En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

2

Commentaires

Réagir

Culture

Crise des conservatoires de musique : les solutions des élus

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

2

Commentaires

Réagir

Conservatoire-de-musique-et-de-danse-Maurice-Ravel-une © Mairie de Villemonble CC BY SA 3.0

Plus que le financement, c’est la gouvernance, qui est en cause dans la crise que traversent les conservatoires de musique. Tel est le diagnostic fait par les élus locaux, qui réclament une réécriture du volet « culture » de la loi de 2004 sur les libertés et responsabilités locales.

 

« Une réforme majeure à petits prix ». C’est en ces termes que François de Mazières, député-maire (apparenté LR) de Versailles (Yvelines) défend l’idée de réécrire le volet « enseignements artistiques » de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.

Le député a réuni élus et acteurs de l’enseignement musical pour un colloque le 24 juin 2015 à l’Assemblée nationale, sur l’avenir des conservatoires. Les élus sont tombés d’accord pour dire que le problème qui reste à régler n’est pas seulement financier, mais concerne l’articulation des responsabilités entre les différents niveaux de collectivités.
Si l’État, comme il s’y est engagé le 20 mai, confirme son retour dans le financement des conservatoires de musique, il serait possible de mettre en place une « vraie clarification des compétences » à leur sujet.

Rétablissement des crédits de 2012 en 3 ans

Seules inconnues : jusqu’où et selon quels critères ? Car la ligne de crédit accordée aux conservatoires avait décru de manière constante depuis 2012. Elle représentait alors 29,2 millions d’euros. En 2014, elle n’en pesait plus que la moitié avec 15 millions, totalement évaporés en 2015, au bénéfice de l’action artistique et culturelle.

En 2016, le retour des financements représentera une « marche importante », assure Michel Orier, directeur général de la création artistique au ministère de la Culture, « l’idée étant de rétablir la ligne telle qu’en 2012», sur une période de trois ans. Il faudra attendre les arbitrages ministériels du budget 2016 pour en savoir plus.

Reprendre la décentralisation

Selon François de Mazières et Catherine Morin-Desailly, sénatrice (UDI) de Seine-Maritime, auteure d’un rapport intitulé Décentralisation des enseignements artistiques : des préconisations pour orchestrer la sortie de crise  et d’une proposition de loi  sur la question, le montant des crédits de 2012 permettrait d’amorcer la décentralisation et de confier enfin aux régions le financement de l’enseignement professionnel au sein des conservatoires, comme le prévoyait le volet « enseignements artistiques » de la lo de 2004, jamais appliqué. Les régions devaient mettre en place et financer, dans le cadre de leur compétence sur la formation professionnelle, des cycles d’enseignement professionnel initial (CEPI) devant déboucher sur un diplôme national. Mais devant le coût annoncé du transfert, non accompagné de transfert de crédits, les régions ont reculé. « L’idée était cohérente, mais certaines régions ont bloqué les CEPI car elles avaient déjà de gros problèmes avec le transfert des personnels des lycées », rappelle Karine Gloanec-Maurin, vice-présidente (PS) de l’Association des régions de France en charge de la culture, et également ex-présidente de la FNCC. « Le coût avait été mal évalué. Les expérimentations conduites en Poitou-Charentes et Nord-Pas-de-Calais prouvent qu’il suffit de pas grand-chose pour assurer le transfert », assure Catherine Morin-Desailly, prête à réadapter sa proposition de loi de 2011, alors passée à la trappe.

