En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

3

Commentaires

Réagir

Ressources humaines

Absentéisme des fonctionnaires territoriaux : en 2014, plus d’arrêts courts et des absences longues qui s’allongent

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

3

Commentaires

Réagir

absenteisme-fpt-une © Sofaxis

Comme chaque année depuis 16 ans, Sofaxis publie son étude sur les absences pour raison de santé dans les collectivités territoriales. Le taux d'absentéisme dans la fonction publique territoriale, s'il se stabilise en 2014, a cru de 18% sur les cinq dernières années.

 

En 2014, 42% des agents ont été absents au moins une fois. Cependant, la suppression du jour de carence, en 2013, n’a pas provoqué une explosion des absences de courte durée : « En maladie ordinaire, le nombre d’arrêts pour 100 agents est passé de 48 à 54 en un an, et, si un peu plus d’agents ont été absents au moins une fois en 2014, on ne peut pas parler de flambée », souligne Pierre Souchon, directeur du département ingénierie services de Sofaxis. En 2014, les arrêts d’un jour ont représenté 8,7% du total des arrêts. Pierre Souchon souligne d’ailleurs qu’il y a probablement eu un effet de vases communicants, un certain nombre d’agents ayant préféré en 2012 et en 2013 prendre un jour de congé ou de RTT, plutôt que de se voir appliquer ce jour de carence.

Le nombre total des jours d’arrêt, toutes natures confondues, est en moyenne de 24 jours par agent employé, soit une progression de 12 % en 5 ans.

graph 1

 

graph 1A

 

graph 2

 

graph 2A

Un taux d’absentéisme de 8,7 %

En 2014, comme en 2013, le taux d’absentéisme était de 8,7% soit, pour une collectivité de 100 agents titulaires, l’équivalent d’environ neuf agents ne venant pas travailler pendant toute l’année. Mais cette stabilité statistique ne rend pas compte du fait qu’en 2014, les arrêts courts ont progressé et que les absences longues, elles, se sont allongées. En effet, en maladie ordinaire, l’an passé, plus d’agents se sont arrêtés plus souvent, mais moins longtemps qu’en 2012 et 2013. D’ailleurs, 54 % des absences en maladie ordinaire sont inférieures à une semaine et 71 % ne dépassent pas quinze jours.

Graph 3

Des accidents du travail plus longs

Les accidents du travail, eux, ne sont pas forcément plus nombreux, mais leur durée moyenne croît chaque année. A l’inverse, les congés de maternité ont baissé, ce qui « s’explique sans doute par l’augmentation de l’âge moyen des actifs territoriaux, qui était de 46 ans en 2013 selon la CNRACL », explique Sofaxis. Au global, en 5 ans, le taux d’absentéisme a progressé de 18%.

Graph 4

Un effet âge toujours très important

C’est une évidence que les chiffres de Sofaxis confirment : plus les agents avancent en âge, plus la durée des arrêts s’allonge. Les territoriaux ayant plus de 55 ans s’arrêtent deux fois plus longtemps que leurs collègues de moins de 24 ans. De plus, « le recul du départ de l’âge à la retraite impacte les longues maladies et les accidents du travail », souligne Pierre Souchon. En effet, une personne qui est en arrêt depuis plusieurs mois, pour ne pas revenir en poste, va prolonger son arrêt jusqu’à son départ en retraite, ce qui gonfle les chiffres de l’absentéisme, et est à la charge de la collectivité…

graph 5

Un coût direct de 1921 euros par agent

En 2014, le coût moyen des absences pour raison de santé était de 1921 euros par agent employé, soit une hausse de 8,4% en un an. Pierre Souchon explique cette progression par le fait que les arrêts longue maladie sont de plus en plus longs. En effet les absences de plus de 90 jours, qui ne représentent que 5% du total des absences, pèsent pour près de 50% des montants remboursés.

« Si les arrêts courts ont un impact financier direct moindre, par contre, ils génèrent des coûts indirects importants », estime Pierre Souchon. En effet, bien souvent l’agent malade sur une période courte ne sera pas remplacé, ce qui est neutre sur le plan budgétaire, mais va obliger la collectivité à organiser autrement le service, impliquant une surcharge de travail et donc plus de stress pour les membres de l’équipe, et parfois dégrader la qualité du service rendu. Et, lorsque ces absences courtes et imprévisibles se répètent, le moral des collègues peut en pâtir…

graph 6

 

graph7

Références

Méthodologie

Le panorama s'appuie sur un échantillon de 376 815 agents affiliés à la CNRACL (Caisse Nationale de Retraites des Agents des Collectivités Locales), qui sont répartis dans 18 291 collectivités assurées, pour toutes les natures d’arrêt (maladie ordinaire, maternité, longue maladie/longue durée, accident de service).

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publique territorialeSanté

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Dirdou 30/06/2015, 09h30

    Il existe des moyens pour réduire ces absentéismes :
    Mettre en place le management de la Qualité et mieux le management intégré QSE qui associe à la Qualité , la sécurité et l'Environnement.
    Des agents motivés , responsabilisés, sachant pourquoi ils travaillent et pour qui manquent très peu. voir pas dutout notamment pour les arrêts "petites maladies".
    Quand recrutera-t-on dans la Fonction Publique de bons managers?

  2. 2. AFO 29/06/2015, 12h05

    Qui a dit que la journée de carence en 2013 n'avait eu aucun effet à la baisse sur l'absentéisme de courte durée ... justifiant ainsi sa suppression éhontée en 2014.
    Belle démonstration d'équité.

  3. 3. pov citoyen 27/06/2015, 09h01

    Je ne voudrais pas défendre trop un absentéïsme de mauvais aloi chez les fonctionnaires. Mais que dire de celui de nos députés et sénateurs...? (pourtant largement mieux payés). Y a-t-il un jour de carence dans nos hémicicles?
    Je souris quand j'entends les réactions vis à vis de l'âge (70 ans, quand même).
    Je parlais par ailleurs de république bananière, mais là, c'est encore un degré au dessus.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.