Déchets

Quelle équation économique pour les combustibles solides de récupération ?

| Mis à jour le 03/06/2015
Par

Issus du tri et du traitement des déchets, les combustibles solides de récupération peuvent fournir une énergie de substitution et limiter le recours à l’enfouissement. Les unités recourant à ce combustible disposeront dans quelques mois d’un statut. Mais l’aide au lancement reste à définir. La Fnade trace les contours de la faisabilité économique.

2,5 millions de tonnes par an : c’est le gisement potentiel de combustibles solides de récupération (CSR), évalué dans le cadre de la préparation du Plan déchets 2014-2025, rappelait la Fédération nationale des activités de la dépollution et de l’environnement (Fnade), organisatrice d’une table ronde sur les CSR, le 28 mai 2015 à Paris.

Seuls sites disposant aujourd’hui des systèmes de traitement de fumées adaptés aux CSR, les cimenteries en brûlent aujourd’hui environ 150 000 t/an. A l’avenir, leur consommation annuelle devrait passer à 1 Mt. Restera donc à trouver des débouchés pour les 1,5 Mt de CSR restants. Ce combustible de substitution aux énergies fossiles apparaît en plein devenir. Principalement constitué de matières plastiques, il est couramment qualifié de « concentré d’énergie ».

Une rubrique ICPE spécifique

Les cimenteries ne seront bientôt plus l’unique utilisateur de combustibles solides de récupération, issus du tri et du traitement des déchets. « CSR » peut en effet aujourd’hui se décliner comme « cadre en voie de stabilisation réglementaire » : d’ici la fin de l’année, doit être adopté un décret modifiant la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et créant une nouvelle rubrique (ICPE 2979) pour les « installations de production de chaleur ou d’électricité à partir de déchets non dangereux », indique Grégory Dubois, de la Direction générale de la prévention des risques.

« C’est le besoin local en énergie qui déterminera le dimensionnement de l’installation, souligne le représentant du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

1  |  réagir

05/06/2015 11h42 - Chérel paul - pas de pseudo

Un tri préalable reste-t-il nécessaire ?. On en revient ENFIN à l’incinération des déchets en tout venant et les 350 KWh produits par tonneLLa seule avancée que l’on pourra attribuer à ces écolos anti-tout, c’est la nécessité de traiter les fumées un peu mieux que la désastreuse usine d’Albertville qui est à l’origine de tout ce pataquès monté à destination des gogos/bobos. Paul Chérel

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP