Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement économique

Les Pays de la Loire veulent garder leurs pôles de compétitivité

Publié le 28/04/2010 • Par Jacques Le-Brigand • dans : Régions

Les élus des Pays de la Loire montent au créneau à l'approche du prochain Ciact, prévu le 6 mai, qui doit trancher l'avenir de 13 des 71 pôles de compétitivité français sur la sellette depuis un audit en 2008.

Parmi les structures menacées figurent le pôle Génie civil écoconstruction à Nantes et le pôle Enfant à Cholet. Et c’est surtout ce dernier qui cristallise les inquiétudes régionales.

Un nouvel audit, dont les résultats ont été communiqués tout récemment stigmatise son profil marginal au motif que son innovation porte davantage sur les usages, les marchés que sur les technologies stricto sensu, déplore son directeur, Patrick Blondeau. Le dirigeant défend au contraire l’émergence, depuis cinq ans, d’un modèle de développement économique pragmatique et original qui ne coûte quasiment rien à l’Etat.
D’autant que, depuis 2008, le pôle Enfant a largement revu sa copie : il a modifié sa gouvernance afin de s’affranchir de la chambre de commerce, renforcé ses liens avec les écoles, augmenté le nombre de ses adhérents et fait passer ses programmes de recherche financés de 3 à 7.
Néanmoins, il ne satisfait pas encore à tous les critères technocratiques, par exemple parce qu’il ne sollicite pas suffisamment le Fonds unique interministériel (FUI).

Une délégation d’élus du Maine-et-Loire, issue de la majorité présidentielle, a été reçue mardi 27 avril au cabinet de Christian Estrosi, ministre de l’industrie. Elle espère avoir été entendue et réclame, si la perte du label devait se confirmer, la poursuite de l’aide de l’Etat sous une autre forme sachant que dernier participe, chaque année, à son financement à hauteur de 120 000 euros.
Pourquoi prendre le risque de casser une dynamique alors que les entreprises ont plus que jamais besoin d’un soutien ?, interroge Patrick Blondeau.
Jacques Auxiette, président socialiste du conseil régional, ne dit pas autre chose même s’il n’a pas souhaité participer à une réunion sans ordre du jour et où il a été invité tardivement par fax.

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les Pays de la Loire veulent garder leurs pôles de compétitivité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X