Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Réduire les dépenses facultatives des départements ne constituerait qu’un sursis, selon l’agence de notation Standard & Poor’s

Finances locales

Réduire les dépenses facultatives des départements ne constituerait qu’un sursis, selon l’agence de notation Standard & Poor’s

Publié le 19/04/2010 • Par Virginie Fauvel • dans : A la une, France

Calculette
Phovoir
A la veille de la remise du rapport de Pierre Jamet au Premier ministre, l'agence de notation Standard & Poor’s (S&P) publie, le 19 avril 2010, une étude qui révèle que la crise n'explique pas, à elle seule, la détérioration - accrue depuis deux ans - de la situation financière des départements.

La flexibilité budgétaire que les départements pourraient dégager en réduisant leurs dépenses facultatives ne peut constituer qu’un sursis à cause de la dynamique des dépenses obligatoires des départements et notamment celle des dépenses d’allocations, révèle l’étude Standart&Poor’s publiée le 19 avril, la veille de la remise du rapport de Pierre Jamet au Premier ministre.

Très attendu, le rapport Jamet doit identifier les raisons qui expliquent les difficultés structurelles des départements. L’étude de S&P offre déjà une piste sérieuse : c’est le résultat de déséquilibres plus structurels liés au financement des compétences transférées par l’Etat au cours des dix dernières années

Pansements budgétaires et coupes franches dans le budget

Depuis 2002, les déséquilibres n’ont cessé de se creuser mais ont été, jusqu’à présent, masqués par les «pansements budgétaires» que constituaient notamment les droits de mutations et les hausses de fiscalité, analyse S&P. Selon l’agence, ces pansements devenus inopérants, les départements peinent à couvrir leurs dépenses et sont désormais contraints, pour certains, de procéder à des coupes franches dans leur budget.

La question du financement pérenne des dépenses transférées aux départements se pose à nouveau et avec d’autant plus d’acuité qu’au-delà de cas particuliers, elle concerne l’ensemble du secteur, soulignent les analystes S&P. L’agence de notation considère que la solvabilité financière des départements ne pourra dès lors que continuer à se détériorer rapidement au cours des prochaines années.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réduire les dépenses facultatives des départements ne constituerait qu’un sursis, selon l’agence de notation Standard & Poor’s

Votre e-mail ne sera pas publié

excalibur

20/04/2010 09h20

pas d’accord. Que les départements accordent leurs violons sur les dépenses inconsidérées et improductives notamment au niveau de leurs dépenses de « fonctionnement » et tout rentrera dans l’ordre y compris au niveau des régions. L’époque des gaspillages faciles est révolue et terminée. Qu’ils se le disent une bonne fois pour toutes.

Catper

22/04/2010 09h42

Pour parler de dépenses inconsidérées de fonctionnement…l’état devrait déjà donner l’exemple et revoir sa copie…
de + il me semble que les transferts de compétence devaient bénéficier d’une compensation financière intégrale..ce qui n’est pas le cas!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X