En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Edito

Fin de traitement pour les emprunts toxiques ?

Publié le • Par • dans : Billets finances

0

Commentaire

Réagir

Fotolia_81596757_XS © Fotolia

Les collectivités avaient jusqu’au 30 avril pour souscrire au fonds de soutien. Le moment de tirer quelques leçons de cette affaire en voie de règlement, mais qui n’est pas encore close.

 

Chiffres-clés

200 : c’était, début avril, le nombre de collectivités ayant souscrit au fonds de soutien pour les emprunts toxiques, selon Régis Baudoin, directeur du service de pilotage du dispositif. Il souligne aussi « une forte accélération » tout au long du mois d’avril.

Désormais, il n’est plus possible de souscrire au fonds de soutien pour les emprunts toxiques. La date limite pour prétendre à une quote-part des 3 milliards attribués au fonds sur quinze ans était fixée au 30 avril.
Pour autant, souscrire ne veut pas encore dire renoncer à d’autres formes de résolution du problème, y compris judiciaires. La ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, a en effet rappelé mi-mars que « le dépôt d’un dossier ne vaut renoncement à rien. C’est une sécurité ».

Symbole lourd

Le récent doublement du fonds a également convaincu les collectivités de s’y intéresser, particulièrement celles dont les taux d’intérêts des emprunts adossés au franc suisse se sont envolés. Parallèlement, la proportion des dettes hors charte des collectivités dans leur encours total ne cesse de refluer, passant de 5,8 % en 2010 à 2,6 % en 2014, selon Finance active.
Bref, même si certaines collectivités, accompagnées d’avocats pugnaces, veulent encore en découdre, l’affaire des emprunts toxiques est en train de devenir, objectivement, un problème secondaire dans les comptes publics.

Elle reste toutefois un symbole lourd, pour au moins trois raisons. L’ampleur du scandale d’abord. Le montant initial des dettes à risque était sans précédent : autour de 17 milliards.
Ensuite, du fait des réponses des banques puis de l’Etat. Ce dernier n’a pas hésité à adapter le droit aux circonstances, avec la loi de sécurisation du 29 juillet 2014, dont la rétroactivité a pu choquer. D’autant qu’il a agi contre les collectivités et en faveur de banques dont les modes de calcul des indemnités de remboursement anticipé et les jongleries avec le taux d’usure mériteraient de plus amples examens.
Enfin, cette affaire contredit l’infaillibilité financière présumée des collectivités, vantée par les associations d’élus, quand l’Etat remet en question leur liberté d’administration. Les emprunts toxiques, c’est l’exception à la règle : au mieux, elles ont été naïves, au pire, incompétentes. Dans les deux cas, l’Etat a bien fait d’intervenir.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DetteEmprunts toxiquesFinances locales

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.