leurs richesses, économiques et culturelles, ainsi que des échanges noués à travers leurs réseaux qui propagent les bonnes pratiques, les villes peuvent fournir une immense contribution à la résolution du défi climatique. A la 21ème conférence des parties (Cop 21) à la convention « climat », les gouvernements locaux auront un statut d’observateurs : c’est notoirement insuffisant. Le futur Parlement mondial des villes devrait disposer d’au moins un siège à l’Onu.

Etes-vous optimiste sur l’issue de la 21e Conférence des parties (COP 21) à la convention « climat », que Paris accueillera en décembre ?

J’espère un accord, je redoute un nouvel échec. Quelle que soit l’issue de la Cop, les villes auront un rôle majeur à jouer et les Etats auront besoin de leur collaboration et de leur leadership. En cas d’accord, elles devront le mettre en œuvre. Sinon, elles resteront des acteurs de premier plan auxquels le travail incombera de toute façon. Dès sa première session, le Parlement des maires adoptera des mesures efficaces là où les Etats risquent à Paris – pour la vingt-et-unième fois ! – de souligner l’urgence d’un problème qu’ils ne résoudront pas.

« Méta-région »

Et les 50 % de non-citadins ? Benjamin Barber ne les néglige pas, admettant aujourd’hui qu’il aurait dû intituler son livre « Et si les méta-régions gouvernaient le monde ? ». La « méta-région » désigne « un ensemble rationnel et intégré » recouvrant la ville, sa périphérie et la campagne, qui approvisionne le territoire en eau et en denrées. « L’ancienne ville manufacturière de Detroit (Michigan) est en faillite. Les nouvelles technologies ont fait des dix comtés environnants l’une des plus riches régions du pays. La méta-région de Detroit devrait gouverner. »

Références

Biographie

Benjamin Barber, né en 1939 à New York, est professeur de sciences politiques à l’université du Maryland. Spécialiste de la société civile, il a été conseiller du président Bill Clinton sur les questions de citoyenneté. Il est notamment l’auteur de « Jihad contre McWorld » (1996, Hachette), où la mondialisation de l’économie est analysée comme une menace pour la démocratie. Son dernier ouvrage, « Et si les maires gouvernaient le monde ? », est paru fin 2013 aux Etats-Unis. La version française vient d’être publiée aux éditions Rue de l’échiquier.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Guy Martin 01/07/2015, 08h33

    Cet article est particulièrement pertinent.
    Il faut mettre en relation cette idée avec le mode d'évolution des structures naturelles, dans lequel les cellules jouent on le sait un rôle fondamental.
    Mais il faut aller plus loin que l'auteur, dans ce même sens. La biologie nous enseigne que toutes les cellules sont capables de s'adapter à un besoin local. Ainsi des communes plus petites que les mégapoles, dont la dimension s'accompagne de déséconomies. Ainsi, en France, le dogme des "36 000 communes, bien trop nombreuses", n'est qu'un dogme parmi tant d'autres, et les plus petites communes doivent encore avoir la possibilité de maîtriser leur destin, faire oeuvre d'intelligence territoriale : fusionner, adhérer à une coopérative de communes" (outil technique et non entité politique), mais aussi poursuivre leur action indépendante selon un principe de subsidiarité bien compris. Ce principe est plus développé dans un article que j'ai signé il y a quelques temps : "Et si nous n'avions pas assez de communes ?" dans La Lettre du cadre territorial http://www.lettreducadre.fr/8881/et-si-nous-navions-pas-assez-de-communes/
    Guy Martin, géographe.

  2. 2. Henri Tanson 30/06/2015, 09h19

    Au-delà de l'intérêt des maires pour le climat (...?), je me pose la question de la volonté permanente des USA à vouloir voir disparaître les nations pour n'avoir plus que des individus comme acteurs. Aux Etats unis mais aussi partout dans le monde où ils sont dominants, économiquement et militairement. Et ça vaut pour nous avec la volonté de l'UE "d'exploser" les nations en poussant au développement des euro-régions, en voulant inciter les individus à la mobilité, en leur supprimant leurs attaches culturelles, familiales, identitaires... Et en supprimant les petites communes, dernier échelon où l'individu est encore proche d'un certain pouvoir: mais plus pour longtemps...
    Alors, créer un parlement des maires, c'est inciter à une vision mondiale d'une société dont les Américains seraient de fait les dirigeants... L'idée passerait en douceur jusqu'au moment où ce gouvernement serait en place... Un peu comme l'UE qui a commencé tranquillement par la CECA, de façon innocente et qui se retrouve être un gouvernement européen qui aura bientôt tous les pouvoirs, sans que les peuples n'aient plus rien à dire.
    Le climat est quelque chose de trop important pour échapper aux nations. De plus, le réchauffement planétaire est tellement devenu un instrument de culpabilisation, de manipulation qu'on doit surtout pas interdire la controverse. En effet, il n'est pas prouvé que ce réchauffent ne soit pas uniquement dû à un cycle de réchauffement connu depuis la naissance de notre Terre, cyclique et ne doit rien à l'activité humaine.
    Il y a autant de théories pour une thèse que pour l'autre.
    De plus, si l'activité humaine est considérée comme principal responsable, pourquoi empêcher certains pays en développement de polluer et réchauffer notre planète maintenant alors que nous l'avons fait bien avant eux, sans vergogne: chacun son tour...
    Mais j'arrête là !
    Votre article procède de la même habitude de traiter les problèmes par le petit bout de la lorgnette sans chercher une vision d'ensemble. C'est dommage. Si vous voulez voir clair, il faut ouvrir grand les yeux; en effet, si votre vue est mauvaise, vous clignerez des yeux et ne verrez qu'une petite partie du problème !
    Un exemple: quand vous parlez de politique française, la survie du service public, la loi Notre, la réforme des professions réglementées, etc., vous n'évoquez jamais notre appartenance à l'Union européenne! Alors que ces lois qui nous arrivent à travers des adaptations au parlement français, ou par l'article 49.3 sont TOUTES issues des directives de l'UE, des GOPE et RPP... Et jamais (!) vous n'en parlez...
    C'est un choix, je pense... Surprenant.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.