Déchets

Un volet « gaspillage alimentaire » dans la loi sur la transition énergétique

Par
poubelle sydevom04

sydevom04

Le rapport sur le gaspillage alimentaire du député Guillaume Garot, rendu public le 14 avril, aura une rapide traduction législative : les principales mesures se grefferont au projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, qui sera examiné en deuxième lecture par l’Assemblée nationale les 19, 20 et 21 mai puis par le Sénat, à partir du 29 juin.

Si c’était un pays, ce serait le troisième émetteur de gaz à effet de serre, derrière la Chine et les Etats-Unis et devant l’Union européenne : au plan mondial, le gaspillage alimentaire pèse 1,3 milliard de tonnes par an (160 kg/hab.) et génère 3,3 milliards de tonnes équivalent CO2, selon l’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette production perdue entre le champ et l’assiette mobilise 1,4 milliard d’hectares, soit une surface plus vaste que le Canada, et 350 km3 d’eau, soit trois fois la capacité du lac Léman.
En France, chaque habitant jette autour de 30 kg par an de nourriture, dont 7 non déballés, selon l’Ademe (1).

Les bonnes volontés ne suffiront pas

Cette moisson de chiffres ouvre le rapport de Guillaume Garot sur la lutte contre le gaspillage alimentaire, remis le 14 avril aux ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie et avançant des « propositions pour une politique publique ».

« Les initiatives se sont multipliées sur les territoires ces dernières années. Mais les bonnes volontés seront insuffisantes pour faire reculer le gaspillage alimentaire », pose le député (PS) de la Mayenne.
Quand il était ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot jugeait déjà que les engagements volontaires n’étaient pas à la hauteur du problème. En juin 2013, il avait lancé le Pacte national contre le gaspillage alimentaire, reprenant l’objectif de l’Union européenne d’une division par deux d’ici 2025.

« L’alimentation n’est pas une marchandise comme les autres », déclare l’ancien ministre, pour qui « lutter contre le gaspillage s’inscrit dans un nouveau modèle de développement, où il s’agit de produire et de consommer autrement ».
Guillaume Garot voit dans l’action anti-gaspi un enjeu à la fois éthique (30 à 50 % de la production alimentaire mondiale est perdue quand 800 millions de personnes souffrent de la faim, selon la FAO), économique (une famille française de quatre personnes dilapide 400 euros par an en achats de denrées non consommées, selon l’Ademe) et environnemental (émissions de gaz carbonique, consommations d’eau, d’engrais et de pesticides sur des terres inutilement mobilisées).

La distribution, cible principale

Si « chaque maillon de la chaîne » (production, stockage, transport, transformation, distribution, consommation) est concerné, selon Guillaume Garot, c’est avant sur les grandes surfaces et petits commerces, où sont gâchées chaque année 750 000 tonnes de denrées (Ministère de l’Ecologie, 2011), que portent les propositions de son rapport. Entendant poser « le principe d’interdiction de jeter », le député suggère ainsi :

  •  de rendre obligatoire le don des invendus consommables aux associations habilitées qui en font la demande
  • de rendre possible le don de produits sous marque de distributeur affligés d’une erreur d’étiquetage
  • d’interdire l’aspersion d’eau de Javel pour rendre les denrées impropres à la consommation
  • de généraliser les rayons « anti-gaspi » où sont vendues, à bon marché, des denrées proches de la date limite de consommation
  • de simplifier l’information sur la date de péremption des denrées : pour les produits secs, les mentions DDM (date de durabilité minimale) ou « à consommer de préférence avant le … » deviendraient « meilleur avant … » (inspiré du « best before … » anglo-saxon) ; la mention « date limite de consommation » ou « à consommer jusqu’au … » resterait inchangée pour les produits frais. Le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) prévoit par ailleurs la suppression de la mention « date limite d’utilisation optimale » sur les produits non périssables.
  • de rendre obligatoire l’insertion d’un « encadré anti-gaspi » sur les supports publicitaires de la grande distribution.

Concernant les producteurs, le rapport propose :

  •  d’élargir à tous les produits agricoles (y compris les fruits et légume transformés et les viandes) le mécanisme de défiscalisation aujourd’hui accordé au lait
  • de développer la valorisation en alimentation animale, voire en énergie (méthanisation).

En restauration collective, le rapport préconise :

  • de rendre obligatoire le suivi des formations du CNFPT sur le gaspillage alimentaire par les chefs et personnels de cuisine
  • d’adapter les contenants et portions à l’âge et à l’appétit des convives
  • de faire inscrire les élèves à la cantine plusieurs jours à l’avance, pour prévoir au plus juste les quantités.

En restauration, le rapport fait la promotion du « doggy-bag ».

Une nouvelle mission pour l’Ademe

Le rapport « Garot » défend une loi spécifique, mais Ségolène Royal propose « d’accrocher » un premier train de mesures au projet de loi TECV, en cours d’examen en commission spéciale à l’Assemblée avant seconde lecture dans les deux chambres. Ce texte intégrera donc des amendements, concernant notamment les dispositions sur l’interdiction de jeter en grande distribution, indique Guillaume Garrot.

Le député plaide par ailleurs pour la création d’une agence dédiée à la lutte contre le gaspillage alimentaire, qui serait dotée d’un budget annuel de 30 à 40 millions d’euros. Il se dit toutefois satisfait de l’intégration de cette mission à l’Ademe, préférée par la ministre de l’Ecologie.

Guillaume Garot propose également la tenue d’assises territoriales, qui déboucheront sur des agendas locaux contre le gaspillage alimentaire. La locataire de l’Hôtel de Roquelaure laisse entendre que son ministère a déjà amplement amorcé le travail, avec les 58 territoires lauréats de l’appel à projets « zéro gaspi, zéro déchet » et les quelque 200 « territoires à énergie positive », incluant tous un volet prévention de déchets.

« 1 %  anti-gaspi »

Depuis la loi d’orientation sur la politique de développement et de solidarité internationale du 7 juillet 2014, les collectivités peuvent allouer 1 % de leur budget de gestion des déchets à des opérations de coopération internationale – un élargissement du dispositif instauré pour l’eau et l’assainissement par la loi « Oudin-Santini » de 2005. Le rapport « Garot » propose que le Code général des collectivités territoriales inclue dans les opérations concernées la lutte contre le gaspillage alimentaire dans les pays en développement, confrontés à l’absence ou la faiblesse des infrastructures de stockage et de transport et d’ateliers de transformation.

cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP