Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2010

Criblée de dettes, la ville de Briançon adopte un budget en déséquilibre

Publié le 08/04/2010 • Par Emmanuelle Quémard • dans : Actualité Club finances, Régions

Le conseil municipal de Briançon (Hautes Alpes) a voté, le 31 mars, un budget primitif 2010 en déséquilibre de 7,7 millions d’euros qui traduit les importantes difficultés financières de l’une des communes les plus endettées de France.

Si la section de fonctionnement s’établit à 22,5 millions d’euros, la section d’investissement prévoit 15,5 millions d’euros en dépenses pour seulement 6,6 millions d’euros en recettes. Une situation qui s’explique en grande partie par l’impossibilité, pour la ville de Briançon, d’emprunter davantage pour les années à venir.

Avec un taux d’épargne brute de seulement 6,5% et une capacité de désendettement évaluée à près de 53 ans (contre un peu plus de 8 ans pour la moyenne régionale) la cité alpine cumule un volume total d’emprunts s’élevant à 77 millions d’euros, soit un endettement de 7200 euros par habitant.
En s’interdisant de recourir à une nouvelle hausse de la fiscalité locale pour rééquilibrer son budget – en 2009 la taxe d’habitation avait progressé de 120% et la taxe sur le foncier non-bâti avait bondi de 300% – les élus briançonnais n’avaient donc plus de marge de manœuvre pour équilibrer les comptes de la ville.

Lorsqu’il aura officiellement connaissance de ce budget déséquilibré, le préfet de région devrait saisir la Chambre Régionale des Comptes. Les magistrats auront alors trente jours pour faire des propositions à la municipalité pour tenter de redresser la situation. Si la commune est à nouveau dans l’incapacité d’équilibrer ses comptes, la ville pourrait alors être mise sous la tutelle de l’Etat.
Mais Gérard Fromm, le maire (PS) de Briançon espère ne pas en arriver à cette extrémité. Elu en septembre 2009, à la suite de l’invalidation de l’élection municipale de 2008, M. Fromm a indiqué, le 1er avril, au cours d’une conférence de presse qu’il avait décidé de jouer la transparence en accord avec l’Etat. Nous souhaitons très vite, a-t-il ajouté, qu’une solution soit identifiée grâce à l’aide des pouvoirs publics.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Criblée de dettes, la ville de Briançon adopte un budget en déséquilibre

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X