Economie - Mobilité

« La véloroute, ça rapporte ! »

| Mis à jour le 05/06/2015
Par
une-drc

Départements et régions cyclables

On parle beaucoup du vélo en ville mais moins de son cousin des routes. A tort, estiment Françoise Van Hecke et Camille Thomé, respectivement présidente et secrétaire générale des Départements et régions cyclables (DRC), qui rassemble 73 collectivités : c’est un atout pour le développement local. Entretien à l’occasion de la conférence mondiale Velo-City 2015, qui se tient à Nantes du 2 au 5 juin.

cet article fait partie du dossier

Le vélo part à la conquête des villes

Le schéma national véloroutes et voies vertes (SN3V) de 1998 prévoyait l’aménagement de 7000 à 9000 km de réseau(1). Où en est-on du développement des véloroutes en France ? Quels sont les freins ?

Françoise Van Hecke : Le SN3V a une longueur totale inscrite de 21 000 kilomètres, dont 65 % en site propre et 35 % en site partagé. En réalisé, on compte plus de 11 000 kilomètres, soit 55 %. Entre 2008 et 2013, 4 861 kilomètres ont été faits. En 2010, date de la publication du dernier atlas , 35 % était réalisé. Ça avance, même si la progression n’est jamais aussi rapide qu’on le souhaiterait.

Par rapport à nos voisins, comme l’Allemagne, c’est la petite vitesse ?

FVH : Nous avons encore du retard, mais c’est difficile à évaluer, les pays sont différents, les façons de faire aussi.

Certes, mais les Pays-Bas partaient de très loin en matière de vélo voilà 30 ans, et ils l’ont beaucoup développé depuis, pour quelles raisons la France n’est-elle encore pas très avancée ?

FVH : On a pris 30 ans de retard sur eux. L’Allemagne, il faut courir derrière. Des freins demeurent, il faut des infrastructures, que les gens aient envie de faire du vélo. Ce n’est pas toujours gagné, il y a des freins psychologiques, sécuritaires, des habitudes à changer. La France n’a pas encore cette culture du vélo, sauf à certains endroits. Il me semble qu’ici, à Nantes, elle se développe.

Camille Thomé : En Allemagne, ils ont 220 routes à thèmes, en France, nous en avons une quinzaine. Chez eux, c’est très simple en ce qui concerne le tourisme à vélo : c’est le marché qui dicte sa loi. Ils sont dans une démarche compétitive où chaque véloroute est en compétition avec les autres. Nous n’en sommes qu’à la construction d’un maillage du territoire avec ces outils privilégiés de tourisme qui rapportent, et qui sont également des supports de mobilité active au quotidien. Ces voies relient les villes entre elles, et dans une ville comme Nantes, l’Eurovelo 1 et l’Eurovelo 6, « La Loire à vélo », sont sur des axes Nord-Sud structurants. Elles pourraient être utilisées pour les trajets quotidiens. C’est du gagnant-gagnant à toutes les échelles. Mais le déficit d’infrastructures demeure important. Sur les véloroutes et voies vertes, les efforts ont été considérables ces dernières années, car on sent qu’il y a eu une bascule psychologique. La Loire à vélo représente un investissement de 50 millions d’euros – mais en rapporte 19 millions par ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La méthanisation, une filière trop peu exploitée selon l’Ademe

    La méthanisation est une filière peu développée en France au regard d'autres pays européens. Son potentiel est pourtant important : l'Ademe vient  d'émettre un avis sur cette filière pour éclairer les acteurs locaux. Etat des lieux, rappel des objectifs, des ...

  • Les réseaux de chaleur se développent mais sont encore loin du facteur 5

    Les 12e Rencontres nationales des réseaux de chaleur ont permis de faire un point sur le développement et la compétitivité de cette forme d’énergie, grâce aux derniers résultats de l'enquête annuelle. L’occasion de constater que les objectifs affichés par ...

  • Socle : une stratégie pour préparer la Gemapi

    Pour intégrer le volet eau des lois Maptam et « Notre », le syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières de l’Aude a mené une réflexion pour la mise en place d’un schéma d’organisation des compétences locales de l’eau. Établie à ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP