Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

RGPP

Le Lot-et-Garonne inquiet de la suppression de 8% de l’effectif des gendarmes

Publié le 21/04/2010 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Actu prévention sécurité, Régions

Les élus se mobilisent pour dénoncer les projets de fermeture des brigades de gendarmeries à Clairac et Francescas. Cela représente 8% de l’effectif des gendarmes dans le département.

Dans le cadre de la rationalisation des effectifs de gendarmerie et de la RGPP, le préfet de Lot-et-Garonne Bernard Schmeltz a annoncé aux élus le projet de fermeture des brigades de gendarmeries à Clairac et Francescas. La suppression de 38 postes, qui représentent 8 % de l’effectif des gendarmes lot-et-garonnais, inquiète les élus du Lot-et-Garonne.

Françoise Bize, maire de Clairac et conseillère générale du canton de Tonneins (15 000 hab.) a préparé une pétition avec les communes concernées de Grateloup et Lafitte-sur-Lot. Elle compte également adresser cette semaine un courrier au ministère de l’Intérieur : S’il y a un domaine où la RGPP peut trouver une non-application, c’est bien la sécurité des citoyens et l’enseignement. Pour nous, le maintien de forces de gendarmerie en zone rurale est primordial. Cela contribue à la préservation de la tranquillité et de la sécurité des populations, commerces et entreprises locales, a déclaré Françoise Bize, interrogée par la Gazette des communes.

Dans un communiqué adressé à la presse le 16 avril, Pierre Camani, président (PS) du conseil général,  a indiqué que les prétextes avancés pour tenter de justifier ce nouveau recul des services publics sont irrecevables. Il ajoute qu’il s’agit d’un coup très grave porté à ces deux cantons et d’un abandon caractérisé de l’espace rural.

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Lot-et-Garonne inquiet de la suppression de 8% de l’effectif des gendarmes

Votre e-mail ne sera pas publié

AJC

21/04/2010 08h56

Je trouve cette décision très bien.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X