En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

8

Commentaires

Réagir

Carrière

Booster sa carrière en évoluant au sein de la FPT, c’est possible

Publié le • Par • dans : A la une emploi, Actu Emploi, Dossiers Emploi, France

8

Commentaires

Réagir

booster-carriere-une © simple cartoon - Fotolia

Au delà des procédures d’avancement naturelles prévues par les règles de la fonction publique territoriale, plusieurs dispositifs peuvent être mobilisés à l’initiative de l’agent public qui souhaite changer de poste, de filière, de catégorie... au sein de sa propre collectivité locale ou dans une autre.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Comment booster sa carrière dans la fonction publique

 

Changer de poste

Un fonctionnaire territorial qui souhaite changer de service au sein de sa collectivité locale peut demander une mutation interne, sachant que ce dispositif ne peut concerner qu’un changement d’emploi à l’intérieur du même grade et du même cadre d’emplois.

Voir aussi toutes nos fiches Cadres d’emplois de la fonction publique territoriale

Pour rejoindre une autre collectivité territoriale, il pourra demander une mutation externe, si, après avoir postulé à une offre d’emploi, sa candidature est retenue. Il informe alors sa collectivité employeur de sa volonté de mobilité, qui ne peut s’opposer à son départ. La mutation intervient ensuite dans un délai de trois mois.

Changer de métier

Il existe désormais des possibilités de changement de filière – et donc de métier – lorsque le niveau des missions et la catégorie d’emploi sont équivalents. Cela peut se faire par la voie du détachement, dans sa propre collectivité ou une autre, sur la même catégorie hiérarchique.

Lire aussi : La mobilité des fonctionnaires territoriaux en 10 questions

En application de la loi du 3 août relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique, le détachement au sein d’une même collectivité locale est en effet désormais possible, à condition que ce mouvement s’effectue « à équivalence de grade et à l’échelon comportant un indice égal ou immédiatement supérieur à celui dont l’intéressé bénéficiait dans son grade antérieur » (modification du décret 86-68 en mai 2011).

Il est aussi possible de demander l’intégration directe, autre modalité issue de la loi mobilité.

Soumise à l’avis de la commission administrative paritaire (CAP), elle se traduit par une radiation du cadre d’emplois et par une intégration concomitante dans celui d’accueil, sans période de détachement intermédiaire ni application d’aucune autre position statutaire de transition. Sont cependant exclus de ce dispositif les métiers dont l’exercice reste subordonné à la détention d’un diplôme ou d’un titre spécifique.

Changer de catégorie

Pour donner un vrai coup d’accélérateur à sa carrière, (re)passer un concours reste une des meilleures options, notamment pour changer de catégorie. Dans ce cadre-là, il peut être intéressant de faire valoir son droit individuel à la formation (DIF), introduit dans la FPT par la loi du 19 février 2007.

Tout agent bénéficie chaque année d’un droit individuel de 20 heures de formation, cumulable sur six ans dans la limite de 120 heures. Sa mise en œuvre relève de l’initiative de l’agent, en accord avec son employeur.

En 2012, un DIF sur quatre a été mobilisé pour préparer les concours et les examens professionnels, selon le dernier rapport du CNFPT sur la mise en oeuvre de ce dispositif dans la FPT (octobre 2014). Le DIF peut être suivi pendant ou hors du temps de travail.

A savoir : pendant longtemps, l’expérience professionnelle a été très peu prise en compte par l’administration. Depuis la loi 19 février 2007 relative à la fonction publique territoriale, elle est prise en compte dans le cadre des procédures d’avancement. Afin notamment d’encourager le développement de la validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE), ce texte a entériné la création d’un congé spécifique (24 heures par an et par validation).

Lire aussi : La VAE peut booster la carrière des agents “C”

Haut de page

8

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

8 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Rage 16/06/2015, 17h36

    La gazette vend toujours un monde idéal... mais loin des réalités.

    Malheureusement, je ne connais que 2 moyens d'évoluer vite en collectivités locales:
    1: Prendre sa carte au parti (attention, ne pas se tromper de camp et toujours dire oui).
    Choix personnel, mais visiblement beaucoup semblent s'y faire.
    2: Pourrir ses agents à un tel point que la seule solution consiste à vous pousser vers la sortie par une promotion. Restera alors à attendre que les choses changent pour revendre votre titre puis continuer à aller polluer ailleurs et plus haut.
    C'est aussi un choix, mais visiblement assez répandu.

    Un agent qui bosse et s'avère efficace: on ne le change pas.
    Car dans un système absurde, celui qui agit bien, est un agent qu'on laisse bien à sa place car il permet à d'autre d'avoir du temps pour se positionner.

    Cynique? Peut-être. Mais ça c'est la réalité.

    Après, tenter sa chance dans des concours aux stats improbables... oui c'est possible, mais c'est à la marge. De toute façon, in fine c'est l'élu qui décide.

    Certains préfèrent donc briller au près de l'élu plutôt que de se faire chier dans les méandres des concours et autres sélections aux issues incertaines que l'on réserve pour la "piétaille".

    Hé oui, la modernisation de la FPT passe bel et bien par un point: mettre un terme à la féodalité.

