Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Le nécessaire transfert d’impôts de l’Etat aux collectivités

Publié le 14/08/2009 • Par Jean-Marc Joannès • dans : France

Le rapport annuel sur les relations financières entre l’Etat et les collectivités locales, présenté par Jean-Pierre Balligand (PS) et Marc Laffineur (UMP) a été publié fin juillet.

Les deux députés indiquent que la suppression de la taxe professionnelle (TP), dans le cadre du projet de loi de finances pour 2010, oblige à mener prioritairement une réflexion sur les modalités de l’imposition locale des entreprises. Pour autant, souligne le rapport, la suppression de la TP rend nécessaire, outre une refonte intégrale de la fiscalité locale des entreprises, une réforme plus vaste de la fiscalité locale : «la compensation des pertes de recettes fiscales résultant de la réforme de la fiscalité locale des entreprises implique, en effet, de modifier l’affectation d’autres impôts locaux et de transférer aux collectivités territoriales des impôts d’État.»

En premier lieu, les rapporteurs préconisent de remplacer la taxe professionnelle «par un impôt moderne et comparable au plan international» qui pourrait être constitué d’un volet foncier assis sur les valeurs locatives et d’un impôt égal à 1,5% de la valeur ajoutée des entreprises.
En second lieu, il s’agit donc de spécialiser les impôts locaux : à l’échelon de proximité (communes et EPCI) les assiettes foncières les mieux localisées ; au département un panier de recettes mixte afin de préserver des budgets sous contrainte forte ; à la région un impôt économique dynamique mais plus volatile, en lien avec sa compétence économique. Ces préconisations sont donc très proches du projet élaboré par Bercy et présenté pour avis aux associations d’élus locaux le 4 août.

Selon le rapport, la réforme constitue l’occasion de créer de nouveaux mécanismes de péréquation, y compris horizontale. En particulier, et au-delà d’un certain seuil, une partie des croissances annuelles de produit pourrait, selon les auteurs, être partagée avec un Fonds national de péréquation, qui la reverserait aux collectivités moins autonomes ou moins favorisées.

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le nécessaire transfert d’impôts de l’Etat aux collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X