En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

1

Commentaire

Réagir

Politique de la ville

Ville et Banlieue : le président change, pas les enjeux

Publié le • Par • dans : Actu prévention sécurité, France

1

Commentaire

Réagir

MVuillemot2 © La-Seyne-sur-Mer

Le maire PS de La-Seyne-sur-Mer, Marc Vuillemot, a été élu le 9 juin à la tête de l’association Ville & Banlieue qui réunit plus d’une centaine de territoires prioritaires. A l’heure où la réforme de la politique de la ville se met en oeuvre, ces élus locaux de tous bords politiques continuent d’alerter sur les conditions de vies des habitants et le désengagement de l’Etat.

 

Les municipalités et intercommunalités parties prenantes de l’association « Ville et Banlieue » ont élu à Vitry-sur-Seine mardi 9 juin un nouveau président à leur tête, en la personne de Marc Vuillemot, maire (PS) de La Seyne-sur-Mer et vice-président de l’agglomération Toulon Provence Méditerranée (Var).
Jusqu’ici vice-président de cette association transpartisane alertant régulièrement sur la situation des quartiers prioritaires de la politique de la ville, il remplace poste pour poste Damien Carême, maire (EELV) de Grande-Synthe (Nord).

Ancien professeur dans un collège seynois, ce militant associatif de 58 ans s’intéresse très tôt aux « jeunes des cités » et au développement social des quartiers. Après être devenu à 28 ans président de l’Office Municipal de l’Action Socio-Educative (OMASE) de La-Seyne-Sur-Mer, Marc Vuillemot s’engage en politique et devient dix ans plus tard, troisième adjoint au maire en charge de la politique de la ville.

Elu en 2008 puis en 2014 à la tête d’une coalition de gauche (PS, EELV, PRG, MRC, PCF, NPA, etc), il entame son second mandat à la tête de cette ville de 63 000 habitants. L’occasion de poursuivre la reconversion notamment touristique de son territoire, spécialisé jusqu’au choc pétrolier de 1973 dans l’industrie navale. Sans oublier pour autant ses sujets de prédilection, puisque Marc Vuillemot continue en parallèle d’administrer une « amicale pression constructive » sur les pouvoirs publics.

« On me demande parfois s’il est bien utile que La Seyne participe à une association de communes comme « Ville et banlieue ». Il est vrai que s’investir dans une telle structure requiert du temps et de l’énergie, et, on doit le dire, un peu d’argent à la commune qui couvre les coûts de mes déplacements en train, essentiellement à Paris. Mais le jeu en vaut la chandelle… Localement, La Seyne gagnera assurément un retour sur l’investissement de son maire » écrivait-il l’automne dernier sur son blog.

Dénonciation du désengagement de l’Etat

Si les instances de Ville & Banlieue ont également été renouvelées à l’occasion de cette assemblée générale, les messages portés par l’association, eux, restent les mêmes.

Saluant la poursuite de la politique de la ville et de la rénovation urbaine ainsi que « la réelle volonté d’associer les habitants à la maîtrise de leur cadre de vie et de leur destin », le communiqué dénonce le désengagement croissant de l’Etat.

« A l’instar de l’ensemble des collectivités, mais peut-être plus gravement au regard de l’ampleur des besoins des habitants des quartiers populaires », Ville & Banlieue s’inquiète ainsi « des baisses des dotations de l’Etat et de la lenteur de la mise en œuvre de la dotation de politique de la ville (DPV) au même titre que l’AMF et les autres associations d’élus. »

A quelques semaines de la fin du délai de signature des contrats de ville, cette association d’élus locaux de banlieues tire également la sonnette d’alarme sur l’implication plus que variable des services de l’Etat.

Avec la même verve, Ville et & Banlieue s’étonne de la faible « appropriation locale par les services déconcentrés de l’État des conventions d’objectifs intervenues entre le ministère de la Ville et les ministères devant s’impliquer sur les sites prioritaires, ou encore du transfert de plus en plus évident d’une solidarité nationale vers une solidarité transversale – notamment intercommunale – se déclinant très différemment selon les territoires. »

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. lambda 11/06/2015, 10h45

    Bonne nouvelle, que ce maire engagé et volontaire soit élu pour aussi représenter nos contrées sudistes; et oui à une réforme profonde de la politique de la ville, pour passer d'une logique de financement à l'action à une logique de structuration de l'action publique dans les quartiers réglementaires...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.