  2. 2. ghp 13/06/2015, 12h19

    Je suis un peu dubitatif. Quand on voit des profilages de poste actuellement en vigueur (ex : "A ou B confirmé") qui montrent que les collectivités ne recrutent, par exemple, pas de Directeur ou d'Attaché principal pour ne pas à avoir à payer au niveau leur leur grade.... On prendra donc un attaché pour des fonctions d'administrateur. Seuls les copains, et les coquins, bénéficient du "boostage de carrière". On applique les textes les plus favorables à l'agent que quand cela arrange les membres du réseau. Inutile de nous faire croire que la FPT cest le pays des bisounours où l'on peut bouger et évoluer...

  3. 3. Franck 12/06/2015, 15h23

    bonjour,
    Et pourtant c'est la vérité que "topsykrett" a dite, car je suis dans le cas ou ma carrière n'a pas évolué ou très peu.
    25 ans d'anciennetés (entrée 1990 j'étais employé de bureau à l'époque) , commune moyenne de 25 000 habitants étant adjoint administratif 1er classe pendant que d'autres rentrés la même année ou même après moi sont 3 grades au dessus à savoir rédacteur. Donc la discrimination existe partout et surtout dans la fonction publique. C'est à la tête du client. Sauf si on arrive à me prouver le contraire.
    Cordialement.

  4. 4. olivier 12/06/2015, 13h59

    Votre article est intéressant, mais vous oubliez l'essentiel: seul le Maire est le maitre à bord:
    La nomination aux grades et emplois est de sa compétence exclusive conformément à l’article 40 de la loi précitée. Il gère les carrières des personnels communaux, exerce le pouvoir hiérarchique sur ces agents et prononce les sanctions disciplinaires.

    Si le Maire décide qu'un agent, malgré sa volonté d'évoluer, doit rester en bas, il le restera !

  5. 5. Daniel Lagarde 12/06/2015, 10h53

    Il est peut-être possible de booster sa carrière. Encore faut-il que notre hiérarchie accepte que l'on fasse une formation personnelle et/ou une formation qui n'a rien à voir avec notre métier (fiche de poste) dans la collectivité.
    Souvent notre hiérarchie nous impose des formations dans l'intérêt du service. Je suis bien d'accord que l'on fasse des formations dans le cadre de notre fiche de poste et pour le service, mais on peut aussi faire des formations personnelles. Et les formations personnelles sont très difficilement acceptées, car notre hiérarchie estime que l'on n'en a pas besoin.

  6. 6. topsykrett 11/06/2015, 15h34

    Par qui cet article a t-il été écrit ? Un catégorie A++ ou un bureaucrate ! Faut-il que je passe en revue chaque "solution" proposée, pour la démonter !?

    1/ Changer de poste ? La mutation interne => peu d'employeur procèdent à cette mutation. Car il faudrait pourvoir le poste que vous quittez, et du coup ca fait du boulot ... vous comprenez . Puis il faudra former la nouvelle personne ... et vous former vous au nouveau poste que vous allez occuper !
    Mutation externe ? oui ... enfin presque ! parce qu'on se le dise : vous passerez après les amis, les copains avec qui l'on souhaite travailler ! Et s'il n'y en a pas a passer, je vous conseiller de postuler dans une mairie du même bord politique sous peine de vous voir recaller.

    2/ le détachement au sein de la même collectivité ? on vous dit de passer des concours, une fois que vous les avez et bien ... on revient sur sa parole et on vous dit de changer de collectivité ! Alors ne parlons même pas d'une intégration directe !

    3/ changer de catégorie :
    ahah la bonne blague. 5 postes pour 1000 candidats. J'espère que vous avez prévu d'aller à la cueillette du trèfle à 4 feuilles ! et à supposer que vous décrochiez le saint graal ... prenez des cours à pôle emploi ! oui car vous devrez rechercher vous même un poste dans les 3 ans pour le concours externe. 3 ans cela passe vite ! surtout que les postes sont peu nombreux ! alors prévoyez également le camion de déménagement. Le DIF ? (qui a changé de nom je vous rappel) Y a t-il une seule collectivité qui joue vraiment le jeu en acceptant ? Nombreux sont les agents qui se sont vu refusé leur projet sous pretexte d'un manque de budget. ALors absentez vous mais ne nous demandez pas d'argent ....

    Oui effectivement, vous pouvez booster votre carrière mais n'attendez rien de la fonction publique qui vous reconnaitra davantage si vous ne faites rien d'autre que ce que l'on attend de vous, être sage, faire bêtement votre travail, et surtout ne changez pas les règles du jeu. Le changement... c'est pas pour maintenant

  7. 7. Romain Mazon (journaliste)
    11/06/2015, 16h50

    Bonjour

    L'article dit que c'est possible, il ne dit pas que c'est facile. Merci de vos éclairages. Ceci dit, ils tendent à induire que toute évolution est impossible, ce qui n'est pas vrai non plus.

    Cordialement

  8. 8. Chantal 10/06/2015, 09h01

    L'article sur l'évolution des fonctionnaires me fait réagir . Mon métier est secrétaire catégorie C ayant obtenu mon examen de rédacteur sans être nommée. Actuellement en disponibilité pour convenance personnelle je souhaite me reconvertir dans le secrétariat de mairie. Malheureusement dans ma position de disponibilité je n'ai pas de droit ouvert à la formation. Je pourrai profiter de mon temps libre pour faire évoluer ma carrière mais cela m'est interdit. Je vais devoir attendre de reprendre une activité dans une collectivité et demander une formation; ce n'est pas sûr que j'obtienne l'accord de ma nouvelle collectivité qui viendra de me recruter. Je trouve que c'est une injustice totale.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.