Financement

Collecte des eaux pluviales

Par • Club : Club Techni.Cités

Les communes ont la possibilité de faire contribuer les bénéficiaires du service pour une partie du coût de la gestion des eaux pluviales.

Il n’existe pas d’obligation générale de collecte ou de traitement des eaux pluviales pour les communes. Les communes (ou les groupements compétents), choisissant de les collecter, peuvent le faire soit dans le cadre d’un réseau unitaire pour les traiter avec les eaux usées, soit dans le cadre d’un réseau séparatif. Les eaux collectées par les réseaux pluviaux pouvant être à l’origine de pollutions du milieu naturel, les rejets importants d’eaux pluviales sont soumis à autorisation ou à déclaration en application des articles L214-1 à L214-3 du Code de l’environnement.

Les communes maîtres d’ouvrage de tels réseaux peuvent donc être conduites à traiter ces eaux avant de les rejeter. Des obligations locales peuvent cependant être instituées par ces collectivités. Une commune peut décider d’interdire ou de réglementer le déversement d’eaux pluviales dans son réseau d’assainissement, en modifiant son règlement du service d’assainissement et ou ses documents d’urbanisme, permettant ainsi d’inciter les responsables de déversements d’eaux pluviales à développer des solutions de gestion à la source de ces eaux et de limiter en conséquence la dépense publique correspondante. Il est à noter que la collectivité, propriétaire des voiries publiques représente en général le plus grand contributeur de ces déversements sur son territoire.

Toutefois, les communes ont la possibilité de faire contribuer les bénéficiaires du service pour une partie du coût de la gestion des eaux pluviales : par la mise en place d’une redevance pour service rendu, réclamée aux maîtres d’ouvrage de surfaces imperméabilisées dont la collectivité n’a pas la responsabilité. Cette redevance peut être calculée sur la base du volume d’eaux collectées ; par l’intermédiaire de la participation pour voiries et réseaux (PVR) ; par la mise en place d’une taxe annuelle spécifique, perçue auprès des propriétaires de surfaces imperméabilisées dont l’existence rend nécessaire une gestion publique des eaux de ruissellement ainsi que le prévoit la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006.

Des clarifications législatives sont envisagées dans le projet de loi Engagement national pour l’environnement, afin de permettre la définition du cadre réglementaire permettant la mise en place effective de la taxe par les communes.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X