Mobilité

Velo-city 2015 : le vélo, pharmacopée des territoires

| Mis à jour le 06/05/2015
Par
VAE_gazette

Transdev

Nantes accueillera en juin la grande conférence annuelle internationale dédiée à la bicyclette. Transition énergétique, développement économique, santé, son porte-bagage est bien chargé.

A en croire les organisateurs du Velo-city 2015 en juin, Nantes métropole, la European Cyclists’ Federation (ECF) et La Cité, le centre des congrès de Nantes, le vélo est une véritable pharmacopée parée de tous les atouts pour faire face aux défis qui attendent l’humanité, et en particulier les habitants des villes : transition énergétique, santé, développement économique et même soft power, avec la francophonie parmi les quatre grands thèmes de cette édition. “Le vélo, créateur de futur”, tel est son slogan très marketing territorial. Dominique Lebrun, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo depuis 2006, a souligné en ouverture de la présentation de l’événement, ce mardi 5 mai, à quel point le gouvernement y accordait la plus grande importance, dont témoignait le prêt d’une salle de conférence au ministère de l’Ecologie. Il a aussi rappelé que les mesures du plan d’actions pour les mobilités actives (Pama) présenté en mars 2014 par le ministère des Transports étaient pour la plupart mises en oeuvre.

Mais il a omis d’indiquer que les financements reposaient toujours sur les collectivités, qui peuvent certes taper dans les nouveaux contrats de plan Etat-région (CPER), et que la donne n’allait pas changer à court terme. Qu’aucun parking à vélo n’a été installé aux abords du ministère. Que Ségolène Royal et Alain Vidalies, le secrétaire d’État chargé des Transports, n’ont même pas fait un passage-éclair.

Promis, ce dernier sera présent à la plénière d’ouverture d’un programme dense interdisciplinaire étalé du 2 au 5 juin, avec 11 sessions plénières, 7 débats en plateau TV et 45 sessions thématiques, un salon professionnel, sans compter les échanges informels, ainsi que des animations comme la “vélo parade” ou le “Cyclo village”.

COP 21 en ligne de mire

Actualité oblige, entre le projet de loi et la COP21, le thème de la transition énergétique tient le haut des arguments pro-vélo rappelés lors de la présentation. La conférence climat qui aura lieu en décembre à Paris, est un des quatre grands thèmes. Johanna Rolland, la maire de Nantes, a rappelé que sa ville avait eu le prix “capitale verte” en 2013 et que c’était un “encouragement à aller plus loin, à innover”, évoquant l’objectif ambitieux de réduction de 50% des émissions de CO2 dans sa ville d’ici 2030, en s’appuyant entre autre sur le vélo. Elle a également indiqué qu’une charte d’engagement serait signée, en lien avec la COP21. “Les villes sont en première ligne du développement du vélo, du défi climatique, et de l’avenir du pays qui s’invente dans les territoires”, s’est-elle enthousiasmée.

vélos à Nantes

Une des pistes cyclables sur un pont à Nantes – Flickr CC by European Cyclists

Même constat de Bernhard Ensik, le secrétaire général de l’ECF, qui a souligné que cette édition serait la plus importante depuis 2003, entre autres en raison de cet agenda international sur le climat, auquel s’ajoute en 2016 la conférence Habitat III en Equateur.

Et de saluer “la stratégie visionnaire de Nantes”, qui implique citoyens et associations”. Actuellement, la ville est classée 4ème au rang des villes cyclables de France, selon Terra eco. Johanna Rolland a glissé au passage qu’une “conférence des usagers de l’espace public” sera mise en place, rassemblant piétons, cyclistes, automobilistes, pour “apprendre collectivement à changer les usages”, en refusant d’opposer les modes de transport.

Le représentant a insisté sur la nécessité de jouer sur tous les échelons territoriaux, espérant que cette conférence serait l’occasion d’aboutir à une feuille de route au niveau européen.

“Des milliers d’emplois”

Le développement économique est aussi revenu souvent dans les atouts de la petite reine : non, ce ne sont pas des investissements à perte. L’industrie du vélo est d’ailleurs aussi un des quatre thèmes de Velo-city 2015. “En ces temps moroses, c’est bon pour le moral, l’économie, l’emploi”, a lancé Johanna Rolland. Bernhard Ensik a également évoqué “des milliers d’emplois”, dans les loisirs ou encore l’industrie. Le salon professionnel accueillera 80 acteurs de l’écosystème, qui va des classiques fabricants de vélo et d’accessoires aux réparateurs en passant par le secteur touristique, et les récents venus, comme les entreprises de VLS et les nouveaux services, numériques ou pas, qui se développent autour.

Toutefois, si cette économie se porte bien, avec une hausse de 3,1% de 2012 à 2013, et contribue à revitaliser l’économie locale, elle reste un poids plume, 1,5 milliard de CA en 2013. En 2014, le CA de Renault s’élevait à… 41 milliards d’euros. Les efforts des collectivités pour sauver des industries traditionnelles, comme cette usine PSA près de Rennes, traduisent les injonctions contradictoires qui traversent leurs politiques de développement économique : les affres de la transition énergétique, qui ne manqueront pas d’animer les débats début juin.

Données manquantes

Bernhard Ensik a indiqué que le manque de données sur le vélo était un frein à son développement. Le baromètre européen de l’ECF a été lancé en 2013 pour pallier ce déficit. “Aujourd’hui, les défenseurs du vélo et nos partenaires peuvent utiliser ces résultats pour inciter leurs gouvernements à réaliser des changements mesurables, indiquait-il alors. Si nous voulons doubler la part modale du vélo en Europe, il est vital pour l’Union européenne d’utiliser ces données et les développer pour savoir où orienter les investissements stratégiques, les fonds structurels et les fonds pour la recherche.”

La seconde édition est prévue pour la mi-mai, a-t-il promis. La France se classe 12ème, soit une place de moins que lors de la précédente édition. Il a pourtant salué l’action de la France, “un des leaders” dans le domaine. Sans surprise, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède pédalent encore en tête.

Références
cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les transports, premier chantier de la métropole Aix-Marseille-Provence

    Les élus de la métropole Aix-Marseille-Provence, créée en janvier 2016, voteront le 15 décembre prochain en faveur d’un agenda de la mobilité, chargé de régler les problèmes de congestion d’un vaste territoire où la voiture individuelle est reine. ...

  • Ambition d’universalité pour les « EcoQuartiers »

    Le label EcoQuartier se renouvelle en 2016 pour rallier davantage de collectivités et de projets. Avec un objectif de 500 labellisés pour les deux prochaines années, parviendra-t-il à garder son niveau d’exigence ? ...

  • Le BIM, un changement de paradigme pour les services

    Chacun sait désormais ce qu’est le BIM et ce qu’il peut apporter. Mais il nécessite de profonds changements dans les pratiques des services techniques, que ce soit au niveau de la conception, de la définition des travaux, du suivi des opérations ou encore de la ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP