En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

2

Commentaires

Réagir

Club RH – Toulouse Métropole – 9 avril 2015

« Réforme territoriale : quelles conséquences pour les agents ? »

Publié le • Par • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, compte rendu des dernières rencontres du club RH, France, Toute l'actu RH

2

Commentaires

Réagir

mauvais résultats © Fotolia

La loi pour une Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), qui doit clarifier les compétences des différents échelons de collectivités, aura des conséquences sur les agents et la gestion des ressources humaines. Quels seront les impacts sur les conditions d’emploi et les missions des agents ? Comment anticiper et gérer les conséquences RH des changements à venir ? Comment rassurer et accompagner les personnels ? Réunis par le Club RH le 9 avril à Toulouse Métropole, des spécialistes territoriaux ont apporté leurs éclairages et points de vue sur ces questions.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du compte-rendu

« Réforme territoriale : quelles conséquences pour les agents ? » - Club RH - Toulouse Métropole

 

Si on ne connaît pas tous les points de sortie de la réforme territoriale, on sait d’ores et déjà qu’elle impactera l’organisation interne des collectivités et le cadre de travail de nombreux agents. Pas étonnant que la deuxième rencontre d’actualité du Club RH de l’année, organisée sur ce thème, ait fait salle comble le 9 avril 2015 à Toulouse Métropole.

Un mois jour pour jour après l’adoption par l’Assemblée nationale, en première lecture, du projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), les incertitudes comme les changements induits par cet acte III de décentralisation continuent à susciter intérêt et questionnements.
D’autant que « la réforme est loin d’être stabilisée » comme est venue l’illustrer, à grands renforts d’exemples, Me Aurélie Aveline, avocat-associé et responsable des pôles « agents publics » et « intercommunalité » au sein du Cabinet Goutal, Alibert & Associés.

Ne pas s’enfermer dans des cadres

Cette situation encore instable n’a pas empêché les intervenants de présenter la manière dont ils envisagent la mise en œuvre de la réforme. Une réforme qu’ils considèrent comme une opportunité, pour les collectivités, de mettre en place une nouvelle manière de travailler, faisant davantage de place à l’innovation, à l’inventivité, à l’évaluation et au dialogue social.

« La réorganisation du travail peut être une aubaine. Mais si et seulement si on laisse des marges de manœuvre et une place à l’imagination. Il faut croire à l’intelligence du terrain, ne pas s’enfermer dans le cadre législatif et développer le conventionnement. Les collectivités peuvent trouver des solutions en elles-mêmes, notamment par le dialogue social », a fait valoir Hélène Ollier, directrice adjointe du centre de gestion de la Haute-Garonne.
« C’est ce que les collectivités feront de leur organisation qui déterminera les conséquences de la réforme sur les agents, et non la loi », a d’ailleurs rappelé Me Aurélie Aveline.

Prendre soin des managers

Le rôle des managers a été évoqué à plusieurs reprises comme l’une des clés de réussite du changement, en particulier par Sébastien Bonnefoy, directeur des ressources humaines de Toulouse et Toulouse Métropole. « Il faut prendre soin d’eux, car non seulement ils sont chargés d’expliquer et de porter les évolutions auprès des agents, mais ils sont aussi dans certains cas directement concernés. Il faut les outiller pour qu’ils soient acteurs de la fonction RH et des finances, et qu’ils puissent ainsi mieux accompagner les changements. »
C’est ainsi qu’à Toulouse les managers disposent d’indicateurs de masse salariale et peuvent suivre un parcours de formation à la carte selon leurs besoins sur des problèmes très pratiques, comme la gestion de l’absentéisme ou l’appréhension du dialogue social.

Haut de page

Cet article est en relation avec

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. murakami 01/05/2015, 13h16

    Il faudrait déjà réformer le statut de la fonction publique, territoriale, d'état et hospitalière en mettant en place une véritable GPEC qui mette en avant une véritable logique des métiers plutôt qu'une logique catégorielle comme c'est le cas actuellement et ne conserver que 3 niveaux : état, région , intercommunalités pour une meilleure lisibilité.

  2. 2. Cassius.31 01/05/2015, 11h57

    De qui se moque-ton?..
    Un directeur soit disant des ressources Inhumaines de Toulouse Ville et Métropole de sur plus mythomane, défenseur de l'inertie de la nouvelle organisation Térritoriale de la république.Manager des agents ne sont à la portée des cadres novices de la fonction publique territoriale.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.