Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Carrière

Pour booster sa carrière, faire le point avant de se lancer

Publié le 08/06/2015 • Par Emmanuelle Chaudieu • dans : A la une emploi, Actu Emploi, Dossiers Emploi, France

booster-carriere-une
simple cartoon - Fotolia
Aspiration professionnelle, soif de découverte, curiosité, bougeotte, lassitude dans son poste… les motivations qui poussent un agent public à vouloir donner un autre visage à sa carrière peuvent être diverses. Que l’on sache avec certitude ou pas vers quoi on veut évoluer, il peut être judicieux, au préalable, de faire le point avant de se lancer.

Cet article fait partie du dossier

Comment booster sa carrière dans la fonction publique

Vouloir sortir des rails de la carrière de fonctionnaire, c’est une chose. Réussir la démarche, c’en est une autre. Plusieurs personnes sont en mesure de conseiller un agent public assoiffé de nouveaux horizons. Elles l’aideront à s’orienter et pour certains l’accompagneront dans l’élaboration de son nouveau projet professionnel.

La première d’entre elles c’est le supérieur hiérarchique direct, celui ou celle qui est en contact quotidien avec le fonctionnaire. Elle est, a priori (et sous réserve, naturellement, de relations détestables, ce qui arrive), la plus à même de juger de ses compétences et de ses capacités d’évolution.

Profiter de l’entretien professionnel

D’autant que pour aborder ces questions, un dispositif s’y prête parfaitement : l’entretien professionnel qui, après avoir été expérimenté pendant cinq ans, principalement dans les grandes collectivités locales, concerne tous les agents de la FPT, fonctionnaires et non titulaires, depuis le 1er janvier 2015 (il a également remplacé la notation).

Lire aussi : Faut-il avoir peur de l’entretien professionnel ?

Conduit par le manager direct, l’entretien professionnel est l’occasion de dresser un bilan des acquis de l’expérience professionnelle de l’agent public, ainsi que, « le cas échéant, [de] ses capacités d’encadrement », de ses besoins de formation « eu égard, notamment, (…) aux compétences qu’il doit acquérir et à son projet professionnel » et enfin évoquer ses perspectives d’évolution professionnelle « en termes de carrière et de mobilité », précise le décret du 16 décembre 2014 qui fixe les modalités de l’entretien professionnel dans la FPT.

Autre correspondant privilégié : la direction des ressources humaines de sa collectivité, auprès de qui l’agent pourra à la fois connaître les modalités possibles d’évolution en interne, les formations auxquelles il peut prétendre, les postes disponibles correspondant à ses compétences…

Le support du centre de gestion

Les agents travaillant dans des collectivités locales de petite taille – ou recherchant une certaine confidentialité – peuvent également se tourner vers le centre de gestion de la fonction publique territoriale (CDG) de leur département, dont l’une des missions est de concourir à favoriser la mobilité des agents (liste des centres sur le site de la FNCDG).

Beaucoup ont ainsi des services dédiés à la mobilité, à l’image du CDG du Finistère, qui a même mis sur pied une prestation de conseil en mobilité. Le principe : définir avec l’agent ses motivations professionnelles et l’aider à se positionner vis-à-vis de sa carrière et des possibilités qui s’offrent à lui. « Nous avons pour cela développé un certain nombre d’outils pour accompagner les agents sur les lieux de stage, les orienter, les aider à refaire un CV, à écrire une lettre de motivation, à se préparer à des entretiens…», précise Nathalie Prigent, responsable du service mobilité.

Outre ces interlocuteurs, ne pas oublier les ressources numériques, en particulier celles du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) : modalités d’évolution, formations, concours…, un fonctionnaire en quête de mobilité y trouvera de nombreuses informations, sans oublier le répertoire des métiers territoriaux, outil précieux, notamment pour savoir avec quel autre métier ou dans quelles autres familles professionnelles on partage un même tronc commun d’activités et/ou de compétences. Ou, pourquoi pas, trouver sa nouvelle vocation…

A noter que dans le cadre des nouveautés de son offre de formation 2015, le CNFPT propose un itinéraire intitulé «construction de son projet professionnel» qui s’adresse à des agents qui souhaitent être « acteurs de leur mobilité ». Objectif : leur donner les clés « pour diagnostiquer leurs compétences, leurs capacités et les valoriser, leur permettre d’acquérir une réflexion et une méthode pour construire leur projet professionnel, les aider à mettre en œuvre leur plan d’action ».

