Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Conférence Marchés publics

Commande publique : la dématérialisation en panne ?

Publié le 16/06/2015 • Par Jean-Marc Joannès • dans : A la une, Actu juridique, France

maia-marche-public-une
Delphine Herriau
Plus que sur la technique juridique, c’est sur la dématérialisation des procédures et le changement des pratiques que repose la "révolution copernicienne" que voudrait enclencher le Gouvernement en matière de commande publique. C’est le constat partagé par les intervenants comme les participants lors de la conférence Marchés publics organisée par la Gazette des communes le 10 juin, à Paris.

 

Jean Maïa en a fait le pari publiquement : l’ordonnance « Marchés publics » de 2014 sera publiée en juillet. Le directeur des affaires juridiques (DAJ) de Bercy prend soin de préciser qu’elle ne s’appliquera cependant pas avant le 1er janvier  2016. Mais le temps reste compté, car la directive devra être transposée dans les délais fixés par l’ordonnance, soit au printemps 2016. Un impératif donc, plutôt qu’un souhait d’aller vite !

Les projets de décrets d’application  qui, aux dires du DAJ,  porteront en réalité l’essentiel de la réforme devraient être présentés et soumis à consultation publique dans la foulée de la publication de l’ordonnance, avec pour objectif leur publication à la fin de l’année.

Sur le fond, c’est en effet surtout dans ces décrets d’application que les plus grands bouleversements auront lieu. D’où une nouvelle procédure de consultation sur les projets de décret avant leur adoption… « mais pas en août », a précisé Jean Maïa. On comprend mieux pourquoi, alors que le projet d’ordonnance est actuellement soumis à l’avis du Conseil d’Etat, et après un passage difficile (vote négatif), devant le Conseil national d’évaluation des normes (CNEN)  le 4 juin dernier, les consultations, la mission sénatoriale d’information sur la commande publique et autres lobbyistes continuent de s’activer…

Cheval de bataille

De grands bouleversements ? Certainement. Mais paradoxalement, ce qu’il ressort de plusieurs prises de  paroles d’intervenants aux débats, c’est que l’enjeu essentiel de la réforme en cours du code des marchés publics, c’est la simplification. Et plus précisément la dématérialisation.

Jean Maïa insiste : le gouvernement, qui a fait de la simplification son cheval de bataille, n’a pas attendu les directives européennes de février 2014 pour s’engager dans la simplification de la commande publique : marchés publics simplifiés (MPS) , mise en œuvre du principe « dites-le nous une fois » … la France avance », assure-t-il.

maia-marche-public

Changement de mœurs

L’audience, elle,  est beaucoup moins emballée, voire dubitative. Plusieurs acheteurs publics témoignent plutôt de leur difficulté à dématérialiser : globalement,  une couverture numérique du territoire loin d’être achevée ; ici, une préfecture ne prend pas les documents numériques ; là, des difficultés à faire entrer dans les mœurs des élus la signature électronique…

Le même constat est aussi dressé du côté des entreprises :  » souvent, les entreprises n’ont même pas de catalogue électronique, et il ne s’agit pas spécifiquement des petites entreprises ! », assène Jérôme Michon, enseignant en droit des marchés publics et privés à l’ESTP.

Jean-Marie Héron, président de l’Association des acheteurs publics (AAP) résume ainsi l’état de la dématérialisation en France : « l’acheteur reçoit de tout : du dématérialisé, du papier, parfois un mélange des deux… » Il ne se prive pas de rappeler, à cette occasion, qu’aujourd’hui, la simplification profite surtout aux entreprises.

Quant aux MPS, Bertrans Rouzier, conseil de la  Médiation nationale des marchés publics, tempère l’optimisme de Jean Maïa et s’inquiète : le taux de pénétration du MPS au 1er janvier 2015 était encore très faible… « alors que théoriquement, les entreprises devraient se précipiter pour répondre avec le MPS ! ». De même, le coffre-fort électronique serait encore méconnu des entreprises.

marche-public

Retard

Tous ces témoignages confirment « sur le terrain » les chiffres rendus par l’Observatoire de l’achat public (OAP): seuls 11 % des marchés sont dématérialisés, alors que l’objectif de dématérialisation fixé par l’Union européenne était de 50 % … à horizon 2010 !  En outre, le recours aux factures électroniques demeure limité à 15 % de l’ensemble des factures échangées entre fournisseurs et acheteurs publics. Un beau retard !

Une seule bonne nouvelle, apportée par Jean Maïa : le formulaire Dume (document unique de marché européen) serait « arrêté cet été ».

Décidément, la révolution numérique, c’est pas pour demain…

Cet article est en relation avec les dossiers

Domaines juridiques

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Commande publique : la dématérialisation en panne ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Une TPE

17/06/2015 06h38

Chaque fois que je veux retirer un dossier de consultation, il faut remplir une page d’information. Il est hors de question que je passe en sus le test pour faire une réponse électronique, sur un serveur que je n’utiliserai plus d’ici plusieurs années.
L’offre papier, c’est simple et facile à contrôler. La vraie solution simple, c’est d’accepter l’envoi de fichiers pdf.
De même pour les factures. Je tiens ma comptabilité. Le chiffre d’affaire ne permet pas de la sous-traiter, ni d’envisager l’acquisition d’un logiciel d’édition de factures.
Les micro-entreprises sont les plus nombreuses… c’est à elle qu’il faut simplifier la vie.

Je ne parle pas de l’empilement des sites de publication, qui redonnent à 80 % les mêmes informations.

Cordialement,

Akim

13/07/2015 04h52

Merci pour cet état des lieux. Il est triste de voir autant de réticences face à la dématérialisation et à la signature électronique. Gain de temps, gain de productivité, bien pour la planète. Autant d’avantages nécessitant certes un investissement mais dont le retour sur investissement n’est pas négligeable et voir même très intéressant.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X