Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politique de cohésion

Le Comité des Régions favorable au statu quo pour la politique régionale

Publié le 20/04/2010 • Par Euractiv.fr • dans : Europe • Source : EuroActiv.fr

Plongé dans le débat sur l'avenir de la politique régionale de l'UE, le Comité des Régions appelle la Commission européenne à maintenir la situation actuelle, et à se concentrer davantage sur les régions en transition.

Lors d’une session plénière les 14 et 15 avril, les membres du Comité des Régions (CdR) ont adopté un rapport de l’Allemand Michael Schneider, dans l’espoir que les requêtes des régions et des villes soient prises en compte à un stade précoce par la Commission européenne.

Une évolution, mais pas de révolution
De manière générale, le CdR fait pression pour que la Commission préserve ses structures et mécanismes de financement actuels de la politique régionale.
Le rapport ne relève aucun besoin fondamental d’introduire de nouveaux instruments de politique structurelle ou d’objectifs additionnels, avec une exception notable : M. Schneider appelle à la mise en œuvre d’une nouvelle approche pour les régions en transition.

Le CdR s’inquiète du risque que connaissent ces régions de passer de la catégorie « régions les plus pauvres » (objectif 1) – qui les rend éligibles à toute la gamme des fonds structurels européens – à celle de régions en transition, où les financements disponibles sont réduits de manière significative. Un système de transition meilleur et plus juste est nécessaire pour s’assurer que l’interruption des financements régionaux n’empêche pas le développement, a déclaré un membre du CdR.
Ce que veut le CdR, c’est une évolution, et non une révolution des structures existantes pour la politique régionale, a conclu M. Schneider lors du débat en plénière.

D’autres parties prenantes régionales ont déclaré à EurActiv.com qu’elles étaient favorables à cette proposition. Le Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE), s’est dit par exemple très satisfait de l’attitude proactive et ouverte de M. Schneider.

Le statu quo irait bien au CdR, selon un think tank
D’autres acteurs se montrent cependant plus circonspects. Le think tank eurosceptique Open Europe, qui critique depuis longtemps la politique régionale européenne, s’est déchaîné contre le communiqué du CdR, affirmant qu’il était dans l’intérêt de cette institution de maintenir le statu quo actuel.

Dans une interview à EurActiv.com, le directeur du think tank Mats Persson a affirmé que les dépenses de l’UE en matière régionale ne correspondaient à aucun objectif, n’étaient pas flexibles, constituaient un gâchis, tout en étant inadéquats face à l’environnement économique actuel.
Il est extraordinaire que le CdR continue à défendre un système qui voit certains des pays les plus riches de l’UE recycler de l’argent via Bruxelles, ce qui coûte très cher aux contribuables européens déjà embourbés dans la pire récession depuis une génération, a-t-il déclaré.
Une approche plus censée serait de restreindre clairement ces fonds en faveur des régions et pays qui sont vraiment les plus pauvres, et faire ainsi des dépenses régionales de l’UE quelque chose de plus centré et efficace en termes de coûts, a-t-il ajouté.

M. Persson est allé plus loin, remettant en question l’existence même de l’institution régionale. Nous devrions avoir une discussion sur l’existence même du CdR, car ce qu’il fait réellement, ou même ce qu’il est supposé faire, est loin d’être clair, mais il coûte quand même des millions aux contribuables chaque année, a-t-il conclu.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le Comité des Régions favorable au statu quo pour la politique régionale

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X