Economie circulaire

Pascal Canfin : « Sécuriser le recyclage en encadrant les cours des matières premières vierges »

| Mis à jour le 19/06/2015
Par

Source : COP 21 
recyclage

Flickr CC by Steve Snodgrass

Les 2ème Assises de l’économie circulaire, organisées à Paris les 16 et 17 juin 2015 par l’Ademe, ont mis en perspective, en cette année de COP 21, les liens entre changement de modèle économique, transition vers une économie circulaire et lutte contre le dérèglement du climat.

 » Personne n’a jamais vu de tonne de CO2 », relève Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe. En cette année qui se conclura sur la COP 21 (30 novembre-11 décembre, Paris-Le Bourget), « on se rend compte qu’il est difficile de mobiliser sur le thème du changement climatique, or c’est maintenant ou jamais que la prise de conscience doit s’opérer », poursuit-il. Le responsable de l’Ademe constate en revanche qu’aujourd’hui, chacun a
déjà été amené à expérimenter le covoiturage, à acheter des produits d’occasion sur internet ou dans une brocante, etc. Et qu’il a donc, en pratique, une perception instinctive et immédiate de ce que peut recouvrir l’économie circulaire et de ses bénéfices immédiats. D’où l’intérêt de s’appuyer sur l’une pour sensibiliser sur l’autre.

Le recyclage, un gisement de CO2 évité

De son côté, Pascal Canfin, ancien ministre délégué au développement et conseiller principal pour le climat auprès du World Resources Institute, estime « qu’une économie neutre en carbone passe nécessairement par l’économie circulaire, à travers une vision rénovée de nos façons de produire, de consommer, une évolution plus immatérielle de la notion d’infrastructure, à l’image par exemple de ce que fait Airbnb en créant des centaines de milliers de chambres d’hôtels dans le monde sans en construire une seule. »
« Derrière toute ressource, il y a du CO2 caché », rappelle Fabrice Boissier. Les matériaux recyclés, en particulier, sont un gisement considérable d’énergie économisée et de CO2 évité par rapport aux matières premières vierges.

Mais l’un des handicaps majeurs, mis en exergue par la ministre de l’Écologie Ségolène Royal dans sa déclaration adressée aux participants des Assises, est l’absence de prise en compte, dans le prix des matières vierges, de leurs coûts externes, environnementaux notamment. Les fluctuations des cours de ces matières viennent ainsi régulièrement pénaliser les matières recyclées.

Tempérer la concurrence des matières vierges

Cette variabilité et le manque de visibilité de moyen et long terme bloquent l’investissement industriel. « En ce moment, on constate même un certain retour de l’économie linéaire, avec la baisse du prix du pétrole ou celle du minerai de fer, confirme Jean-Philippe Carpentier, président de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le risque, c’est la perte du tissu industriel du recyclage. Comme il est sûr que l’avenir est à la rareté des ressources, les conséquences d’une telle disparition seraient terribles. En cas de dumping sur la matière vierge, il faut donc trouver un moyen d’aider l’industrie du recyclage à se maintenir. »

Pascal Canfin, auteur d’un rapport [PDF]sur la mobilisation des financements pour le climat récemment remis à François Hollande, avance une proposition :

Il est possible de fixer, non pas un prix, mais à tout le moins un corridor de prix pour les matières vierges, avec un plancher et un plafond, de façon à ce que les signaux prix envoyés ne puissent plus franchement s’inverser. Nous proposons d’ailleurs exactement le même genre de dispositif sur le prix du carbone, dans le rapport remis au président de la République. C’est la responsabilité de la puissance publique de fixer des bornes. L’économie circulaire, c’est aussi la définanciarisation de l’économie.

Références

"Mobiliser les financements pour le climat - Une feuille de route pour financer une économie décarbonée" [PDF], rapport de la commission Pascal Canfin - Alain Grandjean, juin 2015

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP