En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

Administration et services publics

Protocole – ordre de préséance

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles

 

Dans les cérémonies publiques non prescrites par ordre du gouvernement, l’autorité invitante occupe le deuxième rang dans l’ordre des préséances, après le représentant de l’État.
Le décret n° 89-655 du 13 septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires précise, en son article 19, que : « lorsque la cérémonie comporte des allocutions, celles-ci sont prononcées par les autorités dans l’ordre inverse des préséances ».
L’ordre des préséances est, quant à lui, fixé, pour les départements autres que Paris, par l’article 3 de ce même décret.

En application de ces articles, la circulaire du 26 mai 2005 du ministre de l’intérieur rappelle que les parlementaires occupent, dans l’ordre de préséance, le rang suivant immédiatement celui du préfet.
Députés et sénateurs occupent respectivement les deuxième et troisième rangs, devant les élus locaux présents.

Il apparaît que lorsqu’un élu local a, par ailleurs, la qualité de parlementaire, le mandat national prime naturellement sur le mandat local.
Cependant, par dérogation aux dispositions des articles précédemment cités, l’article 9 du décret de 1989 précise que, dans les cérémonies publiques non prescrites par ordre du gouvernement, l’autorité invitante occupe le deuxième rang dans l’ordre des préséances, après le représentant de l’État. Dans un tel cas, si la manifestation est à l’initiative du maire, le code général des collectivités territoriales, et plus particulièrement l’article 2212-2, prévoit qu’il est responsable de l’organisation du déroulement des cérémonies publiques.
Dans la pratique, les préfets sont chargés de veiller avec attention et discernement au respect des dispositions réglementaires, conformément aux usages républicains. Il y a lieu de faire observer que l’exclusivité de la représentation de l’État amène à ce qu’une seule personne s’exprime au nom de l’État.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Mutualiser les services techniques : opportunité ou fausse solution ?

La mutualisation des services techniques au sein du bloc communal représente un gisement potentiel d'économies à explorer mais ses spécificités imposent une approche au cas par cas, en fonction des contextes locaux. Quelles sont les différents outils à ...

Franck Valletoux : "Le patrimoine immobilier n'est pas une politique publique en soi, c'est un moyen !"

"Le patrimoine immobilier et foncier est, comme l'endettement ou la fiscalité, un moyen de mise en œuvre des politiques publiques et donc, comme tout moyen, il peut être optimisé." C'est le constat posé par Franck Valletoux, directeur général du cabinet ...

Sécurité privée : une entreprise sur quatre a été contrôlée en 2015

A moins d’un mois de l’ouverture de l’Euro 2016, le rapport annuel 2015 du Conseil national des activités privées de sécurité, publié le 2 mai, met en avant l’activité soutenue de contrôle du secteur. Principal enseignement à retenir : 9205 manquements ...

Le gouvernement veut améliorer la formation tout au long de la vie des fonctionnaires

La concertation sur le développement des compétences et l’accompagnement des parcours professionnels lancée le 12 avril par Annick Girardin suit son cours. Une deuxième réunion portant sur la formation tout au long de la vie des fonctionnaires a été organisée ...

Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Domaines juridiques AdministrationDémocratie localeDroits et libertésService public