En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

6

Commentaires

Réagir

[BILLET] LAICITE

La jupe longue, un signe d’appartenance religieuse ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Billets juridiques, France

6

Commentaires

Réagir

jupe © Kokolat

Une collégienne s’est vue refuser l’accès à son collège à Ronde Couture (Ardennes) car sa tenue ne respectait pas la loi sur la laïcité à l’école. En cause : une jupe longue. Retour sur une vision déformée du signe d’appartenance religieuse.

 

Une collégienne ardennaise de 15 ans a été interdite de cours à deux reprises le mois dernier au motif que sa jupe noire, jugée « trop longue, » ne respectait pas la loi du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics.

Or, dans ce texte, seul « le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse » est interdit. Ainsi, comme l’explique la circulaire du 18 mai 2004, « les signes et tenues qui sont interdits sont ceux dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse tels que le voile islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive ».

Ainsi, la loi ne remet pas en cause le droit des élèves de porter des signes religieux discrets, elle n’interdit pas non plus les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des élèves en dehors de toute signification religieuse. Rien donc sur les jupes longues. CQFD.

Haut de page

6

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

6 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Bonhomme 01/05/2015, 16h22

    Il faut aussi savoir que la décision de l'établissement a été prise non seulement à cause du vêtement mais aussi sur un comportement général de l'élève et probablement en fonction des problèmes de gestion avec les autres élèves qui pratiquent ou pas leur religion.
    Comment peut on juger ainsi d'une décision qui a été prise par des personnes de l'équipe éducative, médico sociale, parents et élèves délégués connaissant le dossier précisément des faits. Ce n'est pas le cas ici.

  2. 2. Manola 01/05/2015, 13h09

    On dit que tout ce qui n'est pas interdit par la loi est autorisé... C'est faux et c'est heureux car sinon, nous serions dans un Etat dictatorial où tous les actes de la vie serait codifiés... Un enfer ! C'est ainsi que la loi de mars 2004 n'a pas énuméré tous les signes considérés comme religieux. De même, les règlements intérieurs des écoles, collèges et lycées ne peuvent lister tous les vêtements et accessoires susceptibles d'être interdits. Il faut parfois réagir au coup-par-coup. De plus, l'intention de provocation ou de prosélytisme est à prendre en compte (surtout chez les adolescents). Proviseur, que feriez-vous si un jour, tous les garçons venaient au lycée en kilt ? Avec un tee-shirt portant la flamme du FN ?

  3. 3. Oiseaurare 30/04/2015, 14h02

    avant de rendre des verdicts définitifs et uniquement sous l'angle juridique, peut-être faut-il exposer le contexte précis de l'Affaire et faire confiance à l'équipe enseignante de cet établissement... en l'occurrence, il ne s'agit pas de mesurer la longueur de la jupe pour se faire une idée, mais bien de mesurer le contexte de provocations quotidiennes et ciblées

  4. 4. Ludivine 30/04/2015, 13h57

    Pourquoi on n'interdirait pas plutôt l'accès aux collègiennes portant des robes ou shorts trop courts ? la pudeur est réprimée et l'exhibitionnisme est encouragé !

  5. 5. Pad 30/04/2015, 10h22

    Et quand arrêtera-t-on la bêtise – je suis poli – paranoïaque ? J’espère au moins que sa famille a déposé plainte et que le directeur de cet établissement s’est vu remercié.

  6. 6. Leca Gérard 30/04/2015, 08h44

    Et si l'on interdisait l'accès à la direction d'un établissement scolaire, au chef d'établissement qui a pris cette décision?
    Pareil inculture devient une arme fatale contre l'éducation.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.