7 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Pour booster sa carrière, faire le point avant de se lancer

Votre e-mail ne sera pas publié

Ronel

13/06/2015 07h04

Ce n est que de la théorie….RQTH avec un Bac+5 et 25 ans de collectivité…..je suis victime d discrimination et harcèlement moral depuis plus de 3 ans sous l’œil bienveillant du président de la collectivité, le centre de gestion, le CNFPT régional, et la DRH…..je suis privée de tout même de formation… »en toute indifférence. Sous le soleil de la Guadeloupe…..que faire?

PAT

17/06/2015 07h15

bjr,cette théorie s’applique au catégorie A et B c’est de l’utopie pour la catégorie C, les CORVEABLES,POLYVALENTS,ensuite pour trouver un poste ou une mutation tintin,même en ayant suivie des formations du CNFPT

nanou

15/07/2015 11h03

Pour la promotion interne de B vers A, aujourd’hui, elle n’est pratiquement plus possible pour les personnes qui n’ont pas eu la bonne idée de tenir leur carnet .Les diplômes sont comptabilisés en point SNAPPI , accepter des missions de cadre A avec un profil de B sans que celui ci soit modifié , faire des formations dans le cadre des besoins de la direction tout cela ne sert à rien . Aujourd’hui, ce n’est plus une promotion sociale, c’est un avantage certains pour des agents qui ont fait des études.. Dans quelques années , la fonction publique n’aura que des sur diplômés , la bataille sera dure entre eux.

Albert

28/08/2015 03h31

avec les passe-droit, les copinages, la cooptation, les préférences, les services-rendus, les sensibilités, les réseaux, et les partenariats en tous genres, vous pouvez « booster » votre carrière. si vous avez que le travail et le mérite, cela va moins bien fonctionner.

FABRICEG

09/03/2016 06h22

Retour experience FPE apres mobilité

Etablissement perdant :
Nous ne pouvons vous mettre l’avancement que vous méritez car vous souhaitez quitter notre établissement
Etablissement prenant :
Nous ne pouvons prendre en compte vos capacité car vous etes nouvel arrivée, il serait délicat de vous placer devant certaines personnes étant dans l’établissement depuis bien plus longtemps que vous

Synthese : « Aspiration professionnelle, soif de découverte, curiosité, bougeotte, lassitude dans son poste  » apportera un recul sur l’avancement.

Guillaume

10/03/2016 08h44

Blabla, blabla,
Une fois de plus la gazette gazouille sans connaitre la réalité. Vive la Pravda. Ne pas bouger ne pas prendre de risque dans la FPT pour les C et les B est le meilleur moyen de progresser. Booster sa carrière ne fonctionne que pour les A et encore…20 ans à me décarcasser, déménager, prendre des responsabiltés, remettre en cause mes acquis…et en finalité j’ai atterri et réalisé que tout cela ne sert à rien hormis déstabiliser sa vie de famille.A entrer en fonction en même tant que d’autres qui n’ont rien fait, je suis arrivé au même endroit. La mobilité = 0 promotion vous êtes toujours considéré comme le primo arrivant dans votre nouvelle structure donc vous devez faire vos preuves : peu importe votre CV. Alors un conseil, ne bougez pas et couvez…c’est le meilleur moyen de progresser. En plus je travaille en RH et je pense avoir suffisamment de recul.

OMJ

14/03/2016 09h04

Dans ma collectivité aussi la DRH prône la mobilité interne pour booster sa carrière.
Résultat 3 services différents en – de 20 ans, très enrichissant sur le plan personnel, nouvelles connaissances, formation etc… pour la carrière 0+0… A chaque fois, je repars à zéro, lors de l’entretien d’évaluation dans le nouveau poste on ne peut pas me noter aussi bien que dans le précédent parce que je n’ai pas fait mes preuves… Par contre j’ai vu plein de personnes promues au grade supérieur parce que cela faisait 30 ans qu’elles étaient sur le même poste et forcément étaient devenues des expertes…. Donc pour booster sa carrière il y a urgence à ne pas bouger

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X