Conservatoire de musique et de danse Maurice Ravel,  mairie de Villemonble CC BY SA 3.0

Conservatoire de musique et de danse Maurice Ravel, mairie de Villemonble CC BY SA 3.0

Consensus possible entre collectivités

Il est ressorti des échanges entre intervenants – parmi lesquels Annie Genevard, députée-maire (LR) de Morteau (Doubs) et rapporteure de la commission culture de l’AMF ou Joséphine Kollmansberger, vice-présidente (LR) du conseil départemental des Yvelines en charge de la culture – qu’un consensus entre tous les niveaux de collectivités paraît possible.
« C’est le bon moment pour débloquer la situation », affirme Karine Gloanec-Maurin.
« Elle doit être clarifiée : il est aberrant que des régions – et elles sont nombreuses – ne participent pas du tout au financement des conservatoires à rayonnement régional », qui repose presque intégralement sur les communes et les intercommunalités, renchérit François de Mazières. Pour cela, il faudrait que « l’État reprenne la main sur le sujet, montre qu’il va être le moteur de la décentralisation », juge Catherine Morin-Desailly, « étonnée mais réjouie du revirement total du ministère » de la Culture, qui a fait preuve « d’une absence totale d’écoute pendant trois ans ».

Création d’un groupe de travail Etat-collectivités

Alain Loiseau, chef de l’inspection de la création artistique au ministère de la Culture, a répondu à la demande de Florian Salazar-Martin, président de la FNCC : Fleur Pellerin devrait proposer aujourd’hui de mettre en place un groupe de travail ad hoc au sein du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC), qui rassemble, sous l’égide de la ministre, des représentants des directions de l’administration centrale, des directions régionales des affaires culturelles (Drac) et des associations d’élus locaux. Au menu des discussions, très certainement, la réforme du classement des conservatoires, au moment où nombre d’entre eux hésitent à renouveler leur demande de label devant la complexité administrative de la procédure.

Haut de page

Sur le même sujet

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationPolitiques culturelles

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 26/06/2015, 09h16

    Ah, l'argent.
    Tout n'est plus qu'une question d'argent en ce "bas monde"...!
    Mais jamais il n'est question de notre intégration dans l'Europe?
    Pourquoi?
    Il n'y a pas de rapport? Tiens donc !
    L'Etat n'a plus assez d'argent et rabote ses dépenses un peu partout; les services publics trinquent aussi.
    La Culture est le secteur le plus indolore; alors...
    La crise que nous traversons est celle des banques américaine, en 2007-2008, la fameuse crise des subprimes, et l'Europe est elle-même entrée en crise par la faute de nos banques qui se sont fragilisées à force de spéculations hasardeuses. Au bord de la faillite, les États doivent les sauver. L'UE a décidé que NOUS, Français, devions rembourser les dettes des banques françaises, et donc américaines... Et que nous devions limiter notre déficit à un certain niveau... D'où l'austérité actuelle, stupide... Qui entraîne la récession qui entraîne l'austérité... Et qui ne permet pas à la France de rembourser un centime aux banques...
    La Culture, là-dedans, est bien un sujet secondaire...
    La vraie question est de savoir QUI fait encore de la politique dans ce pays et qui a encore un pouvoir de décision.
    Si vous voulez comprendre où nous sommes et où nous allons, il faut ouvrir grand les yeux et ne pas se focaliser sur un point "anecdotique"... et ouvrir grand les yeux, ce serait chercher à savoir pourquoi nous en sommes là, et qui décide pour nous.
    Que peut-on comprendre de votre article dans ces conditions?
    Que cela dépend du bon vouloir d'un ministre?
    C'est vrai que vous ne faites pas de "politique" donc vous ne pouvez pas comprendre. Et encore moins expliquer.
    Désolé.

  2. 2. Parents pour la musique 25/06/2015, 21h24

    Il faut repenser l’apprentissage de la musique et en redéfinir la mission et les moyens. Cet apprentissage doit être ouvert à tous, épanouissant et source de talent. Pour cela, il faut sortir de la logique d’établissement fermé et élitiste qui caractérise les conservatoires. L’école publique, seule garante d’être accessible à tous les enfants, doit retrouver une place prépondérante dans l'apprentissage musical, avec l'appui des associations musicales dont le rôle doit être valorisé. La mission des conservatoires doit être recentrée sur le perfectionnement et la formation professionnelle.
    Le collectif "parents pour la musique" développe ces idées sur le blog : "http://parentspourlamusique.blogspot.fr/"

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.