Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Petite enfance

L’Assemblée nationale se penche sur les maisons d’assistants maternels

Publié le 29/04/2010 • Par avec l'AFP Philippe Pottiée-Sperry • dans : France

L'Assemblée nationale a examiné le 29 avril 2010 une proposition de loi sénatoriale visant à donner un cadre juridique aux maisons d'assistants maternels.

Le texte, repris par les députés Nouveau centre (NC), a déjà été voté au Sénat à l’instigation du centriste Jean Arthuis, président du conseil général de Mayenne. Il doit faire l’objet d’un vote solennel des députés mardi.

M. Arthuis a soutenu la création, à titre expérimental, en Mayenne, de maisons d’assistantes maternelles rassemblant trois à quatre assistantes.

Devant les députés, le secrétaire d’Etat Georges Tron (Fonction publique) a plaidé en faveur de « toutes les initiatives » prises pour allier « souplesse et pragmatisme » en matière de garde d’enfants.

« Nous serons bientôt en pénurie » d’assistants maternels, a dit le rapporteur NC du texte, Yvan Lachaud, pour défendre la généralisation de cette expérimentation.

Le texte permet la création de maisons d’assistants maternels
Le texte permet la création de maisons d’assistants maternels à partir de quatre assistants, dans un local hors du domicile, chaque assistante pouvant prendre en charge quatre enfants.

Les assistantes, placées sous le contrôle du service de la PMI (protection maternelle et infantile), sont payées directement par les parents. Ces derniers emploient une seule assistante mais autorisent celle-ci à déléguer temporairement la garde de leurs enfants à leurs collègues travaillant dans la même maison.

Un moyen, selon M. Lachaud, de « garantir une amplitude horaire inédite ».

La délégation d’accueil ne sera pas obligatoire, ne sera pas rétribuée et nécessitera l’accord écrit de l’assisant maternel délégataire, selon le texte modifié par les députés.

En outre, l’assistant maternel recevant délégation ne pourra effectuer plus d’heures que celles figurant dans son contrat.

« Dérégulation du secteur de la petite enfance »
Très critique, Marie-Françoise Clergeau (PS) a jugé que l’initiative s’inscrivait « dans une dérégulation du secteur de la petite enfance », rappelant au passage la promesse présidentielle de création de « 400.000 places nouvelles ». « Aucun plan crédible n’est mis en oeuvre », a-t-elle dit.

« Le problème est que le texte ignore le côté collectif de ce mode de garde », a jugé Huguette Bello (GDR). « L’accueil collectif de jeunes enfants exige un certains nombre de règles et un projet éducatif. Nous ne le retrouvons pas ». « Les maisons maternelles ne sont pas soumises aux règles d’hygiène et de sécurité ». Quant aux assistants, ils ne sont soumis à « aucune condition de formation », ni d’un nombre minimum d’années d’expérience.

Jusqu’à 16 enfants contre 6 à 12 généralement
Michèle Tabarot (UMP) s’est aussi inquiétée du nombre d’enfants -jusqu’à 16- qui pourront être accueillis, contre « 6 à 12 généralement » dans les maisons expérimentales.

« Je me demande dès lors si nous avons les éléments nécessaires pour autoriser des regroupements allant jusqu’à quatre assistantes maternelles bénéficiant de l’agrément maximal », a-t-elle dit.

Il ne s’agit pas d’une « substitution » mais d’une « solution complémentaire », a répondu le président UMP de la commission des Affaires sociales, Pierre Méhaignerie, estimant que le cadre juridique était aujourd’hui « sécurisé ».

Nadine Morano rassure sur le projet de décret
Le 28 avril, Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, s’est déplacée dans une crèche, à Orléans, pour dresser un premier bilan – positif ! – de la politique gouvernementale. « S’agissant de l’accueil collectif, nous avons déjà rempli près de 50% de nos objectifs puisque nous sommes, entre l’optimisation des places existantes et les nouvelles créations de places, à près de 45.000 places qui ont été créées », a-t-elle déclaré le même jour à l’Assemblée nationale. Le gouvernement a promis 200.000 offres de garde supplémentaires d’ici 2012 (100.000 en accueil individuel et 100.000 en collectif). Se voulant rassurante sur le projet de décret, qui devrait être publié d’ici peu, Nadine Morano a estimé que les arguments du collectif « Pas de bébés à la consigne! » relèvent «de la manipulation et de la désinformation».

Le collectif « Pas de bébés à la consigne! » organise le 6 mai une 4ème journée d’action
Regroupant une trentaine d’organisations et de syndicats de la petite enfance, ce collectif demande le retrait du projet de décret, assouplissant les règles de l’accueil collectif (décret de février 2007). Il a également dénoncé, le 29 avril, la proposition de loi sur les maisons d’assistants maternels, discutée par les députés. Le collectif organise, le 6 mai, une quatrième journée d’action, au niveau national. Il a également demandé aux élus locaux de prendre position pour le retrait du nouveau décret.

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’Assemblée nationale se penche sur les maisons d’assistants maternels

Votre e-mail ne sera pas publié

caco

30/04/2010 09h09

Je trouve déplorable que l’on puisse imaginer quatre assistantes maternelles dans une maison avec 16 enfants.Ce n’est pas que je mette en doute le professionnalisme de celles-ci mais il me semble que l’organisation l’entretien de cette maison ne soit pas penser. C’est considéré comme de l’accueil collectif ou individuel? A quoi servent les métiers de la Petite Enfance avec une ou plusieurs années de formation? Les politiques ne savent pas de quoi ils parlent et du coup c’est la qualité de l’accueil des jeunes enfants qui en pâtit.

gigi

30/04/2010 11h56

quel est le but exactement de ces maisons maternelles, qui va gérer les règles d’hygiene et de sécurité, quelle va être le projet pédagogique. En crèche nous avons une puericultrice qui va avoir ce rôle??? attention on parle d’accueil d’enfants arrêtons de faire n’importe quoi! arrêtons de faire du remplissage et de la garderie pure et simple. Ce n’est ni une crèche ni un accueil personnalisé chez une assistante maternelle, un entre deux sans projet vraiment étudié. Pensons aux enfants accueillis ,revenons à nos priorités: les valeurs éducatives qui répondent aux besoins et au bien être de l’enfant.

simone

30/04/2010 12h52

Les départements on du mal à donner le 4 ième agrément ou avec des restrictions d’âge. Le gouvernement devrait s’intéresser à ce problème avant d’inventer de nouvelle disposition et élargir le nombre de contrat car dans les petites villes l’amplitude horaire des parents employeurs se situe entre 35 heures et des contrats de 20 à 25 heures. Le problème des péri scolaires ne sera pas résolu avec les maison assistantes maternelles. Je connais bien le problème étant une association.

flolo69

05/05/2010 09h29

Inadmissible !
au lieu de tendre vers la qualité d’accueil, le professionnalisme, le gouvernement de manière détournée crée une nouvelle forme de « garderie d’enfants » qui ne lui demande aucun investissement financier.
Au contraire, ce sont les assistantes maternelles qui devront aménager leur local!!!!
De plus
Quid des règles d’hygiène, du projet pédagogique !
Quid de la valorisation du métier d’assistante maternelle !
Quid de la formation des assistantes maternelles!

Toujours 48 h de travail en dehors cette fois de leur domicle, sans aucune convention collective.

eune mesure gouvernementale qui pousse les citoyens vers le bas !
Ce n’est plus l’ascenseur social, c’est la décélération sociale !!!
Les politiques devraient avoir plus d’intelligence et s’informer auprès des professionnel(le)s avant de pondre des inepties.
flolo69 EJE Lyon

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X