Carrière

Concours d’ingénieur en chef : le projet d’épreuve collective passe mal

| Mis à jour le 21/04/2015
Par
concours_une

alphaspirit - Fotolia.com

Le Conseil supérieur de la FPT commence à plancher sur plusieurs projets de texte visant à réformer les concours d'administrateurs et d'ingénieurs en chef, qui devraient être examinés en séance plénière le 1er juillet prochain. Les membres du groupe de travail sur les concours ont pu exprimer leur inquiétude sur le projet d' "épreuve collective de mise en situation permettant d’apprécier les aptitudes comportementales et relationnelles du candidat », qui concerne les deux cadres d'emplois, lors d'une réunion le 16 avril 2015.

Pour Didier Pirot (FO), ce « jeu de rôles » que constitue le projet de nouvelle épreuve collective de « mise en situation », pour les futures administrateurs et ingénieurs en chef, est très problématique car il met en compétition les candidats pour une épreuve importante (coefficient 3). Il aurait en outre « davantage sa place dans le cadre de la formation que du concours ». Claudie Coste (Unsa) soulève également plusieurs questions, restées sans réponse pour l’instant : comment les rôles seront-ils attribués ? La note sera-t-elle collective ?

Problème de confidentialité ? - La direction générale des collectivités locales (DGCL) a en outre indiqué lors de cette réunion qu’un groupe de candidats pourrait en observer un autre au cours de cette épreuve, alors que « par définition les concours sont confidentiels », s’alarme Claude Coste.

Avec cette nouvelle épreuve, il pourrait s’agir en outre de poser les premiers jalons d’une correspondance avec l’Ena, dont le concours prévoit une telle épreuve de mise en situation collective. « Mais nous n’avons pas de retour concernant cette nouveauté mise en place cette année », note Didier Pirot.

A noter : seules les langues étrangères des pays limitrophes de la France (allemand, anglais, arabe moderne, espagnol et italien) pourront être présentées à l’oral des concours des deux cadres d’emplois.

Flou sur le cadre d’emplois - Concernant les ingénieurs en chef, « le gouvernement devrait commencer par préciser ses intentions quant à ce cadre d’emplois, tempête Didier Pirot. Nous ne comprenons pas le projet de scission en deux. Un ingénieur restera toute sa carrière dans le cadre d’emplois des ingénieurs… Quid de la progression de carrière si chère à tous les acteurs de la fonction publique ? »

L’examen des projets de texte « ingénieurs » par le groupe de travail sur les concours a été reporté à début juin 2015, soit après – en principe – la réunion conclusive sur l’avenir de la fonction publique, qui devrait traiter de ces sujets.

Les diplômes universitaires reconnus - A noter enfin : la liste des diplômes éligibles au concours d’ingénieur en chef est supprimée, au profit de la mention d’un diplôme de niveau bac + 5 minimum. « Une commission d’équivalence se prononce actuellement pour les diplômes universitaires, mais cette possibilité est actée dans le projet, ce qui ouvre définitivement la voie aux diplômes universitaires, notamment à la frontière entre le technique et l’administratif, telles que les formations dans le domaine du service d’information géographique (SIG) », souligne Claudie Coste.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP